Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Notre Dame de Santa Cruz

 Notre-Dame de Santa-Cruz
Plus de 150 ans d'histoire

Oran, Nîmes

A l'occasion du passage de la statue pèlerine de Notre Dame de Santa Cruz, les 25/25 mai prochain, dans notre département de la Gironde, à Sainte Hélène, présentations...

A l'origine...

Oran, été 1849, horriblement chaud, de cette chaleur humide et lourde qui rend l'organisme si vulnérable. Le fléau, qui sévissait déjà en quelques régions d'Europe, comme l'Italie du Sud, a commencé exactement le 21 septembre, l'on ne sait en quel coin de la ville. Dès le 25 septembre, si rapide a été la propagation du mal, que les hôpitaux civils et militaires ne suffisent plus pour recevoir les malades atteints du terrible choléra. Les autorités municipales, aidées par l'armée française, que commandait alors à Oran le général Pélissier, installèrent en plusieurs points de la ville des infirmeries d'urgence. Les religieuses Trinitaires se dévouaient dans les hôpitaux. Soudain, le 14 octobre Oran se réveille dans la torpeur : l'épidémie, à la faveur de l'atmosphère surchauffées, a éclaté d'une façon foudroyante dans tous les coins de la ville. La mort emporte en quelques jours des familles entières. Du 14 au 31 octobre, 1172 victimes sont dénombrées. La Mère Supérieure Eugénie Belon meurt épuisée par l'ouvrage en même temps que deux autres religieuses. L'angoisse remplissait tous les coeurs. Quelle main serait assez puissante pour terrasser le fléau ? Il n'y avait plus d'espoir du côté de la terre. C'est alors seulement qu'on songea sérieusement à se tourner du côté du Ciel. Dans une réunion où l'on délibérait de nouveau sur l'affreuse situation, le Général Pélissier, avec sa rondeur restée proverbiale, s'adressant à l'abbé Suchet, Vicaire général d'Alger "Et alors, Monsieur l'abbé ? Vous dormez ? Ne sauriez-vous plus votre métier ?, lui dit-il brusquement. le choléra ?... Nous n'y pouvons rien, ni vous, ni moi, ni personne. Vous me demandez les moyens de l'arrêter ? Je ne suis pas curé, et pourtant c'est moi, Pélissier, qui vous le dis faites des processions... " Puis se tournant vers la montagne de Santa-Cruz, "Foutez donc une vierge là-haut et elle se chargera de jeter le choléra à la mer". La chrétienne inspiration du général vint répandre dans les cœurs une lueur d'espoir; c'est à la Reine du Ciel, à la consolatrice des affligés, que tout un peuple allait adresser ses supplications. Le dimanche 4 novembre, partant de l'église Saint-Louis, une procession solennelle, à laquelle assistaient toutes les autorités civiles et militaires, se déroulait lentement à travers les rues de la ville, escortant la statue de Marie et faisant monter vers le ciel ce cri de douleur et d'espoir "Parce, Domine, parce populo tuo ".Après avoir parcouru les quartiers de la Marine et ceux de la haute ville, elle franchit le ravin Raz-el-Aïn, sortit des remparts par la porte du Santon et monta jusqu'au plateau qui s'étend presque à mi-hauteur de la montagne. Rien ne saurait dépeindre le spectacle solennel qui s'offrit alors aux regards les porteurs déposent la statue sur un trône improvisé ; les milliers de fidèles qui lui ont fait cortège se jettent à ses pieds, et de toute part, on entend les gémissements et les supplications monter vers le ciel. "Notre-Dame de Santa-Cruz, ayez pitié de nous, sauvez-nous ! " Comment la Mère de miséricorde aurait-elle pu résister à des appels si pressants ? A peine la procession s'est-elle remise en marche que la pluie, cette pluie si impatiemment attendue, se déclare enfin et tombe bientôt en abondance. C'est le salut. Le fléau cesse dès lors ses attaques et, quelques jours après, la ville est complètement délivrée. Dans son éditorial du 9 novembre, l'Echo d'Oran, qui vient tout juste de naître, annonce "Grâce à Dieu, l'épidémie a cessé " Afin de perpétuer le souvenir du "Miracle de la pluie" du 4 novembre 1849, une chapelle doit être construite. C'est encore le général Pélissier qui s'énerve. Cette fois contre les ronds-de-cuir du Génie militaire