Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Le Petit Gilles Bouhours

 Le Petit Gilles

Messager de Marie auprès du Pape Pie XII

1944-1960

Fête le 26 février


En 1950, le Vénérable Pie XII s'apprétait à promulguer le dogme de l'Assomption, il avait demandé un signe au Seigneur. On peut penser que c'était le contenu du secret que lui as transmis ce charmant petit enfant. Le 1er novembre 1950, le Pape Pie XII proclamait le dogme de l'Assomption de la Vierge Marie, Mère de Dieu, selon la tradition apostolique et l'enseignement de l'Eglise, est montée au Ciel avec son corps et son âme. Le 1er mai précédent, un fait nettement moins connu, apparemment anodin et, en tout cas, resté quasiment inconnu du grand public, eût lieu à Rome. Apès avoir été introduit auprès du chef de l'Eglise Catholique par le Cadinal Montini, futur Paul VI, un petit Français, âgé de six ans, Gilles Bouhours, était reçu en audience privée par le Souveain Pontife, à qui il devait confier un « secret ». Après cette rencontre, Monseigneur Montini demanda à Gille: « Tu prieras bien pour le plus petit Monseigneur de Rome. » Quel rapport entre ces deux évènements? Pourquoi une telle audience, si difficile à obtenir pour le commun des croyants?


Origines et premier fait extraordinaire

 

Gilles est né le 27 novembre 1944, en la fête de la Médaille Miraculeuse, dans une famille originaire du département de la Mayenne. Cinq enfants sont nés de l'union de Gabriel Bouhours, né en 1913, plombier quincaillier, et de Madeleine, née Cornilleau en 1911 : Thérèse (1937), Jean-Claude (1939), Gilles (1944), Marc (1947) et Michel (1951). Les parents vont être contraints de déménager plusieurs fois de Bergerac (Dordogne, où Gilles a vu le jour) à Arcachon, de Bouilhe-Preuil (Hautes-Pyrénées) à Moissac (Tarn-et-Garonne), car Madeleine, atteinte par la poliomyélite, devait prendre régulièrement, parmi d'autres traitements, des bains de sable chauds. A partir de 1953, la famille vit à Seilhan (Haute-Garonne), dans la maison surnommée les « Marronniers ». Dieu est intervenu très tôt dans l'existence de Gilles. A l'âge de neuf mois, il est atteint d'une grave maladie dont l'issue est souvent fatale : méningite encéphalite grave. Les médecins consultés, tant au niveau local qu'à Bordeaux, sont formels : seule la prière peut sauver l'enfant.

 

Une religieuse, Petite Soeur des Pauvres, amie de la famille, demande alors à ses parents de placer sous l'oreiller de Gilles deux images, une de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus accompagnée d'une petite relique (un morceau de tissu blanc) et une du père Daniel Brottier (1876-1936), de la Congrégation du Saint-Esprit, ancien missionnaire en Afrique et directeur des Apprentis Orphelins d'Auteuil, à Paris. Trois nuits se passent sans qu'aucune amélioration notable ne se fasse sentir. La nuit suivante, les parents, très fatigués, s'assoupissent. Lorsqu'ils se réveillent, Gilles semble respirer normalement. Miracle : la fièvre est tombée sans explication, « une rougeur en forme de "T" était visible sur chaque joue », explique l'entourage. Un autre fait troublant retient toute leur attention : on retrouve l'image du père Brottier intacte, mais celle de sainte Thérèse est comme déchirée. De plus, les deux fils rouges tenant sa relique ont disparu !

 

Pour Madeleine et Gabriel Bouhours, cela ne fait aucun doute la « petite Thérèse » a demandé avec succès à Dieu la guérison de leur enfant. Ils font peu de temps après le pèlerinage de Lisieux. Le 8 septembre 1948, le docteur Dives, médecin traitant, écrit à son confrère, le docteur Carrière : « Il [Gilles] s'est tiré avec grand-peine de ce mauvais pas, apparemment sans séquelles. Il a fait à deux ou trois reprises, par la suite, des accidents digestifs sans gravité et me paraissait en parfaite santé quand la famille a quitté Bergerac. »

 

Le début des apparitions

 

Nous sommes le 30 septembre 1947. La famille Bouhours habite Arcachon. Gilles a deux ans et dix mois. C'est un enfant charmant, ni plus « mystique », ni moins joueur qu'un autre garçon de son âge. Ce jour-là, il a sa première apparition de la Vierge Marie. Plusieurs suivent. L'enfant indique que Marie lui a demandé de se rendre à Espis où elle apparaîtrait à d'autres jeunes personnes et qu'ensuite Elle ne se montrerait plus qu'à lui seul.

