Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Les apparitions d'Anosivolakely

 Apparitions de Marie à Anosivolakely (Madagascar)

Dans les derniers jours surviendront des moments difficiles !

 

La première apparition : 10 novembre 1990


La première apparition eut lieu le 10 novembre 1990 à Andasibé, village voisin (12 km) de celui de Patrice Raharimanana, où il y cultive une rizière. Quelques personnes demandèrent à ce catéchiste de les aider à prier. Il accepta parce qu'il n'y avait pas de prières le dimanche. Ce samedi soir, entre huit et neuf heures, il organise d'abord une répétition de chant, quand tous sont rentrés des champs. Puis on le conduit dans une maison pour dormir. Dans la pièce, ils sont 6 personnes. Patrice : »Je ne pensais pas du tout dormir, j'étais en train de réfléchir sur ma vie, ma femme, mes enfants, notre pauvreté, et surtout ma foi. J'étais bien éveillé et en forme quand, vers 22 heures, il y eut un éclair qui revint trois fois. Puis il y eut une flamme comme celle d'une bougie, mais plus grande, très belle et brillante ; et la chambre était très claire. Tous dormaient. Ensuite il y eut un nuage blanchâtre et dans le nuage, un espace en forme de niche ou de grotte. Et la Sainte Vierge apparut dans la niche. Le nuage formait comme une courette où elle pouvait se déplacer. La Dame portait une robe longue, blanche, un long voile blanc avec une bordure dorée et une ceinture bleue avec un filet doré. Elle ne portait pas de souliers et tenait un chapelet noir. De temps en temps, elle s'avançait ou reculait. Elle est blanche, sa peau est légèrment teintée. Elle sourit doucement, mais est sérieuse quand elle parle un bon malgache, simple et clair. Ses mains suivent ce qu'elle dit, surtout quand c'est important ou urgent.


Sache bien que dans les derniers jours…


Sainte Marie portait un Nouveau Testament de l'édition locale courante, et se présenta ainsi : «Mon Fils Jésus m'a envoyée auprès de toi pour te communiquer un message et te confier un travail. Je suis sainte Marie, Reine, Mère de Jésus-Christ. »  Elle lut (en malgache) 2Tm 3 en entier : « Sache bien par ailleurs, que dans les derniers jours surviendront des moments… ».Puis elle donna un long message : « Mon Fils m'a envoyée ici, chez toi. Je vous aime beaucoup, mais je n'arrive plus à contenir la colère de mon Fils parce que les hommes sont trop plongés dans le mal, spécialement le peuple malgache, l'amour propre, l'amour de l'argent, l'amour des honneurs et les plaisirs de la chair. Voilà les racines de beaucoup de maux. Aujourd'hui, vous vivez un temps où l'homme veut être supérieur à Dieu lui-même. L'homme vit d'une façon païenne, sans Dieu. Les fausses conception qui se sont propagées dans le monde entier, surtout à Madagascar font périr beaucoup d'hommes. A cause de cela, 60% des Malgaches vivent dans une grande pauvreté. Aussi, je demande aux Malgaches de se convertir et de prier avec moi mon Fils pour demander la miséricorde de Dieu. A partir de 1991 et jusqu'en 1995, la vie deviendra de plus en plus difficile à Madagascar. Il y aura des calamités naturelles : sécheresses, inondations, cyclones…des rivalités tribales localisées, du sang versé… Si on ne change pas, la proportion de Malgaches  tombés dans une grande pauvreté atteindra 80% en 1995. C'est pour cela que je demande aux Malgaches de se convertir et de revenir à Dieu. Qu'ils quittent les racines de tous les maux. Si au bout de 5 ans il n'y a pas de changements, la vie deviendra encore plus dure. Il pourrait y avoir des luttes intestines graves, et alors beaucoup de richesses seront détruites et beaucoup de morts et ceci en plus des malheurs naturels. Mais les malheurs venant des hommes sont les pires. Va annoncer totu cela au Cardinal. A lui de le transmettre à tous les échelons, jusqu'au plus bas. » Patrice est aussi envoyé annoncer le message aux autorités civiles : »depuis le chef de l'Etat, jusqu'au bas de l'échelle. Chacun doit lire et méditer l'Ecriture Sainte et surtout s'écarter des quatre racines du péché. Aucun pouvoir ne durera si les gens ne changent pas et ceci sera une preuve que c'est moi qui t'ai envoyé ».