d'Algérie, qui refusent de céder une parcelle de terrain de l'armée la pointe du rocher situé entre le fort Saint Grégoire et celui de Santa-Cruz. Là, la chapelle et la statue de la Vierge, prévues pour perpétuer le souvenir du " Miracle de la pluie " du 4 novembre 1849, domineraient pourtant tout Oran et seraient vues de tous ses quartiers. Un autre emplacement est proposé par les militaires, mais la commission créée pour la réalisation du Sanctuaire le refuse car moins spectaculaire, moins prestigieux. Alors le général Pélissier, désespérant de convaincre ses supérieurs du cru, les court-circuit et obtient finalement des autorités militaires parisiennes le maintien du projet initial par décision du Ministre de la Guerre en date du 20 janvier 1850, une parcelle de 560 m2 est cédée et affectée au culte catholique. Monseigneur Pavy, évêque d'Alger en visite à Oran, encourage les projets de la commission, dont l'Écho d'Oran a publié, dès le 28 novembre 1849, la liste des membres. S'y retrouvent toutes les personnalités de la ville, qui se sont placées sous la présidence du général Pélissier. Une souscription est ouverte, et, très vite, les offrandes affluent, tant en argent qu'en propositions de travail, dons de matériaux ou prêts de véhicules. Les plans sont établis, prévoyant un petit oratoire d'architecture simple, une tour et une niche destinée à la statue de Notre-Dame-du-Salut. Et les travaux commencent et avec eux, les premières difficultés. Notamment, comment amener l'eau et les matériaux à 400 m d'altitude jusqu'à l'éperon rocheux sans route, sans chemin, sans même un petit sentier? Déjà, la construction du fort de Santa-Cruz par les Espagnols, au siècle précédent, avait failli être abandonnée l'eau contenue dans des outres et tous les matériaux avaient dû être montés à dos d'homme Là, il va falloir créer un sentier contournant la montagne pour rendre le site accessible par des pentes adoucies à coups de tirs de mines et de remblais audacieux. Cet accès à peine achevé, la première pierre du chantier est posée. Fin avril 1850, la chapelle est sortie de terre. L'inauguration du sanctuaire, pourtant encore inachevé, a lieu le 9 mai, jour de l'Ascension. Notre-Dame du Salut va pouvoir monter en son nouvel oratoire et les Oranais lui exprimer leur vive et pieuse reconnaissance. La ville entière est fidèle au rendez-vous. Les gens sont joyeux. Émus aussi à la pensée des disparus, victimes du choléra. Le brouhaha s'amplifie, fait d'interpellations, de cris, de prières. Et, soudain, le silence la statue de la Vierge - don d'une sainte femme de la ville - paraît sur son trône de gloire... Alors carillonnent les cloches, tonnent les canons, s'élèvent les cantiques ! Marie s'avance sur un char fleuri, suivi par Monseigneur Pavy, le clergé, les autorités civiles et militaires et une immense procession d'Oranais en prière d'action de grâce. On approche du sommet, déjà noir de monde. Le sentier ne permet plus la progression du char ? La statue passe sur les épaules des robustes pêcheurs qui l'encadraient ! Son arrivée sur la plate-forme déclenche une ovation qui retentit jusqu en ville. L'évêque d'Alger, avec tout le cérémonial voulu, installe en son nouveau sanctuaire, l'image de Celle qu'il vient d'établir gardienne de la Cité. Hélas ! Réalisé un peu à la hâte, ce sanctuaire s'écroulera le 8 mars 1851. Mais il sera reconstruit et fêté dès le mois de mai suivant pour l'Ascension. En 1873 et 1874, une grande tour, surmontée d'une statue géante de la Vierge viendra compléter le nouvel édifice. De ce sommet, Notre-Dame du Salut, devenue Notre-Dame de Santa-Cruz, veillera et protégera les Oranais qui l'honoreront de réguliers pèlerinages. Ils lui feront même, en 1949, parcourir toute l'Oranie pour fêter le centenaire du "Miracle de la Pluie ". C'est en 1945 que Monseigneur Bertrand Lacaste prit en main le diocèse d'Oran. Il allait occuper ce siège épiscopal pendant 28 ans, au cours desquels il consacra beaucoup d'attention et de soins au Sanctuaire, dont il développa grandement le renom.

