Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Vénérable Benigno de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus

 Vénérable Bénigno de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus

"Que je suis content de mourir Carme..."

1909-1937

Fête le 25 octobre

 

Après avoir fait des expériences de travail, il entra, dans l'Ordre des Carmes Déchaussés. Ordonné Prêtre, il fut curé et vice- maître des novices à Concesa (Milan). Il observa la Règle de son Ordre et eût une généreuse et intense activité pastorale. Il eût un soin particulier le ministère de la Réconciliation, s'occupant de l'Action Catholique, et auprès des vocations religieuses. Il aima très fortement la Province Lombarde des Carmes Déchaussés pour laquelle il offrit sa vie. Il mourut en odeur de sainteté, des suites d'une péritonite.

Le jeune carmelitano Ange Calvi, naquit le 23 Juillet 1909 à Inzagon commune de la région de Milan. Il était le troisième enfant de parents très pauvres, Francesco Calvi et Teresa Ceserani qui étaient des paysans. Enfant, Il jouait beaucoup avec les autres, dans la cour de la maison, qui était partagée avec d'autres habitations, dans une région arrosée par l'Adda et il aidait beaucoup sa maman, dans les tâches de la maison, lavant et essuyant la vaisselle, collaborant à l'élevage des vers à soie, ramassant les herbages; il fit aussi un apprentissage dans la boutiqu du mensuisier du village, et chaque matin, il commençait sa journée en allant saluer Jésus dans l'Eucharistie.

Lorsqu'il n'était pas au travail à la maison, ou à l'atelier du menuisier, l'on pouvait être sûr de le trouver devant le Saint Sacrement, en l'église paroissiale. Il faisait partie de l'Action Catholique, qui venait alors d'être fondée dans le Diocèse de Milan, par le Bienheureux Andrea Ferrari, alors Cardinal. Angelo étant tombé amoureaux de Jésus-Eucharistie entraîna tous ses camarades à l'église paroissiale Sant Luigi et se fit auprès d'eux un zèlé promoteur de l'adoration nocturne du Très Saint Sacrement.

Alors qu'il avait 15 ans, le 14 septembre 1929, avec son ami Carlo Caldarola, il visita le monastère-sanctuaire de Concesa de Trezzo, sur les bords de l'Adda, désservi par les Carmes Déchaussés, les deux adolescents assistère à une cérémonie de prise d'habits d'un groupe de novices, les deux adolescents furent impressionnés par la beauté de la cérémonie, c'est alors que naquit en chacun une vocation à la vie religieuse; Carlo Caldarola entra chez les Salésiens de Don Bosco et Angelo Calvi entra chez les Carmes Déchaussés. Angelo avait 17 ans, quand, le 22 novembre 1926, il entra au collège pour le vocations des jeunes adultes, ouvert par les Carmes Déchaussés à Cherasco dans la province de Cuneo; ayant abandonné la scolarité depuis plusieurs années, il fut assez difficile de reprendre le cycle scolaire avec ses camarades qui avaient déjà entamés leurs année scolaire.

Mais sa vocation était un don de Dieu et il se résolut à ne pas se laisser aller et à travailler durement, en se confiant à l'intercession de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, à laquelle il avait une très grande dévotion. Ses efforts furent récompensés, rapidement il remonta le niveau et fut le premier de la classe. Ses camarades de classe lui conseillèrent de devenir tertiaire ou de rentrer dans sa famille, mais, il prit alors la décision de devenir Prêtre.

Ayant terminé le cycle scolaire, le 21 juin 1928, avec 5 autres jeunes, il prit l'habit et reçut le nom de Frère Bénigno de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, il commença ensuite le noviciat reçevant la formation et l'initiation à la vie selon la Règle des carmes Déchaussés. Il fit sa première profession religieuse, le 26 juin 1929, et de la profession solennelle le 17 juillet 1932; il continua ses études philosophiques au Studentato de Milan, puis les études théologiques à Piacenza. Ses camarades de l'époque assurent qu'ils ne l'on jamais vu se mettre en colère ou bien s'énerver, ni ne dire la moindre parole déplacée, au contraire, il fut toujours doux, calme et constant en n'importe quelle circonstance que ce soit; il savait acceuillir toutes les remarques et reproches que l'on pouvait lui faire avec respect et humilité et toujours il en était reconnaissant.