Faites construire une église…


A ce moment Patrice récuse la mission : lui pauvre paysan ignorant, comment pourrait-il transmettre ce message aux plus hauts placés ? « Je  sais que l'on ne m'écoutera pas et qu'on me traitera de fou. » Et il demande qu'on choisisse quelqu'un d 'autre. Mais Sainte Marie refusa et elle ajouta : Faites construire une église de 31 m sur 9,9 m à Anosivolakely, car des foules nombreuses y viendront adorer mon Fils et me vénérer, non seulement des Malgaches, mais des gens venus du monde entier. L'argent pour construire cette église ne viendra pas des Malgaches, mais il y aura une organisation étrangère qui vous aidera. Si des Malgaches veulent participer, dites-leur d'aider les pauvres. Tu ne vas pas faire cela tout seul, mais il y aura quelqu'un qui t'aidera pour les relations avec l'extérieur. Voilà comment tu connaîtras cette personne : tu entendras une voix qui dira : « Moi je prie tous les jours et, si je suis libre, j'assiste à la messe selon mes possibilités, surtout le dimanche. Peut-être entendras-tu cela dans une réunion, ou à la radio, ou à l'église. Cherche cette personne et dis-lui : « C'est la Vierge qui m'envoie. Tu as prié son Fils et il t'a donné plus que tu n'avais demandé, c'est pourquoi il te demande de m'aider à construire cette église ». »  Cela va être difficile pour moi de construire cette église. Devrais-je vendre ma rizière ? « Tu arriveras à construire l'église sans vendre de rizière. Mais puisque tu n'as pas confiance, ton premier travail va être de construire une maison pour le Père Curé, car il n'y en a pas encore à Anosivolakely. Et quand cette maison sera faite, demande le Saint-Sacrement. Vous pourrez alors adorer mon Fils chaque jour. Soyez zélés pour adorer le Saint-Sacrement. Ne cherchez l'aide de personne, mais faites avec ce que vous avez. Ne vendez rien.  « Avant la construction de l'église, et de la maison du Père, quelqu'un te donnera une bénédiction. Voici le signe auquel tu le reconnaîtras : il mourra puis il viendra à la vie ! Alors tu lui diras : « Je vais construire une église et la maison du Père et beaucoup d'autres choses à Anosivolakely. C'est pourquoi je te demande ta bénédiction. Si tu restes en vie, nous prierons pour que tout soit bien achevé ; mais si tu meures, prie pour moi là-haut ».  En 1991, ta femme aura une petite fille et vous l'appellerez Marie-Christ Andriampanorenana. »  Patrice protesta : « Nous avons déjà beaucoup d'enfants et nous avons décidé de ne plus en avoir, car la vie est dure. » Elle aura un enfant et vous la ferez baptiser le jour où on bénira le terrain où construire l'église, le jour de la fête du Christ Roi, en 1991. 


Le voyant


Patrice Raharimanana est né le 9 février 1950 à Ambatomanoina, dans le nord du diocèse de Tananarive. Dès son enfance, Patrice aime prier et faire prier. A 17 ans, il perd son père, catéchiste. Avec son épouse Marie-Claire Rangorivao, ils ont neuf enfants : 5 filles et 4 garçons. Tout en cultivant des rizières et tenant un petit commerce, il est catéchiste. De 1974 à 1980, il construit l'église d'Ankokaina. Puis il construit une petite église à Anosivolakely, théâtre principal des apparitions, avant de construire la nouvelle église à la demande de Sainte Marie.


En ces derniers temps, méditer chaque jour des paroles de l'Ecriture


Lors de cette première apparition, Sainte Marie m'a donné des paroles de l'Ecriture Sainte à méditer chaque jour, pour nous inciter à nous convertir vraiment. Durant notre conversation j'étais assis ; mais pour noter les paroles de l'Ecriture, je me suis levé et je me suis approché d'elle avec du papier et de quoi écrire. S'il y a des gens qui veulent me voir, dis-leur de lire et de méditer ces paroles : A)      Paroles qui dénoncent la méchanceté des hommes : 2 Tm 3, 1-17, Jc 2, 5-9, Jc 3, 13-18 ; Rm 1, 28-32 ; Ac 5, 1-11 ; 1Jn 2, 15-17 ; Rm3, 10-18 ; Rm 9, 19-23 ; Rm 9, 30-33 ; Ep 4, 1-6 ; Ep 4, 25-32 ; Rm 12, 1-10.  B)      Paroles qui indiquent ce qu'il faut faire : Mc 10, 17-22 ; 2Tm 1, 8-14 ; Jc 1, 5-15 ; Jc 1, 21-27 ; 1 Co, 13, 4-7 ; Lc 10, 25-37 ; Ga 5, 10-26 ; Tt 3, 9-11 ; 1 Co 12, 14-26 ; Hb 13, 1-6 ; Mt 5, 3-16 ; Rm 6, 12-23 ; 1Co 1, 26-31 ; Ph 3, 8-11 ; Col 3, 5-17 ; 1 Tm2, 8-10 ; 2Co 8, 7 ; 2 & 11-14 ; Mt 6, 1-4 ; 1Th 1, 6-10 ; 2 Co 9, 8-15 ; 1 Th 5, 14-22 ; 1 Tm 6, 3-10 ; 1 Tm 6, 17-19 ; 1Co 3, 6-8 ; 2 Tm 2, 22-26 ; Ga 6, 7-10 ; 2 Tm 2, 10-17. 

