Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Saint Pie V 02

 Saint Pie V

Un grand apôtre du Rosaire et de Marie

1504-1572

Fête le 30 avril


Antonio Ghislieri naît le 27 janvier 1504 dans la petite ville de Bosco, près d’Alessandria, au nord de l’Italie. Issu d’une famille noble ruinée par la guerre, il n’oubliera jamais les leçons de piété qu’il y avait reçues. Enfant, alors qu’il garde les moutons, il rencontre deux frères dominicains qui cheminaient pour prêcher l’Évangile. Frappés par l’intelligence de l’enfant, ils lui proposent, après avoir obtenu la permission de ses parents, d’aller faire des études chez les Dominicains de Bosco. À 14 ans, il entre chez les Dominicains de Voghera, où il mène une dure vie monastique. Il est adopté par la communauté qui lui donne le nom de frère Michel Alexandrin. Puis sur l’ordre de son supérieur, il se rend à Vigevano poursuivre ses études scolastiques et prononcer des vœux solennels en 1519, à 15 ans ! Sept ans plus tard après des études à Bologne et à Gênes, il est ordonné prêtre et célèbre sa première messe à Bosco.


Moine exemplaire par sa pureté, sa piété et son humilité, il est élu malgré lui deux fois prieur, puis « definitor », premier poste après celui de provincial et enfin vers 1550, inquisiteur du diocèse de Côme, diocèse névralgique par sa proximité avec la Suisse, partiellement gagnée par la Réforme. Il faut beaucoup de ténacité et de courage au moine pour exercer sa charge. Le cardinal Carafa admire le caractère inflexible, la volonté de fer de ce jeune lombard et les qualités d’âme de ce dominicain ; il lui offre son appui et Fra Michele est nommé en 1551 Commissaire Général de l’Inquisition de Jules III et lorsque le cardinal Carafa est élu pape sous le nom de Paul IV en 1556, Fra Michele est nommé évêque de Nepi et de Setri, puis préfet du palais de l’Inquisition. L’humble dominicain est élevé en mars 1557 et, malgré ses réticences, à la dignité de cardinal sous le nom de cardinal Alexandrin. En 1558, Paul IV l’institue à 54 ans, Grand Inquisiteur Souverain de la Chrétienté (nul ne portera ce titre après lui). En 1560, il devient évêque de Mondovi.


Appelé à Rome par le Pape, il prend part aux affaires alors agitées et il se montre toujours fort zélé pour l’observation des lois et de la discipline ecclésiastique. En 1565, le Saint-Siège, devenu vacant, la pluralité des suffrages se réunit en faveur du cardinal Alexandrin, grandement soutenu par le cardinal Charles Borromée. La crainte seule de résister à la volonté de Dieu le fait consentir à son élection qui a lieu le 7 janvier 1566. Porté sur le Trône de Saint Pierre sous le nom de Pie V, le nouveau pape ne démentit pas son passé d’austérité et de rigueur.


Pie V a 62 ans : « vieil homme chauve, aux yeux bleus, à la barbe blanche, aux traits accusés et qui n’a que la peau sur les os, sans se soucier de la maladie de la pierre qui le harcèle, déploie une énergie inépuisable. » « C’est à nous, lumière du monde, sel de la terre, qu’il appartient d’éclairer les esprits, d’animer les cœurs par l’exemple de notre sainteté et de nos vertus. » Ces mots prononcés au premier consistoire après son élection résument le programme du pontife. La restauration catholique repose sur deux piliers : une base théologique solide et un clergé exemplaire.


Pour réussir plus facilement dans le dessein qu’il a de réformer l’Église, il publie les décrets du concile de Trente et travaille de toutes ses forces à les faire exécuter. Pie V demande à deux dominicains de préparer une publication définitive de la « Somme Théologique » tandis qu’une bulle proclame le 11 avril 1567, saint Thomas d’Aquin, docteur de l’Église. On doit aussi à son zèle, la publication du Catéchisme officiel commencé sous Pie IV. Il entreprend la refonte du Bréviaire. La bulle du 14 juillet 1570 ordonne l’utilisation du nouveau Missel adopté bientôt par toute la chrétienté.


Il étend sa sollicitude apostolique jusqu’en Amérique, aux Indes, et aux extrémités du Nouveau Monde, en s’appliquant à faciliter le succès des travaux des missionnaires. Il impose une règle monastique, des vœux solennels et la création d’un habit distinct de celui des prêtres séculiers, pour toutes les familles religieuses.