 

Son père ignore jusqu'au nom même d'Espis ! Il parvient à localiser l'endroit sur une carte routière : il se trouve près de Moissac. Gabriel Bouhours veut en avoir le coeur net. Il se rend à Espis le plus rapidement possible. C'est la première prise de contact avec les événements de cette localité qui ont joué un rôle évident dans la vie du « petit Gilles » mais qui n'ont pas été sans interférence complexe dans le regard que les autorités ecclésiastiques ont pu porter jusqu'à maintenant sur ces affaires.

 

Gilles et Espis

 

Situé dans le département du Tarn-et-Garonne, au diocèse de Montauban, Espis est le lieu, en 1946, de soi-disant apparitions de la Vierge. L'événement a défrayé la chronique, avant que les autorités du diocèse ne statuent définitivement à son encontre. Le 22 août 1946, Claudine et Nadine Combalbert gardent un troupeau d'oies près du bois d'Espis. Elles voient soudainement une « dame vêtue de noir », avec une « robe ornée de marguerites ». Le jour suivant, l'apparition se renouvelle ; une troisième enfant affirme également « voir ». A partir du 31 août suivant, un homme d'une quarantaine d'années allègue également des visions de la Vierge qui aurait déclaré « Je suis l'Immaculée Conception ».

 

Un petit pèlerinage s'organise. Mais le 12 décembre 1946, Mgr Théas, alors évêque de Montauban, estime dans une correspondance privée que ces apparitions « ne sont pas vraies » et qu'il s'agirait d'une « illusion ». Le 4 mai 1947, le prélat publie un jugement négatif, tout à fait officiel cette fois, puis une ordonnance suspendant a divinis tout prêtre qui se rendrait dorénavant à Espis. Après le départ de Mgr Théas pour le diocèse de Tarbes et Lourdes, son successeur, Mgr de Courrèges, met sur pied une commission d'enquête le 1er février 1950. Ses résultats sont sans appel: « suggestion », « hallucinations », excluant toute possibilité d'une « origine surnaturelle » des faits allégués.

La destinée canonique d'Espis n'entache en rien l'authenticité du « petit Gilles » et des apparitions. Une certaine presse a cru bon d'associer de façon incontrôlée, sinon intempestive, les deux affaires, sans vraiment tenter de distinguer le bon grain de l'ivraie. Gilles Bouhours s'est rendu à plusieurs reprises sur les lieux : cela a suffi pour tout mélanger. Voici ce qui s'est passé en réalité : Gabriel Bouhours, une fois parvenu à Espis, a demandé à l'une des fillettes (« voyantes ») de venir chez lui pour confirmer, ou infirmer, les propos de son fils.

 

Au soir du 30 septembre 1947, cette fillette est arrivée chez les Bouhours. Selon son témoignage, elle a dans le jardin de la maison familiale, la Sainte Vierge, sous l'apect de Notre Dame de Lourdes. Gabriel, Thérèse, Jean-Claude et Gilles arrivent: seul ce dernier voit. Il déclare: « La Sainte Vierge est sur l'eau. Elle fend l'eau avec un bâton. Je vois deux bâtons dans le ciel. » IL décrit Marie avec un « capuchon » signifiant ainsi qu'Elle porte un voile sur la tête. On lui demande la signification des « bâtons »: « C'est comme ça le bâton », rétorque-t-il avec son vocabulaire d'enfant, tentant d'expliquer qu'en réalité, il s'agit d'une croix! Puis il poursuit en décrivant quelque chose de terrible: une « fumée jaune » s'élève dans le ciel et la Vierge « pleure ».

 

Les diverses apparitions

 

Grâce aux témoignages reccueilis sur le vif et aux notes prises immédiatement par les parents de Gilles, nous connaissons dans le détail, les manifestations de Marie auprès de leur enfant, jusqu'à ce que Dieu le rappelle à Lui. Le 2 octobre 1947, Gilles voit la Vierge « saigner » abondamment. « Tu t'es fait bobo ? », lui demande-t-il innocemment, « Tu as tombé dans les bambous? Tiens mon mouchoir (...). Tiens Sainte Vierge, viens à côté de moi, donne-moi la main (...) Papa et maman sont là. »

 

La fraîcheur et la simplicité d'un tel dialogue sont frappantes et correspondent bien à ce que l'histoire des apparitions de la Vierge nous enseigne : un rapport de proximité pratiquement inconcevable s'instaure presque toujours entre la Vierge et les enfants à qui elle daigne se manifester visuellement.