Sainte Marie insiste sur la confession fréquente, le respect de la Communion, la manière de prier le chapelet :Confessez-vous souvent. Les péchés remis par le prêtre sont remis par Dieu. Il faut recevoir la communion avec respect. Certains reçoivent la communion par habitude ou même quand ils sont en état de péché. Quand on a commis une faute grave, il faut se confesser avant de communier.Beaucoup sont distraits quand ils disent le chapelet…Quand vous priez, que ce soit avec le cœur. Dites ce que vous avez dans le cœur et croyez que vous êtes devant Dieu et devant moi, votre Mère. C'est par la prière que vous pourrez vaincre la tentation. Sainte Marie a demandé à Patrice de faire faire une statue d'une hauteur comprise entre 1 m50 et 1 m 74, ressemblant à ce qu'il a vu et de la placer dans la grotte de l'église. Sainte Marie recommande vivement d'aider les pauvres et de vivre l'amour fraternel. Elle demande d'ouvrir une école pour l'éducation chrétienne des enfants et un dispensaire pour soigner les pauvres. Patrice a aussi reçu des messages privés pour lui, sa femme, ses enfants, sa famille et les habitants d'Andasibé ; d'autres pour des prêtres et certaines congrégations religieuses. Il n'y a pas eu d'appel au jeûne. (La nourriture manque à Madagascar). Cependant un certain jeûne est nécessaire pour vivre la conversion demandée. Le jeûne véritable, c'est l'abstention du péché. Sainte Marie lui annonce que leur prochaine rencontre aura lieu dans la petite église qu'il a construite à Anosivolakely. Patrice estime que la conversation a duré environ cinq heures. Il n'a pas de montre, mais peu après la fin de la conversation, les coqs ont chanté. Au début de cette première apparition, ses genoux et ses mains ont tremblé.


Après la première apparition du 10 novembre 1990, où Patrice Raharimanana a reçu l'essentiel du  message du Ciel, le voyant se met en route pour répondre aux demandes de Sainte Marie.  Les premières prophéties se réalisent. Le 22  novembre, Patrice part à Tananarive pour rencontrer le cardinal. Comme le prélat est en réunion au secrétariat de la conférence épiscopale,  Patrice l'attend 2 h dans la cour. Ne voulant pas aborder directement la conversation sur l'apparition, il commence par parler de l'église à construire. Le cardinal l'intvite alors à s'adresser à son curé . Surpris, Patrice perd ses moyens et ne sait poursuivre l'entretien. De chez lui, il écrit au cardinal le 1er janvier 1991, pour lui transmettre le message de Sainte Marie. Pas de réponse. Il envoie une seconde lettre le 2 mars… Le 29 mars 1991, Vendredi Saint, vers 5 h du soir raconte Patrice, « j'étais en prière dans notre petite église, quand il y eu un éclair à trois reprises… » La conversation, pour l'essentiel, porte sur la rencontre avec le cardinal. Sainte Marie invite Patrice à ne pas se décourager.


Découverte de la bienfaitrice pour les constructions


Le dimanche 14 avril 1991, Patrice écoutait la radio quand il entendit les paroles que Marie lui avait annoncées : « Moi, je prie chaque jour, et si je suis libre, j'assiste à la messe selon mes possibilités, surtout le dimanche ». Surpris, Patrice se dit : »C'est certainement la personne dont Sainte Marie a parlé. » A la fin de l'émission, il prit soin de bien noter tous les renseignements la concernant : Madame Pierrette Bemananjara qui travaille à Air Tours. Quelques jours après, Patrice se rend à Tananarive à sa recherche. L'Agence Air Tours se trouve dans l'hôtel Hilton. Il demande à voir Madame Pierrette pour une affaire importante, mais elle n'est pas libre. Déçu, Patrice lui adresse une lettre expliquant l'objet de sa visite, et il rentre chez lui. La dame, après mûre réflexion, invite Patrice à venir la rencontrer… Après une longue discussion, elle accepte la mission qui lui était confiée par le Ciel. Elle est mère de famille de 6 enfants et elle a toujours eu souci d'aider les pauvres.


