Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Bienheureuse Elisabeth de la Trinité

 Bienheureuse Elisabeth de la Trinité

Faire du Ciel le plus bel endroit de la terre

1880-1906

Fête le 8 novembre


Elisabeth mène la vie mondaine des jeunes filles de son milieu aisé : parties de tennis entre amis, excursions, soirées dansantes, etc. Sensible à la beauté de la nature, pleine de joie de vivre , elle est passionnée de tout… A commencer par le piano, qu'elle exerce avec excellence (premier prix du Conservatoire de Dijon à 13 ans). On lui promet une belle carrière, mais, qui s'en douterai son ambition est ailleurs… Déjà, Elisabeth la bien nommée (son nom signifie « maison de Dieu ») répond à sa vocation d'être toute aux Hôtes de son cœur, « ses Trois » : « même au milieu du monde, écrit-elle, on peut écouter Dieu dans le silence d'un cœur qui ne veut être qu'à Lui ». Pourtant, lorsqu'elle était enfant, quel terrible caractère ! Son tempérament vif, volontaire, turbulent, violent parfois, avait fait demander au prêtre de sa paroisse de Dijon si elle était un ange ou un démon…


De plus en plus, Elisabeth se sent appelée au Carmel. Sa mère y est forouchement opposée ; elle envisage même pour sa fille un projet de mariage… Finalement, à 21 ans, Elisabeth entre au Carmel de Dijon, où elle reçoit le nom d'Elisabeth de la Trinité, tout un programme ! « La Trinité, voilà notre demeure, écrit-elle, notre « chez-nous », la maison paternelle d'où nous ne devons jamais sortir. » En 1904, elle compose cette célèbre prière : « O mon Dieu, Trinité que j'adore, (…) pacifiez mon âme, faites en votre Ciel, votre demeure aimée et le lieu de votre repos. Que je ne vous y laisse jamais seul… »


Avec sa sœur, mariée et mère de famille, et ses amis, elle partage son « secret : cette intimité avec Dieu au-dedans » : « Lui, Il est toujourslà, au fond de ton cœur encore que tu ne Le sentes pas. » Atteinte de la maldie d'Addison, alors incurable, elle va connaître une longue agonie de neuf mois avant de mourir en 1906, à l'âge de 26 ans. « Il y a un mot de Saint-Paul qui est un résumé de ma vie, écrit-elle : « Parce qu'Il m'a trop aimée ». (Eph 2,4)

O Mon Dieu Trinité Bienheureuse


O mon Dieu, Trinité que j'adore, aidez-moi à m'oublier entièrement pour m'établir en Vous, immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l'éternité. Que rien ne puisse troubler ma paix, ni me faire sortir de Vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte plus loin dans la profondeur de Votre Mystère. Pacifiez mon âme, faites-en Votre Ciel, Votre demeure aimée et le lieu de Votre repos. Que je ne Vous y laisse jamais seul, mais que je sois là tout entière, tout éveillée en ma Foi, tout adorante, toute livrée à Votre Action créatrice.


O mon Christ aimé, crucifié par amour, je voudrais être une épouse pour Votre Cœur. Je voudrais Vous couvrir de gloire, je voudrais Vous aimer… jusqu'à en mourir ! Mais je sens mon impuissance et je Vous demande de me «revêtir de vous-même», d'identifier mon âme à tous les mouvements de Votre Ame, de me submerger, de m'envahir, de Vous substituer à moi, afin que ma vie ne soit qu'un rayonnement de Votre Vie. Venez en moi comme Adorateur, comme Réparateur et comme Sauveur. O Verbe Eternel, Parole de mon Dieu, je veux passer ma vie à Vous écouter, je veux me faire tout enseignable, afin d'apprendre tout de Vous. Puis, à travers toutes les nuits, tous les vides, toutes les impuissances, je veux Vous fixer toujours et demeurer sous Votre grande Lumière ; ô mon Astre aimé, fascinez-moi pour que je ne puisse plus sortir de Votre rayonnement.


O Feu consumant, Esprit d'Amour, «survenez en moi », afin qu'il se fasse en mon âme comme une incarnation du Verbe : que je Lui sois une humanité de surcroît en laquelle Il renouvelle tout Son Mystère. Et vous, ô Père, penchez Vous vers votre pauvre petite créature, «couvrez-là de Votre Ombre », ne voyez en elle que le «bien Aimé en lequel Vous avez mis toutes Vos complaisances ».


O mes Trois, mon tout, ma Béatitude, Solitude infinie, immensité où je me perds, je me livre à Vous comme une proie. Ensevelissez - Vous en moi pour que je m'ensevelisse en Vous, en attendant d'aller contempler en Votre Lumière, l'abîme de Vos grandeurs. Amen.


Prière extraite des notes intimes d'Elisabeth de la Trinité


Neuvaine à la Bienheureuse Elisabeth de la Trinité


O Bienheureuse Elisabeth, dans ton grand amour de Dieu tu étais toujours si proche des besoins de tes amis. Maintenant que tu es au Ciel, devant la Face du Seigneur, intercède auprès de Lui pour le souci que nous te recommandons (formuler ici ce que l'on demande). Apprends-nous, dans la Foi et l'amour, à vivre avec la Sainte Trinité au plus profond de notre cœur. Apprends-nous, comme toi, à rayonner l'amour de Dieu parmi les hommes dans notre vie de chaque jour, pour être une louange de Sa Gloire. Amen.


1 Notre Père, 3 Gloire au Père

 

Oraison liturgique


Seigneur Dieu, riche en Miséricorde, Tu as révélé à la Bienheureuse Elisabeth de la Trinité le mystère de Ta présence cachée dans l'âme des justes et Tu as voulu qu'elle T'adore en esprit et en vérité. Accorde-nous par son intercession, de demeurer nous aussi dans l'Amour du Christ pour devenir le temple de Ton Esprit d'Amour à la louange de Ta Gloire. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

 

Dernière mise à jour de la page: le 4 février 2008

 



15/10/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 663 autres membres