 

Les 4 et 6 octobre suivants, la Vierge apparaît brièvement à Gilles. Le 13 (Fête de Fatima), celui-ci se rend pour la première fois à Espis. « Oh ! La Sainte Vierge ! » s'écrit-t-il une première fois vers 17 h. L'apparition lui demande d'aller prier en bas du bois, à un endroit où une « source » coulera plus tard. A 18 h 30, Marie se montre une seconde fois à Gilles, entouré d'une trentaine de personnes. La Mère du Christ lui demande de lui « présenter les chapelets pour les bénir » et de prier une dizaine de chapelet pour le Sacré-Coeur.

 

Le 27 novembre, puis le 13 décembre 1947, Gilles est gratifié d'autres brèves apparitions. Le 18 décembre, il voit une « grande Croix » dans le ciel. Le surlendemain, c'est sainte Thérèse de Lisieux qui lui apparaît. Selon ses propos, elle « lui jette des fleurs ». Le 13 janvier 1948, à Espis, la Vierge lui apparaît encore à deux reprises et, comme la première fois à cet endroit, lui demande de prier constamment le Sacré-Coeur de son Fils. Le 8 février suivant, plusieurs « croix dans le ciel » sont observées par l'enfant. Pèlerins, curieux et clergé prêtent maintenant une grande attention au déroulement des faits.

 

Le 10 février, la famille Bouhours décide de partir en pèlerinage à Lourdes. Le « petit Gilles » n'a aucune vision dans le sanctuaire. Il remarque judicieusement que les représentations de Marie sont belles, mais infiniment moins que ses apparitions ! Mais dès le lendemain, il voit Marie verser des « larmes de sang », puis, le surlendemain, elle l'embrasse.Ce type de contact ne doit pas surprendre outre mesure. En 1947, les voyantes de l'Ile-Bouchard, dont le culte a été autorisé, ont « touché » le corps de la Vierge apparaissant. De nombreux autres exemples de bon aloi pourraient être cités. Le 13 mars 1948, Gilles déclare « Elle m'a embrassé la Sainte Vierge, mais moi je ne lui ai pas fait la bise ! » Le printemps 1948 constitue une période singulièrement forte en matière de phénomènes extraordinaires. Le 13 avril, il voit la Vierge Marie à trois reprises à Espis, puis plusieurs autres fois au cours du mois de mai, en différents endroits dans sa chambre, dans « le ciel », dans le jardin de la maison familiale, etc.

 

Des « pluies de croix » sont décrites par le bambin. Le 4 juin 1948, Gilles informe les siens au sujet de l'identité de l'apparition « Sainte Marie, Mère de Dieu ». Et le 10 juin « Sainte Mère des Grâces » Le 13 juin reste une journée sans apparition. Mais la famille, soucieuse d'obéissance aux autorités de l'Eglise, décide de ne pas se rendre à Espis. Gilles en reçut l'ordre de manière intérieure. Le 24 juin, il dit à sa mère ce formidable mot : « La Sainte Vierge viendra me voir dans le petit jardin, après dimanche. Pas aujourd'hui, elle n'a pas le temps !- Que fait-elle ?- Pas la soupe, bien sûr ! Elle met des fleurs dans le ciel. » A partir du 13 juillet, l'apparition demande qu'aucune messe ne soit désormais célébrée à Espis, par obéissance à l'Eglise. Le petit Gilles tente de faire passer le message au prêtre officiant : en vain.