 

Les Statues de Notre Dame de Santa-Cruz

La statue de N.D de Santa Cruz à Nimes-Courbessac, qu'en est-il ? La statue de la Vierge de Santa Cruz que les Oranais , à l'initiative de messieurs Antoine Candela  et Antoine  Roca,   reçurent en 1964 à Nimes Courbessac fut la statue utilisée lors du « Grand Retour », la plus connue des Oraniens. Quelques temps plus tard la Vierge de Santa Cruz trouva refuge dans l'église paroissiale de Courbessac. Un sanctuaire , avec reproduction de la Vierge de Fourvière surmontant la tour fut inauguré le 31 mai 1973. Mais qu'en est-il de la Statue de N.D de Santa-Cruz : il y en eut effectivement quatre...

1°/ Statue de bois polychrome, mains jointes devant la poitrine (appelée Statue Leoni). Pour la procession du Choléra en 1849, une statue de Notre Dame Salut, provenant de l'église Saint Louis , fut portée jusqu'au sommet du Murdjadjo. Selon la chronique populaire elle fut trouvée en 1848 dans un bateau espagnol abandonné, naufragé sur les côtes oranaises.

2°/ Mais en décembre 1873, on installait une monumentale statue, copie de Notre Dame de Fourvière, au sommet de la tour clocher de la Chapelle Notre Dame du Salut (démolie en 1951 pour la construction du sanctuaire de Santa Cruz).

3°/ La Vierge aux bras écartés ( statue Courtinat ), elle remplaça la statue Leoni détériorée par les éléments. Nous ne savons pas jusqu'à quelle date elle resta à poste fixe dans la chapelle au pied de la tour de Santa Cruz. Mais une artiste oranaise, Madame Zumino, en la retrouvant abandonnée dans l'église St Louis voulut la restaurer et elle fut remise en place dans la basilique (la Cathédrale) en 1959, Dans un premier temps au dessus de l'autel du Sacré-Cœur ( on la voit pour la messe pontificale du 8 novembre 1959, sur une photo) d'où après la cérémonie, en auto , elle est transportée à la basilique de Santa Cruz. Elle y resta longtemps après 1962. Actuellement elle se trouve dans la chapelle qui fait fonction de Cathédrale.

4°/ Statue dite de Murillo, aux mains croisées à plat sur la poitrine ( copie d'un tableau de Murillo ) Elle se trouva de 1941 à 1952 dans l'ancienne chapelle au pied de la Tour clocher détruite en 1951 puis de 51 à 59, elle servit pour les pèlerinages . Elle est aussi appelée « Grande statue de Murillo »