La bénédiction annoncée se réalise


Sept mois après la première apparition, le grand-père maternel de Patrice tombe gravement malade à Ambohimasina. Il avait été catéchiste durant de longues années et adjoint du prêtre dans son district d'Ambatomanoina. On vient chercher Patrice et sa mère, ainsi que son fils aîné. Le grand-père meurt le samedi à 15 h, en présence de toute la famille réunie. Après la toilette mortuaire, on dispose tout pour la veillée. Mais, surprise ! Au milieu de la nuit, le grand-père revient à la vie, comme quelqu'un qui se réveille. Le dimanche matin, il peut parler et s'asseoir. Le dimanche après-midi, il demande qu'on fasse venir Patrice, car il veut le bénir. Toute la famille se rassemble alors, environ 50 personnes. Patrice demande la parole : « Je vais construire une grande église et plusieurs autres bâtiments à Anosivolakely, c'est pourquoi je demande ta bénédiction, grand-père. Si tu guéris, nous prierons ensemble pour que tout puisse être réalisé. Mais si tu meurs, tu prieras pour nous ». Puis il se mit à genoux et le grand-père le bénit en disant : »Je te bénis pour que tu puisses accomplir le travil qui t'est confié, et où que tu ailles, je prierai pour toi. Vis longtemps, entouré de tes enfants et de ta descendance. Fais la vérité et ne fais rien qui te séparerait de Dieu. » Alors Patrice se souvint que Sainte Marie avait annoncé cette bénédiction. Le lundi vers 3 h de l'après-midi, le grand-père meurt.


Visite pastorale et naissance annoncée du 9ème enfant


En septembre 1991, deux événements surviennent :  D'une part le cardinal vient en visite pastorale dans le district de Betatao dont fait partie la paroisse de Patrice, lequel lui demande une entrevue. Le prélat lui fait répondre de passer par son curé, s'il a une communication importante à lui transmettre. (Patrice semble ignorer cette nécessité de toujours prendre le curé de son district comme intermédiaire pour les relations avec l'évêque. Il voulait aussi demander que le Saint –Sacrement soit placé à Anosivolakely. Ce qui ne peut se faire sans l'accord du curé.) D'autre part, l'heureux événement dont Sainte Marie avait apporté l'annonce à Patrice : la naissance du neuvième enfant, une petite fille qui devait s'appelait Marie-Christ  Andriampanorenana la famille et surtout la mère n'aimaient guère ce nom, « Mais comme c'était le nom que Sainte Marie avait demandé, je ne pouvais rien changer », dit Patrice. Le curé ne voulut pas de ce nom et prononça seulement le nom de Parie au baptême qui eut lieu, comme l'avait demandé Sainte Marie, le dimanche de la fête du Christ-Roi, jour de la bénédiction de la maison du Père (deux petites pièces et un toit de chaume) et du terrain où l'on allait construire l'église. 13 avril 1992, nouvelle apparition. Patrice explique qu'il n'est pas parvenu à transmettre le message au cardinal. Sainte Marie parle avec insistance et lui demande d'écrire à nouveau au prélat. Patrice n'a pas su non plus transmettre les messages à sa mère, à sa famille et aux gens d'Andasibé. Aussi : « Sainte Marie lève la main quand il y a  quelque chose d'urgent ou d'important. Elle m'a prié de faire un effort pour accomplir le travail qu'elle m'a confié. » Et Patrice écrit à nouveau au cardinal. Lors de la 4è apparition, le 9 avril 1993, la conversation porte toujours sur le message pour le cardinal. Si Patrice ne fait pas ce qu'il doit faire, il risque une sanction. Mais si le message est transmis et que les gens n'en tiennent pas compte, c'est eux qui seront punis.

Feu vert pour la construction de l'église


Le cardinal Razafimahatratra, malade du cancer depuis plusieurs mois, meurt le 6 octobre 1993. Il a favorisé la constructuction de l'église. Il a fait nommer un jésuite, le Père Michel Ralibera, pour suivre les événements. Pour la construction de l'église, Madame Pierrete et Patrice cherchent un organisme qui la prenne en charge. Missio, en Allemagne, accepte la demande. Pour constituer le dossier, le cardinal venant de mourir, c'est l'administrateur diocésain, Raymond Razakarivony, qui donne la signature sans faire de difficultés. L'argent arrive rapidement, ce qui est étonnant à Madagascar. On le confie au Curé et Patrice peut le prendre au fur et à mesure des besoins. La construction prendra du retard quand le cyclone « Géralda » détruira les murs en construction. Retard aussi dans l'envoi du rapport sur la première tranche de crédits…Finalement, l'église sera couverte en 1995 et les chrétiens commenceront à venir y prier.


