Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Les apparitions de Notre Dame de Wigratzbad

 Les apparitions de Wigratzbad

(Allemagne)

Situé en Allemagne (Allgäu, diocèse d’Augsbourg), à la limite de la Bavière et du pays souabe, Wigratzbad est proche des frontières autrichienne et suisse. La ville de Lindau, sur une île célèbre du Lac de Constance, est à moins de 20 km et les Alpes ne se trouvent à guère plus de distance. C’est un lieu d’apparition mariale en 1922 et dans les années suivantes. L’un des messages de « l’apparition » est celui-ci : "J’écraserai la tête du serpent". Une chapelle, construite à partir de juillet 1937, est bénite le 25 mars 1940 avec l’autorisation de l’évêque diocésain. La statue de Notre Dame des victoires ressemble à Notre Dame de Lourdes, mais elle repose sur un globe terrestre. Sa victoire sur le péché est symbolisée par des rayons qui l'entourent.

Les apparitions

En 1919, Antonie Rädler (1899-1991) est atteinte de la grippe espagnole, mais la « Vierge lui apparaît, lui impose les mains et la guérit ». Entre 1927 et 1936, Antonie gère une des boucheries de son père, à Lindau, au bord du lac de Constance. Un jour, la Gestapo s’y rend et lui ordonne de remplacer le tableau de la Vierge par celui du Führer et d’adresser le salut nazi « Heil Hitler » plutôt que « Grüss Gott » (salutation usuelle en Bavière). Les représailles suivent et elle échappe de justesse à plusieurs tentatives de meurtre notamment à une noyade dans le lac. Elle dit avoir été protégée par un mystérieux cycliste qu’elle appelle « mon ange gardien en vélo ». En reconnaissance, ses parents érigent en leur jardin la grotte de Lourdes, bénite par le père Basch, curé de la paroisse, en date du 11 octobre 1936, fête de la Maternité de Marie. Le mois suivant, la statue lui « sourit ». Elle reçoit un message : « Mère de la Victoire, conçue sans péché, prie pour nous ! » Le 15 décembre 1936, jour de l’octave de l’Immaculée Conception, tandis qu’elle récite le troisième mystère douloureux du rosaire devant la grotte de Lourdes, elle entend « des chœurs angéliques » chanter « O Marie ! immaculée, conçue sans péché, Mère de la Victoire, priez pour nous. »

Le 22 février 1938, vers six heures trente du matin, la « Vierge apparaît » à Cäcilia : « J’entendis comme un léger murmure, et, d’une nuée lumineuse qui devenait de plus en plus grande, la Mère de Dieu sortit, exactement semblable à la statue de Wigratzbad. Soudain, je me trouvai dans cette grotte. L’apparition me dit:  “Edifiez-moi ici une chapelle [...], je foulerai aux pieds la tête du serpent infernal [...]. Les gens viendront ici en foule, et je répandrai sur eux des flots de grâces. Saint Joseph, saint Antoine et les âmes du purgatoire aideront Antonie”. Puis la grande dame m’ordonna : « Va, à présent, adorer mon Divin Fils devant le très saint sacrement. – Où donc pourrais-je le faire ? A  cette heure, le saint sacrement n’est exposé nulle part. « Alors, devant mes yeux étonnés parut à l’endroit qui m’avait été désigné une chapelle [...]. A  l’intérieur, sur l’autel, Jésus trônait dans un ostensoir magnifique qui projetait de tous côtés des rayons d’une merveilleuse lumière. » En date du 17 juin 1938, le gouvernement autorise la construction de la chapelle dédiée à Marie « Mère de la Victoire ». Les travaux commencent le 2 juillet 1938, sur le terrain offert par les parents d’Antonie. L’inauguration est fixée au 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception, mais Antonie est arrêtée par les nazis le 21 novembre. Elle est incarcérée dans une prison de droit commun. Elle subit d’interminables interrogatoires. Durant la nuit du 7 au 8 décembre, elle voit un grand nuage surgir dans sa cellule, et soudain la Vierge lui apparaît. Elle lui annonce sa libération imminente : elle passera Noël en famille. Notre-Dame lui apprend la prière de l’Enfant Jésus que l’on récite encore aujourd’hui au sanctuaire. Antonie est libérée le 18 décembre en la fête de l’Expectation de la Vierge. Dès lors, l’affluence s’accroît à Wigratzbad.

Aujourd'hui

500 000 pèlerins se rendent sur les lieux chaque année. Le sanctuaire organise chaque semaine des retraites et des sessions toujours centrées sur le spirituel. En 1991, Mgr Stimpfle, archevêque d’Augsbourg, a célébré les funérailles d’Antonie et a prononcé son oraison funèbre. Il n’a pas fait de déclaration officielle, mais il a confié au confesseur d’Antonie : « Je sais que Wigratzbad est authentique ! » Le sanctuaire actuel peut accueillir 1200 personnes. Tous les jeudis soirs a lieu une messe à 20heures, suivi d'une adoration eucharistique jusqu'à minuit. Le 1er et 3ème samedi du mois, l'adoration eucharistique a lieu toute la nuit jusqu'au lendemain à 7 heure du matin. Depuis 1988, c’est aussi le lieu du premier séminaire de la fraternité sacerdotale Saint Pierre (une fraternité qui appartient à l’Eglise catholique et à laquelle le pape a concédé de pouvoir garder la liturgie en vigueur avant le concile Vatican II).

 

Texte extrait du site www.mariedenazareth.com

 



20/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 661 autres membres