 

Visions bibliques

 

Le 15 août 1948, une vision s'impose à l'enfant. Il la décrit avec ses mots imagés : « Je vois comme un gros bouton [la terre] et, au-dessus, une grosse bête, comme un lézard avec une grande queue et des grandes pattes. Pas loin, je vois comme un monsieur avec des plumes dans le dos. » Sans trop peut-être le savoir, Gilles vient de décrire, sur un mode original, rare, l'archange saint Michel et la figure du mal dominant ce monde. Ce jour-là, Marie, vêtue de bleu mais sans voile, lui demande de suivre la procession organisée par les pèlerins d'Espis et de chanter « Chez nous soyez Reine ». Dans les semaines qui suivent, la Vierge lui demande « beaucoup de prières ».Le 13 octobre, l'apparition lui « révèle » les « combats » menés par l'archange saint Michel au bénéfice des âmes. Le 13 décembre, Marie confie un « secret » à Gilles pour le pape, et pour le pape seulement... L'enfant, à qui son père demande des explications, répond : « Elle m'a dit quelque chose. Si je le disais, ce serait deux péchés. »

 

1949

 

L'année 1949 est riche en événements. Les apparitions se poursuivent à un rythme régulier, soit à Espis, soit ailleurs. La famille Bouhours vit désormais au rythme des manifestations du ciel. Dans l'esprit du jeune enfant, au fil des manifestations mariales, le doute n'occupe aucune place : il doit se rendre à Rome où vit celui qui « remplace le petit Jésus sur la terre » [le pape]. Selon les témoignages, l'enfant participe d'une manière remarquable - eu égard à son jeune âge - aux fêtes pascales. Le 13 mai, il voit la Vierge présente le long du chemin de croix et ressent en lui les douleurs vécues par Jésus. Ce jour-là, on lui demande de montrer aux personnes présentes comment l'apparition bénit la foule réunie. Levant la main, avec une rare « majesté », il fait un long et magnifique signe de croix et ajoute « Pas difficile, c'est la Sainte Vierge qui tient ma main ! »

 

Le 12 juin, il fait sa première communion dans un climat de simplicité et d'intériorité spirituelle. Au cours de l'Eté, Gilles continue d'alléguer apparitions et locutions le 13 de chaque mois, avec deux visions supplémentaires le 15 août. Le 13 novembre 1949, la Vierge, après avoir demandé de prier pour tous les malades, lui dit : « Petit Gilles, tu dois aller à Rome voir le pape»

 

Voyages à Rome

 

Un premier voyage à Rome est organisé. Malgré des difficultés financières, Gilles et son père parviennent à partir. Le 12 décembre 1949, c'est la première audience (semi-privée) avec Pie XII. Mais, ce jour-là, l'enfant ne parle pas car il n'est pas seul avec le pape, comme le lui avait recommandé la Madone. Il faut donc organiser un second voyage. Mais peu après, une « mauvaise » nouvelle parvient par voie postale à la famille : les autorités diocésaines ayant statué sur Espis, le Saint-Père ne pourra accorder une seconde audience à Gilles. Huit jours plus tard, après que l'apparition a une nouvelle fois demandé à Gilles de se rendre au Vatican pour informer le pape du « secret », tous les problèmes semblent mystérieusement disparaître. Gilles et son père repartent. Cette fois, Pie XII a changé d'avis : il accepte de recevoir l'enfant en audience privée et secrète le 1er mai 1950.

 

De cette rencontre, rien, ou presque, n'a filtré. Gabriel Bouhours a décrit la scène de façon pittoresque: « Vers 10 h 30, nous gagnons le Vatican, où des prèlats de Sa Sainteté nous introduisent dans une salle. Un Monseigneur me dit "Placez l'enfant sur ce fauteuil. Vous le laisserez seul avec le Saint-Père." Dès l'entrée de celui-ci, les prélats se retirent et Gilles reste seul avec S.S. Pie XII. Ramené dans la salle des audiences, où Pie XII réapparaît bientôt, Gilles, tout joyeux, frappe des mains en acclamant : "Vive le pape !" Après l'audience, libéré de toute contrainte, le cher enfant a révélé son secret à plusieurs personnes. « Le 10 juin suivant, un journaliste du Giornale d'Italia publiait un article substantiel intitulé : « Un petit Français de cinq ans parle au pape. » Cet article citait le fameux « secret » de Gilles : « La Sainte Vierge n'est pas morte ; elle est montée au ciel avec son corps et son âme. » D'autres personnalités, parfois éminentes, ont rencontré le petit Gilles à l'occasion de son voyage à Rome, comme le père Roschini, grand mariologue, professeur à l'université du Latran, procureur général de l'ordre des Servites de Marie et expert au concile Vatican II. Ce dernier avait été chargé avec d'autres de préparer le texte dogmatique de l'Assomption. Il décrit ainsi son entrevue avec Gilles : « Je ne sais quelle impression a produit sur le Souverain Pontife le « secret » de la Sainte Vierge. En parlant avec l'enfant avant l'audience pontificale, j'avais trouvé le petit Gilles hermétiquement fermé et bien d'autres personnes n'avaient pas eu plus de succès que moi. Il se défendait en disant que la Sainte Vierge lui avait commandé de le dire d'abord et avant qui que ce soit au pape. Et le petit Gilles a fait ainsi. Après l'audience, il me l'a révélé, ainsi qu'à plusieurs autres personnes. » Plusieurs articles paraissent alors dans les journaux. Le cas du « petit Gilles » devient connu. L'identité profonde entre le contenu de cette phrase et le dogme de l'Assomption, ainsi que la proximité des dates entre l'audience accordée à Gilles et la proclamation de ce dogme (Toussaint 1950) ne pouvaient manquer de frapper profondément les esprits et les coeurs.