L'appel à la conversion, c'est à entendre avec sérieux


L'appel à la conversion est impératif pour une vie meilleure. L'exemple d'Andasibé (après celui de Sodome et Gomorrhe) est très parlant : Le 1er avril 1994, cinquième apparition, alors que Patrice priait dans l'église comme à l'accoutumée, Sainte Marie apparaît, le visage triste. Le message se résume ainsi : « Les souffrances pourraient augmenter, car tu n'as pas transmis le message. Il faut transmettre le message à l'Administrateur diocésain, ainsi que les réponses du cardinal. Et lui demander de répandre rapidement le message à tous. Il faut prévenir les gens d'Andasibé que des malheurs allaient arriver s'ils n'abandonnaient pas leur mauvaise conduite, malgré les avertissements qui leur avaient été donnés. » Après la première apparition à Andasibé, Patrice n'avait pas osé transmettre aux habitants de ce village les paroles et les avertissements de Sainte Marie : « J'ai résumé en leur disant : « convertissez-vous ». Dans toutes les apparitions suivantes, Marie reparlait d'eux en disant : « Ils vivent dans l'inconduite. Ils volent, ils protègent et ils aident les voleurs. Ils cachent les bœufs volés.  Je vais les punir. S'ils ne changent pas, je les enlèverai de cet endroit, car ce lieu est saint. » Voici ce qui arriva. Déjà en 1993, cinq hommes accusés de vol avaient été emmenés par les gendarmes. En 1994, cinq autres suivirent. Puis, les autorités dispersèrent les hommes qui restaient avec leurs femmes et leurs enfants et le village fut complètement rasé.

Encouragement pour informer le cardinal


Le lundi 23 mai 1994, sixième apparition, Marie apparaît à 5 h du soir. C'est un grand jour pour Patrice et sa femme, car ils fêtent leurs 20 ans de mariage. Sainte Marie les salue et les encourage : « Offrez-vous chaque jour à Jésus. Le mal augmente. Dites à l'Administrateur diocésain de prêcher la conversion et de répandre le message, surtout de méditer les paroles de l'Ecriture : 2 Timothée 3 et les autres. » Elle donne force et courage à Patrice pour prêcher la conversion et annoncer le message à ceux qui ne le croient pas. La septième apparition eut lieu le dimanche 15 juillet 0994 à 5 h du matin. Sainte Marie, le visage triste, donne ses conseils : « Fais en sorte que le cardinal Armand Razafindratandra soit informé du message, soit de vive voix, soit par écrit. Des malheurs vont arriver en 1995 & 1996, comme annoncé, si les gens ne se convertissent pas. Quelqu'un va venir te demander un secours et je te montrerai à ce moment-là ce qu'il faudra faire pour l'aider. Des gens vont t'aider à répandre le message. Ta vie va devenir plus difficile si tu n'arrives pas à répondre ce message. » Sainte Marie parla aussi de ce qu'il y avait encore à réaliser et donna conseil et courage à Patrice. Après le décès du père de Patrice, sa maman avait cessé de communier. Plusieurs fois Patrice lui transmet le message de Marie : qu'elle se confesse et communie. Mais elle n'obtempérait pas. Patrice lui donne un avertissement de Sainte Marie : « Si tu ne crois pas, il va t'arriver malheur et tu pourrais en mourir ». En 1995, elle fut piquée par une bête et allait de mal en pis. Elle se souvint des paroles de Sainte Marie et décida que si elle guérissait, elle se confesserait et communierait. A partir de là, elle commença à aller mieux et elle accepta de croire que Patrice avait vraiment vu Sainte Marie. Aussi, lors du passage du Curé, elle se confessa et communia. Grande joie pour Patrice et sa famille. Le 23 mai 1995 à 5 h du matin, eut lieu la huitième apparition. Sainte Marie demande que l'inauguration de l'église soit le 26 novembre pour la fête du Christ-Roi, même si les travaux ne sont pas complètement terminés. Le programme sera donné plus tard. Elle redemande encore de transmettre le message au cardinal et de lui parler des malheurs aui pourraient arriver.