Il devint le préféré de ses confrères religieux plus âges et malades, qui l'appelaient toujours quand il était au poste d'infirmier parce qu'il prenait toujours le temps de les écouter, qu'il était bon et compatissant, disant toujours quelques bonnes paroles réconfortantes qui valaient bien mieux que n'importe quelle médecine...


Dans le reste des choses, il fut un religieux complètement ordinaire, applicant à la lettre la célèbr phrase de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face, docteur de l'Eglise et sa Sainte Protectrice, qui avait dit: « La sainteté ne consiste pas à faire des choses extraordinaire, mais à faire les choses ordinaires extraordinairement bien. »

La prière fut la base de sa vie spirituelle, en elle, il tirait et trouvait l'amour pour ses frères, l'humilité, l'obéissance à la Règle et à ses Supérieurs et la grande sérénité qui l'habitait en permanence. Il fut ordonné Prêtre à Piacenza, le 26 mai 1935, entouré des membres de sa famille. Après avoir accompli diverses charges, en juin 1936, il fut transfréré au Couvent de Concesa de Trezzo, sur les bords de l'Adda, ou il fut nommé vice-maître des novices et remplaca le prêtre de la paroisse de Santa Maria Assunta, paroisse de la région.


Très nombreux sont les témoignages rapportant sa grande charité à l'égard des malades, tant physiques que psychiques; il accourait partout où il était appelé, et apportait son aide et son assistance à tous ceux qui en avaient besoin. Ce fut une année intense qui permit à tous les fidèles de connaître, de découvrir et d'apprécier ses vertus.
Etant un Carme à part entière, malgré cet intense apostolat, il ne négligea ni la vie communautaire ni la formation des novices qui lui étaient confiés, ni même son service à l'égard de ses Frères plus âgés. Ensuite, s'ouvrit devant lui la voie du calvaire de la maladie qui devait le conduire vers la mort; en septembre 1937, ressentant de violentes douleurs à l'abdomens, ses supérieurs lui firent consulter trois illustres cliniciens qui diagnostiquèrent d'abord une simple colite; il reprit son apostolat, dans le sourire, le silence.

Le 21 octobre suivant, les douleurs furent plus intenses encore et il fut contraint de rester alité, puis il fut conduit d'urgence à l'hôpital de Legnano; conduit en salle d'opération, au moment ou l'on procéda à l'incision de l'abdomen, un énorme jet de pus sorti de la plaie qui souilla tout, l'on chercha àfaire tout ce que l'on pouvait, mais, la pénicilline n'ayant pas encore été inventée...

Rapidement, l'on comprit qu'il s'agissait d'une péritonite, soulevée par la douleur, l'infection se développa avec une fièvre très grande, provoquant comme de grandes brûlures. Le Frère Benigno, entouré de quelques Frères et de son Supérieur, offir sa vie pour la province des Carmes de Monbardie, qui, à cette époque, courait le risque d'être supprimée, il offrit ensuite sa vie et ses douleurs, pour le Père Carme Déchaussé Théophane Emile, missionnaire en Inde.

Après avoir reçu les derniers Sacrements et réitéré les voeux du Carmel, au terme de la maladie, il fut décidé de le ramener au Couvent de Concesa, avec le consentement de ses parents qui étaient jour et nuit à son chevet. Conduit dans sa cellule, à toute la communuaté rassemblée à son chevet, il demanda pardon et dit: « Que je suis content de mourir Carme », puis il rendit son âme jeune et pure à Dieu, c'était le 25 octobre 1937, il avait à peine 28 ans.

Ses funérailles furent suivies par une foule immense qui confirma la sainteté qui avait accompagnée toute sa vie. Sa cause de Béatification fut ouverte le 22 juin 2001, avec l'accord du Saint Siège. Le procès de Béatification a été transmis du Diocèse de Milan à la Congrégation pour la cause des Saints est bonne voie d'aboutissement. Le 22 avril 1995, ses ossements ont été transférés du cimetière communal au Monastère-sanctuaire de la Divine Maternité de Concesa, où ils se trouvent toujours.

 

D'après un texte traduit de l'Italien, extrait du site www.santibeati.it

 

Photos du Père Benigno de Ste Thérèse de l'E.J.,

cliquer sur le lien suivant:

http://imagessaintes.canalblog.com/archives/2008/01/04/7442378.html

 



04/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 661 autres membres