L’humilité de Pie V est admirable. On rapporte qu’un seigneur anglais protestant se convertit en voyant le pape baiser les pieds d’un pauvre tout couvert d’ulcères. Durant les six années de son pontificat, Pie V se montre d’une sévérité inexorable en matière de doctrine. Il excommunie la reine Élisabeth Ire d’Angleterre et la déclare « hérétique et fauteur d’hérésie », à cause des mesures prises contre les catholiques.


Pie V déploie des efforts prodigieux pour ressaisir les pays catholiques et restaurer l’unité. Alors, se dessine un projet grandiose, qui fut déjà celui de Pie II : rassembler une croisade contre l’Islam. Sans relâche, pendant six ans, il y travaille. En effet, Selim II, fils et successeur de Soliman, empereur des Turcs, enivré du succès de ses armes, ne pense à rien moins qu’à la conquête de toute la chrétienté. Alarmé du danger couru, le Pape forme avec les Vénitiens et les Espagnols, une ligue pour arrêter enfin les progrès chaque jour croissants des Mahométans. La flotte chrétienne part de Messine en septembre. Nuit et jour le Saint Père en prière la recommande à la protection divine. Il entreprend des jeûnes et des pénitences. Il suscite un grand élan de prière dans toute la chrétienté et mobilise les confréries du Rosaire. Des prières extraordinaires sont ordonnées dans tous les couvents de Rome. L’affrontement décisif entre les deux cents galères de l’armée catholique et les trois cents galères turques a lieu le 7 octobre 1571 dans le golfe de Lépante et s’achève après cinq heures de terribles combats par la déroute totale de la flotte turque. « La plus belle journée du siècle » écrira Cervantès, blessé dans la bataille. Les chrétiens mettent en liberté quinze mille de leurs frères qui gémissaient captifs sur les galères des infidèles. Le pape connaît l’heureuse issue du combat par une vision surnaturelle. Des Te Deum éclatent dans les églises. En reconnaissance de la victoire, Pie V fait insérer les paroles de « secours des chrétiens, priez pour nous. » dans les litanies de la Sainte Vierge et fixe la fête du Rosaire le premier dimanche d’octobre. Toute la chrétienté s’était unie au pape dominicain pour obtenir de Marie, par le Rosaire, la victoire sur les Turcs.


L’année suivante, il se prépare à mettre à profit ce signalé bienfait du ciel mais il meurt de la maladie de la pierre le 1er mai 1572 à l’âge de 68 ans. Enterré à l’origine dans l’humble église des dominicains de Bosco, Pie V est ramené à Rome à Sainte-Marie-Majeure par Sixte-Quint qui introduit aussi le procès de béatification. Il est béatifié par Clément X en 1672 et canonisé par Clément XI en 1712.


Dans le message du Pape Jean-Paul II à Mgr Fernando Charrier, évêque d’Alexandrie, pour le cinquième centenaire de la naissance de saint Pie V, en date du 1er mai 2004, nous pouvons lire : « que l’intercession de saint Pie V et l’exemple de ses vertus représentent un encouragement pour chacun en vue de consolider sa foi, en la maintenant intacte et en contact permanent avec les sources de la Révélation, et en la diffusant dans la société pour édifier une humanité ouverte au Christ et orientée vers la construction de la civilisation de l’amour » […] « Grâce à la récitation fervente du Rosaire, on peut obtenir des grâces extraordinaires par l’intercession de la céleste Mère du Seigneur. Saint Pie V en était bien convaincu, lui qui, après la victoire de Lépante, voulut instituer une fête consacrée à la Madone du Rosaire. » […] « À travers la récitation du Rosaire, j’ai confié à Marie, Reine du saint Rosaire, en ce début du troisième millénaire, le bien précieux de la paix et le renforcement de l’institution familiale. Je renouvelle ce geste confiant par l’intercession du grand dévot de Marie que fut Saint Pie V ».


Prière


Seigneur, qui as suscité dans Ton Eglise le Pape Saint Pie V pour défendre la Foi et veiller à la dignité de la Liturgie, accorde-nous à sa prière, d'entrer dans l'intelligence de Ton Mystère avec un Cœur plein de Foi et d'amour. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

 

Texte extrait du site www.rosaire.org

 



03/08/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 667 autres membres