Comment Dieu tire le bien du mal


Le 18 août 1995 à 5 h du matin, Sainte Marie demande à Patrice de rencontrer le cardinal, puisqu'il ne répond pas. Des personnes vont aider à répandre le message. « Mon Fils et Moi, nous leur donnerons la joie, ainsi qu'à ceux qui croient. Préparez la fête du 26 novembre ; j'y serai présente, même si on ne me voit pas .» C'est ce jour qu'arrive la personne pour recevoir des secours. En sa présence, Marie dit : « C'est lui l'homme qui te demande un secours. Avec la famille de ta femme, vous allez le secourir, pour la gloire de Dieu. » Pour sortir Patrice de son isolement et lui trouver des alliés, la Providence s'est servie d'un méfait ; voici comment : Un neveu de Patrice, Fr Richard, est séminariste en stage dans la paroisse du Sacré-Cœur à Tsaramasay (Tananarive). Un nouveau curé arrive en octobre 1994, le Père Erménégilde Ranaivo. Un jour le Fr Richard, qui a la responsabilité de garder l'argent pour la construction d'un centre d'accueil pour les pauvres, vient trouver son Curé pour lui remettre ce qu'il reste. 250 000 francs malgaches  ont disparu de leur place habituelle dans la caisse ; donc il ne peut  plus garder l'argent. Le Père voit combien le frère est ennuyé et qu'il a déjà cherché comment cela avait pu se produire. Le Père aussi est ennuyé, car si on ne retrouve pas l'argent, il faut arrêter la construction. Voyant le Frère maigrir de jour en jour, il décide de l'envoyer en stage avec un autre frère se reposer à la paroisse d'Anosivolakely. Sur place, le 18 août 1995, ils exposent le motif de leur venue à Patrice. Et, en présence du Frère, Sainte Marie apparaît à Patrice qui lui demande où il trouver une telle somme. Elle lui répondit d'aller demander dans la famille de sa femme qui avait de la réussite dans ses travaux : « Ils risquent de devenir égoïstes et ils doivent changer. Ils donneront pour aider celui qui est en difficulté. » Le Frère réunit donc la famille exposant la situation et les paroles de Sainte Marie. On décide que 4 foyers peuvent participer à l'affaire. Chacun donne alors selon ses moyens ; la somme est vite réunie et les deux frères retournent à Tananarive. Le Père Erménégilde est surpris. Il réalise que ce « miracle » confirme l'authenticité des apparitions de Sainte Marie à Patrice, car jusqu'à maintenant il n'avait pas cru au témoignage de Frère Richard. Plus tard, il rencontre deux des donateurs qui lui affirment : « Nous lui avons donné sans hésiter parce que cela venait de la Sainte Marie. L'étonnant c'est qu'elle connaissait la richesse de chacun. » Le Père décide alors de faire venir Patrice pour approfondir toute l'affaire. Ils se rencontrent le mardi 3 octobre 1995. Le Père, convaincu des réponses à ses nombreuses questions, décide d'aider Patrice et de lui faire rencontrer le Cardinal. En attendant, ils vont visiter une sœur du Père, grande fervente de Marie, connaissant bien Medjugorje. Nouveau récit, nouvelles questions…Le Père se rend compte que les demandes de Sainte Marie correspondent bien avec celles des autres apparitions. Pour conclure, Patrice déclare : « Madame, je vous confie le soin de répandre le message auprès des laïcs, et je vais demander spécialement pour vous une grâce de foi et d'audace pour ce faire .» Puis il se tourne vers le Père : «  Et à vous mon Père, je demande de répandre le message auprès du Cardinal, des évêques, des prêtres et autres responsables. » La vieille maman qui avait participé à la rencontre déclara peu après : « Depuis que j'ai rencontré Patrice, je suis remplie de joie. Et, jamais depuis 80 ans, je n'ai connu pareille joie. »  De la seconde à la neuvième apparition, il n'y a pas de message particulier, mais des directives pour les travaux de construction et des encouragements à Patrice pour qu'il transmette le message.


Rencontre avec le cardinal et relais des médias


Patrice obtient un rendez-vous avec le Cardinal Armand Razafindratandra le 6 octobre 1995, à 6 h du matin, à l'évêché. La rencontre dure trente minutes, au terme de laquelle le Cardinal lui dit : « Faites tout ce que Sainte Marie vous a donné à faire. » Ce sera l'unique rencontre avec Patrice, mais il reçut aussi le Père Erménégilde le 17 octobre, avec madame Pierrette. Le Père Erménégilde Ranaivo, curé de Tsaramasay, paroisse de Tananarive, aide Patrice pour la construction de la grande église et pour son inauguration le 26 novembre 1995, fête du Christ-Roi, comme Marie l'avait demandé. Cette inauguration, avec la présence de journalistes et de la télévision est l'occasion de faire connaître à tout le pays l'existence des apparitions.

J'ai choisi ce saint lieu pour qu'on y vienne adorer mon Fils


Sainte Marie apparaît le 25 novembre  à 9 h 30 et donne ses avis pour le pèlerinage qui arrive ce jour de la capitale : « Voici les lectures à faire à la messe de demain : 1 Rois 8, 12-66 ; 2Tm 3, 1-17 (déjà donné lors de la première apparition) ; Luc 18, 18-25. Il faut organiser les prières pour préparer la foule à la confession. Que les gens qui ne se sont pas confessés depuis longtemps décident de le faire régulièrement. Il faut expliquer longuement le message de conversion. 1996 sera difficile si les gens ne changent pas. Qu'il y ait au moins deux pèlerinages en 1996 et dans les années à venir. Ce lieu est saint. Je l'ai choisi de façon spéciale pour qu'on y vienne adorer mon Fils et me vénérer, et je promets des grâces à ceux qui viendront prier ici.  Je remercie tous ceux qui ont travaillé à répandre le message. Qu'ils continuent et fassent davantage, pour sauver beaucoup de monde. Mais que l'on fasse attention à ne pas tomber dans l'amour de l'argent et des honneurs. » En effet, cinq femmes décidées organisent le pèlerinage demandé par Sainte Marie. Le samedi 25 novembre, 300 personnes de Tananarive grimpent dans des camions pour une longue journée de voyage vers Anosivolakely. Arrivées dans la nuit, après la prière pour saluer Sainte Marie, Patrice leur raconte les apparitions et répond aux questions. Tous sont convaincus de leur véracité. De bonne heure le lendemain, on porta une grande croix en procession sur la colline en face du sanctuaire et après la messe du Christ-Roi, vers 11 h les pèlerins prirent le chemin du retour pour arriver tard dans la nuit à Tananarive. Suite au pèlerinage, on fit une messe d'action de grâce dans la paroisse du Père Erménégilde, suivie d'une réunion pour chercher comment aider Patrice. De là naîtra le Mouvement Ave Maria, pour répandre le message. Le Vicaire Général, lors d'une rencontre le 12 décembre donne ces consignes : « Dans ce genre de choses, l'Eglise doit être prudente. Il y a de normes à suivre avant que l'Eglise puisse donner son accord. En ce qui me concerne, je suis pour, mais à titre personnel. Vous pouvez témoigner, mais faites-le à titre personnel. Pour donner votre témoignage dans une église, vous devez avoir l'accord du Curé. »