Ce ne fut pas la grande qui fut utilisée pour le « Grand Retour ». Trop grande, trop lourde, alors apparut une statue relativement légère et maniable par les enfants de Marie du diocèse qui seraient chargés, lors de la plupart des processions, de la porter. A la fin du « Grand Retour » , « la petite Murillo » rejoignit une sacristie de la cathédrale d'Oran. Elle aurait été vue à Saint Louis … ? Mais à Nimes-Courbessac, transportée par la Marine Nationale, en 1964, ce fut la « Petite Murillo » que les autorités algériennes acceptèrent de remettre à Monseigneur Lacaste. Un sanctuaire avec tour-clocher au sommet de laquelle se trouve, aussi une reproduction de la Vierge  de Fourvière pour rappeler celui du sanctuaire de Santa-Cruz, accueillit la « Petite Murillo. Ensuite elle visita tous les comités régionaux de l'Association, même jusqu'à Alicante. En 1979, à Perpignan, était prévu une procession en mer, ce fut une chalutier catalan qui la transporta.

 

Notre Dame de Santa-Cruz à Nîmes depuis 1963
La Grotte
Inspiré de celle de Lourdes, elle montre Sainte Bernadette en prière aux pieds de la Vierge. Ses pierres, son sol, ses grilles sont couverts d'ex-voto et d'objets souvenirs, dont le nombre rappelle l'attention que Notre-Dame a portée aux suppliques qui lui furent adressées.
La chapelle
D'une architecture volontairement dépouillée, elle offre une décoration simple, essentiellement composée de souvenirs de "là-bas" : la statue de Notre-Dame-de-Santa-Cruz, une tapisserie "l'Annonciation" réalisée par Madame Laugier d'Astroin, épouse du maire de Mostaganem, le chemin de croix en céramique d'Arcole (Espagne XIXe siècle), une icône "la Sainte Famille", récente acquisition, un tableau "La Descente de Croix" de Sidi-Bel-Abbes, une série de vitraux récupérés par la Légion à Sidi-Bel-Abbes. Quant à son mobilier, il se réduit à : un autel extérieur en marbre blanc des carrières de Kléber, un autel intérieur contenant les reliques de Saint-Alype, martyr et patron du séminaire d'Oran, offert par M. et Mme Bernabeu du Telagh, un tabernacle moderne, un crucifix de l'Eglise de Sidi-Bel-Abbes, deux fauteuils de chœur, offerts par la famille Candela,un lutrin contemporain, trois bénitiers, l'un du bas-empire romain récupéré à Saint-Leu, l'autre du sanctuaire de Santa-Cruz d'Oran, le troisième réalisé par M. Agapito de Sidi-Bel-Abbes. Une messe y est dite chaque dimanche et jour de fête à 11 heures pour les fidèles nîmois, auxquels se joignent souvent des pélerins de France ou de l'Etranger.
Nîmes-Oran
 Deux cités de part et d'autre de la mer, même dévotion à la Sainte Vierge, même grâce salvatrice en 200 ans : - Nîmes 1649 : épidémie de peste jugulée par invocation de la Vierge du Grand Autel de la Cathédrale. - Oran 1849 : épidémie de choléra vaincue par le miracle de la pluie de Notre-Dame de Santa-Cruz.
Le musée des souvenirs
Y sont pieusement réunis nombre de souvenirs rapportés d'Oranie. Entre quatre murs ornés de tableaux, de quelques 125 photos de paroisses oraniennes et de vitrines présentant vêtements et objets de culte, se dressent une quinzaine de statues représentant, en particulier : les Vierges de Mascara, Misserghin, Notre Dame-d'Afrique, Roseville, du Bon Remède de Saint-Denis du Sig, le Sacré-Coeur de Jésus de Sidi-Bel-Abbès, Saint-Augustin de Bône, Sainte Rita de Cascia, Saint-Antoine d'El-Ançor, Saint-André, Sainte Thérèse ... Enfin, en majesté au centre de la pièce, une vitrine expose les souvenirs légués au Sanctuaire par Monseigneur Lacaste et sa famille : anneau épiscopal, croix pectorale, mître, étoles, aubes et chasubles.
Devenez bâtisseur du Sanctuaire
 Associez-vous à l'effort d'aménagement et d'entretien du Sanctuaire ou concrétisez votre reconnaissance pour un grâce obtenue de la Vierge de Marie, en adressant un chèque à l'ordre de : Association Nationale "Les Amis de Notre Dame de Santa-Cruz" 100, Montée Mge Lacaste - 30000 NÎMES.  MERCI ! Notre-Dame soit avec vous
Monseigneur Bertrand Lacaste
Né en 1897 dans le village béarnais d'Accous, il fut ordonné prêtre en 1923. Lieutenant d'artillerie en 1939, il fut fait prisonnier, puis libiré en 1941. Nommé chamoine de Bayonne en 1943, l'évéché d'Oran lui fut proposée en 1945 par Monseigneur Roncalli, futur Pape Jean XXIII. Chevallier de la Légion d'Honneur en 1950, il en devint Officier en 1958. Ce n'est qu'en 1973 qu'il quitta son diocèse pour son village natal, où il s'éteignit le 23 avril 1994. Il fut l'âme du développement du Sanctuaire de Santa-Cruz d'Oran et de la création de celui de Nîmes dont il honora souvent les manifestations. En hommage reconnaissant, son nom fut donné à la salle de réunion qui flanque la chapelle nîmoise.
Les pèlerinages

