Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Sainte Dévote

Sainte Dévote

Sainte Patronne de la Corse

283-304

Fête le 27 janvier


En Corse, on fête le 27 janvier santa Divota (sainte Dévote), vierge corse martyrisée à Mariana sous le règne de l'empereur Dioclétien. Si sainte Dévote n'est pas inscrite au calendrier en ce 27 janvier, son nom n'en figure pas moins à cette date sur notre martyrologe. La vie de santa Divota reste pour le moins obscure et les différentes versions qu'en donnent les hagiographes sont extrêmement contradictoires. Pour les uns, elle était fille d'un officier romain originaire de LaTurbie ou de Nice. Elle serait venue en Corse avec son père. Pour d'autres, santa Divota serait née en Corse, à Querciu ou Querci, entre Mariana et Lucciana. Elle aurait eu pour nourrice une chrétienne qui, dit-on, l'éleva dans la vraie religion. Nous la retrouvons donc encore jeune fille lorsqu'un préfet romain débarqua dans l'île avec la mission de débarrasser le pays des chrétiens qui pervertissaient le peuple. Sainte Dévote se retira dans la maison du patricien et sénateur nommé Eutice, vivant de jeûne et de prières. Eutice, tout païen qu'il était, vouait une grande admiration à la jeune fille. Quand donc le gouverneur Barbarus débarqua en Corse, il apprit très vite qu'Eutice protégeait en sa demeure une jeune chrétienne. Il s'adressa d'abord en termes aimables au sénateur Eutice afin qu'il lui livrât la jeune fille. Mais Eutice refusa nettement. Ni les menaces ni les tracasseries qui suivirent ne modifièrent la détermination d'Eutice. Barbarus utilisa donc les grands moyens et fit empoisonner le sénateur Eutice. Désormais, sainte Dévote était à sa merci. Il la fit capturer et venir à lui. Il lui demanda de bien vouloir sacrifier aux dieux et sainte Dévote lui répondit avec affront et sans la moindre hésitation qu'elle ne pouvait adorer aucune idole puisqu'elle avait foi en Jésus-Christ. La fureur s'empara de Barbarus. Il ordonna qu'on lui liât les mains et les pieds pour la mener sur les lieux de son supplice. Après avoir été traînée sur les rochers, sainte Dévote fut placée sur le chevalet et subit son supplice sans émettre la moindre plainte. Lorsqu'elle expira, une colombe blanche sortit de sa bouche et annonça avant de s'envoler: « Aujourd'hui, Jésus te proclame patronne de la Corse. » La scène se déroula, dit-on, à l'emplacement même de la basilique de la Canonica. Dans la nuit, les chrétiens vinrent détacher le corps de sainte Dévote dont ils voulaient éviter la crémation. Ils l'embaumèrent et le placèrent sur une fragile embarcation. Le vent se leva et une tempête fit rage. On dit que ce fut la colombe elle-même qui guida l'embarcation et la mena jusqu'à Monaco. Là, on découvrit son corps sur le rivage et on lui donna une sépulture. Voilà pourquoi santa Divota est aussi la patronne de la principauté de Monaco.


La Corse reçut de Monaco deux reliques de sainte Dévote: l'une, en 1637, fut exposée en l'église Saint-Ignace et appartenait aux Jésuites, l'autre, en 1728. Peu de temps après, en 1731, santa Divota fut déclarée protectrice de la Corse. Enfin, en 1820, elle fut proclamée patronne principale de la Corse. Les ecclésiastiques corses ne ménagèrent pas leurs peines pour obtenir ce patronage. Le culte de la sainte étant devenu national, ils en firent la première demande en 1727. Proposition repoussée. En 1731, un congrès tenu à Boziu réitéra la demande: refus du pape. En 1751, même combat, même opposition. Enfin, le 14 mars 1820, on vit ses efforts récompensés: la Congrégation des rites proclama sainte Dévote patronne principale de l'lIe avec Octave le 27 janvier.
Sainte Dévote est donc, avec sainte Julie, patronne de la Corse. Sainte Dévote arma le bras des Corses contre les envahisseurs génois. On raconte que sous Giampetro Gaffory, puis sous Pascal Paoli, les Corses expulsèrent les Génois aux cris de: «Santa Divota !» Pascal Paoli voulut un moment placer sainte Dévote dans les armes de la Corse. Il ne le fit pas mais créa néanmoins un ordre de chevalerie composé de cinquante Braves pour stimuler les volontaires qui combattaient avec lui contre Colonna di Bozzi. Les Braves avaient sainte Dévote pour patronne et portaient la médaille à son effigie. La ferveur du peuple corse à l'égard de santa Divota a toujours été importante. Sa popularité toucha même les auteurs de théâtre! En 1912, Ghjuvan Petru Lucciardi écrivit et mit en scène au théâtre U martiriu di Santa Divota (Le martyre de sainte Dévote). A une distance d'environ 4 kilomètres de l'ancienne cité de Mariana, un peu au-dessous de Borgu, à flanc de colline, se trouve la gratta di santa Divota, au lieu-dit Nepiticcia. Elle faisait jadis l'objet d'un très grand pèlerinage, le 27 janvier au matin. On y trouvait des perles de verre que les jeunes filles assemblaient en petits colliers appelés: i paternostri di santa Divota. Ces perles de verre ou de terre vernissée nous viendraient, dit-on, des premiers Chrétiens qui devaient se dissimuler dans la grotte pour célébrer leur culte. On célèbre aujourd'hui encore la fête de santa Divota le 27 janvier.

 

Texte extrait de l'excellent site www.curagiu.com

 



12/05/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 667 autres membres