Le Clergé informé du message


Une rencontre avec 25 prêtres a lieu le 22 janvier 1996, en présence du Cardinal. Comme les médias avaient parlé du premier pèlerinage à Anosivolakely, Patrice a de la peine à répondre à beaucoup de questions embarrassantes… Le 20 février 1996, le Cardinal fait quelques mises au point : Ne plus parler d'Anosivolakely dans la revue du diocèse. Que le Père Erménégilde ne fasse pas de propagande en dehors de la paroisse. Je n'interdis pas les pèlerinages. Ne faudrait-il pas mieux en organiser dans d'autres sanctuaires reconnus par l'Eglise ? Je crains que les gens ne soient distraits par les apparitions. Ils cherchent le merveilleux et oublient la véritable conversion. Le 6 mars 1996, le bureau du Mouvement Ave Maria rencontre le Cardinal qui leur dit :« L'Eglise n'est pas pressée de reconnaître des apparitions. Il faut que des spécialistes étudient l'affaire. Il y a plusieurs choses qui me font hésiter. Aimez beaucoup la Vierge Marie. Moi, je ne fais rien sans elle, mère des prêtres et Reine des apôtres. Laissez l'Eglise examiner l'affaire. Ne soyez pas pressés. » A ce jour, l'évêché n'a pas fait de déclarations officielles.


Inviter largement les gens à venir se convertir


Le 25 mars 1996, à 17 h 45, selon son habitude Patrice prie son chapelet dans l'église. A la dernière dizaine, il voit l'éclair annonciateur de l'apparition. A ce moment précis, sa femme qui rentre des champs entre à l'église. Il l'invite à rester avec son fils cadet. Le chapelet terminé, ils entonnent un chant à Sainte Marie. La mère et le fils contemplent alors, absorbés, un jeu de lumière, comme une boule qui change de forme. Puis le phénomène disparaît, caché par un nuage. Ils entendent Patrice leur dire : »Elle est partie, l'avez-vous vue ? » Ensemble, ils remercient le Seigneur puis s'en retournent à la maison. Dans son message Sainte Marie a dit : « Ta femme et ton fils seront témoins, et je leur montre cette lumière. Prépare bien le pèlerinage du mois de mai. Si quelqu'un demande ici une grâce par mon intermédiaire, il l'obtiendra, s'il plaît à Dieu et si c'est bon pour lui. Il y aura des signes et mêmes des miracles, en particulier en chemin. Il y aura beaucoup de signes et de miracles comme fruit des pèlerinages. Ce lieu sera un endroit où on se convertit. Insistez sur la confession. Je vous demande de lire et de méditer la Parole de Dieu, pour vous permettre de vous examiner et de prier. Si vous priez avec ferveur, Satan sera vaincu. Par la prière, vous aurez la joie et la paix. J'insiste : il faut prier avec le cœur. Je vous demande de dire le Rosaire, comme l'Eglise l'enseigne. Mais le dimanche, dites un Rosaire entier, et cela fera trois Rosaires par semaine. Je te demande d'aller à Tananarive, rendre visite au Père Erménégilde et à sa sœur pour les fortifier. Qu'ils continuent comme ils ont commencé. Ils sont découragés, car il y a beaucoup d'obstacles, et il y en aura encore. Mais la gloire de Dieu sera manifestée. Les décisions de l'Ave Maria pour les mois de mai sont bonnes. Qu'ils préparent bien. Que ceux qui répandent le message fassent attention, car le démon est malin. Inviter largement les gens à venir en pèlerinage et à se convertir. » Au pèlerinage des 11-12 mai 1996, malgré le mauvais état de la route (14 h de voyage pour les camions), les pèlerins sont nombreux : environ 3500. La plupart des camions arrivent de nuit, sans connaître le chemin. Tous voient devant eux une étoile très brillante qui montre la route, allant à droite ou à gauche à chaque croisement. Mais une fois arrivés aux abords d'Anosivolakely, ils ne la voient plus. Certains viennent à pied, avec deux jours de marche. Les pèlerins affluent à la confession. Six prêtres confessent toute la nuit. Le chemin de croix commence à 6 h du matin et après la messe en plein air, chacun s'en retourne.Tous se sentent comblés. Certains qui ne se sont pas confessés depuis des années se sentent poussés à le faire. Joie de la libération. Libération de l'esclavage du tabac…Et surtout beaucoup soulignent l'ambiance familiale, tous réunis autour de Sainte Marie, la Mère de famille.