Le Sanctuaire de Notre-Dame de Santa-Cruz est le second site de pélerinage en France, après Lourdes. En effet, outre l'annuel grand pélerinage national de l'Ascension - qui réunit jusqu'à 150 000 oraniens - de nombreeuse assemblées de fidèles se tiennent régulièrement chaque année au pied de la Vierge. Citons entre autres : les anciens de Descartes, Kléber, Lamoricière, Mascara, Misserghin, Renan, Saint-Denis du Sig, Tabia, Thiersville, Tiaret, Tlemcen ; les anciens scouts, séminaristes ou parachutistes d'Oranie, la famille salésienne Don Bosco, etc ... C'est en pensant à l'accueil de ces fidèles qu'a été érigée la Maison du Pélerin qui fait face au Sanctuaire, à l'extrêmité du parking.

 

Santa-Cruz  
Chanson de Jean-Pax Méfret
 

C'était pour faire tomber la pluie,

Qu'ils t'avaient mise sur le rocher,

 Te souviens-tu Vierge Marie

De leurs pieds nus ensanglantés,

Quand ils montaient sur la colline,

C'était pour aller te prier.

Santa, Santa, Santa Cruz

Santa, Santa, Ave Maria

Quand surgit le temps du malheur,

Nous gardons la même ferveur :

On allume des milliers de cierges,

On se prosterne devant la Vierge,

Tu est arrivée par la mer

Pour effacer notre misère.

Santa, Santa, Santa Cruz

Santa, Santa, Ave Maria

Quand nous avons quitté nos villes,

Tu nous as suivis dans l'exil.

Là-bas, sur l'autre continent

Restent les tombes de nos parents,

Notre-Dame des Déracinés,

 Bénis-les pour l'éternité.

Santa, Santa, Santa Cruz

Santa, Santa, Ave Maria.

 

Gallerie de photos de Notre Dame de Santa Cruz,

cliquer sur le lien suivant:

http://imagessaintes.canalblog.com/archives/2008/05/16/9202759.html

 

 Pour approfondir

Plusieurs sites

http://hlm.de.gambetta.oran.free.fr/santa_cruz.htm

(dont ce texte est extrait)

 

http://orbis-catholicus.blogspot.com/2008/02/notre-dame-de-santa-cruz-oran-algrie-et.html

http://oran-ma-ville.site.voila.fr/p12.html

http://home.nordnet.fr/jcpillon/piedgris/santacruz/santacruz1.html

http://morenoran.free.fr/santacruz.htm

 

Site du sanctuaire Notre Dame de Santa Cruz de Nîmes

http://sanctuairesantacruz-nimes.cef.fr/

 



16/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 666 autres membres