Rencontre avec le chef de l'Etat

Peu de jours après ce pèlerinage, un homme qui s'y était converti vint trouver le Père Erménégilde. Il proposait d'organiser une rencontre entre Patrice et M. Zafy Albert, président de la République. Il avait déjà parlé avec la femme de ce dernier. La rencontre se fit le 24 mai 1996 et dura 35 minutes. Patrice dit sa satisfaction : « Le couple présidentiel (catholique) m'a très bien reçu et j'ai transmettre le message en toute clarté. » De fait, le président fit passer le message sur la radio nationale le dimanche suivant, 26 mai, fête de la Pentecôte, à 7 h 15 et à 21 h. A la 12e apparition, Sainte Marie annonce qu'elle ne reviendra plus, sauf s'il y a une raison particulière. A la 13e apparition, en l'an 2000, elle apparut avec un visage triste en disant : « Beaucoup ont entendu parler de ma venue ici, mais ils ne se convertissent pas ». Depuis lors le rythme de trois pèlerinages par an a été tenu. Le Mouvement Ave Maria anime ces pèlerinages et fait connaître le message de la Vierge Marie. Ces pèlerinages rassemblent de 4000 à 7000 personnes en provenance de toute l'île, mais surtout de Tananarive. Le premier curé a suivi les événements et participé discrètement aux pèlerinages jusqu'en 1999. Son successeur s'est tenu à l'écart. Le Père C. Soudée s. j., récent curé de Betatao, souhaite développer les pèlerinages et les faire connaître. C'est lui qui nous a fourni l'essentiel de cette relation. Le 25 mars 2003, il interroge le cardinal sur ces apparitions et reçoit cette réponse : « Sur ce sujet, l'Eglise est prudente. Il convient d'attendre : si les conversions et guérisons se multiplient, si les chrétiens viennent de plus en plus nombreux à Anosivolakely, alors, la reconnaissance par l'Eglise viendra facilement ».


L'avis du nouveau curé de Patrice


Patrice est toujours catéchiste de l'église d'Anosivolakely et je dois lui rendre témoignage que cette paroisse est fervente, bien qu'elle reste petite : environ 200 catholiques. Patrice a fait preuve d'esprit d'organisation dans la construction successive de la maison du curé, de la grande église, de l'école primaire puis secondaire et du dispensaire. Il dirige tout cela avec efficacité. Lors des pèlerinages, il reçoit volontiers les pèlerins en petits groupes. Je pense que jamais un homme qui n'a que le niveau d'études primaires ne pouvait inventer un message aussi parfaitement adapté aux réalités malgaches. Il ne pouvait pas non plus aligner les 35 références du Nouveau Testament concernant la conversion. C'est à mes yeux un bon critère d'authenticité. Je note également que toutes les prédictions du message initial se sont réalisées à la lettre. Mon impression personnelle est que ces apparitions sont dirigées d'abord vers Madagascar. Je pense que si elles n'avaient pas eu lieu, rappelant la dilection de la Vierge Marie pour l'Île, les événements politiques qui ont marqué l'année 2002 après les élections présidentielles de décembre 2001 auraient dégénéré en guerre civile. Et on a beaucoup prié la Vierge Marie Reine pendant tous ces événements.  Depuis 1996, j'ai participé chaque année à un pèlerinage. Le ministère de la confession y est très important. Il a sûrement revalorisé ce sacrement dans le pays. Oui, Anosivolakely est un lieu de grâce.

Résumé de ce que Sainte Marie demande

Je suis venue à Madagascar pour parler de l'Amour envers le Seigneur et inciter les âmes à l'amour du prochain. Je demande prière, sacrifice et pénitence. Tant d'âmes sont en danger de se perdre ! Il faut des sacrifices pour sauver les âmes. Priez avec le cœur et offrez-vous à Jésus dans la prière. Pensez que Dieu est présent ainsi que moi, votre Mère. Lisez et méditez chaque jour l'Ecriture Sainte. Je vous invite à vous confesser régulièrement, car les péchés remis par les prêtres le sont aussi par Dieu. Recevez la Communion avec un cœur pur et ouvert.


Texte paru dans les magazines Stella Maris des mois de janvier, février, mars 2004



21/01/2008
24 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 684 autres membres