 

Les voies du Seigneur

 

Pie XII, selon des sources bien informées, aurait demandé à Dieu au cours de l'année sainte 1950 un « signe » pour savoir s'il devait ou non proclamer le dogme de l'Assomption de la Vierge. Des membres de son entourage direct, ainsi que de nombreuses personnes extérieures au Vatican n'ont pas manqué d'identifier ce « signe » à la révélation privée de l'enfant. La mission de Gilles est réalisée ici-bas. Cependant, de 1950 à 1958, Gilles va continuer de voir la Vierge à intervalles réguliers. Le 13 mai 1950, il annonce « le 13 juin prochain, je dois avoir une robe blanche. Je devrai marcher les pieds nus, comme le petit Jésus, pour la conversion des pécheurs. » Des clichés photographiques ont immortalisé cet instant.

 

Le 15 août 1954, la Vierge lui déclare : « Je suis la Reine du Sauveur. Tu peux le dire à monsieur le curé. » Le 5 novembre suivant, pendant la messe en l'honneur du Sacré-Coeur, l'enfant voit la Vierge ; celle-ci « s'incline » à la consécration. Ces propos ne sont pas sans évoquer certaines visions rapportées au début du XXème siècle par le père Lamy qui, lui aussi, vit Marie s'incliner... Les 13 janvier, février et mars 1955, pour la première fois, des « rayons dorés et brillants sortent des mains jointes » de l'apparition. Le 20 mars 1957, Gilles est triste « Gilles, je ne viendrai plus te voir », lui a dit Marie. Le 15 août 1958, la Vierge lui apparaît une ultime fois.

 

Il a rejoint la maison du Père éternel le 26 février 1960. Depuis lors, les témoignages de grâce se sont multipliés. Ils seraient trop nombreux à citer. Certains ont qualifié de « puissante » l'intercession du petit Gilles en son éternité. De nombreux cas de conversion ont été notés. Puis le temps a passé, faisant quelque peu oublier dans la mémoire collective toutes ces interventions merveilleuses, tellement extérieures à notre monde, mais radicalement si proches.

 

Le cas de Gilles est exemplaire à plus d'un titre. Il illustre bien le statut thologique non officiel des révélations privées dans l'Eglise et dans la vie de Foi. Ces révélations « particulières » ne sont jamais de nature dogmatiques (Pie XII fait allusion au « secret » de Gilles dans le texte de la déclaration du Dogme de l'Assomption): elles ne complètent ni ne remplacent la Révélation Biblique, achevée à la mort du dernier Apôtre, mais peuvent, le cas échéant, en dire, en refléter ou en éclairer un aspect à une époque donnée, en faveur d'une communaué particulière (ou non) de fidèles.

 

Prière au Petit Gilles

(pour la dévotion privée)


Cher petit Gilles, dans ton Eternité, daigne écouter les demandes que t'adressent tes parents et amis de la terre. O toi, qui as tant désiré être prêtre pour « mettre Jésus dans les hosties » et devenir missionnaire de la Sainte Vierge... O toi que Marie a appelé « mon petit Jésus de la terre »... O toi, le tout petit ambassadeur envoyé par la Sainte Vierge auprès du Pape Pie XII, pour lui confier le « secret » de la glorieuse immortalité de son corps virginal... O toi que la maman du Ciel a embrassé ici-bas et a qui tu as rendu son doux baiser... O toi qui as reçu les confidences de Celle qui s'est nommée pour toi « la Reine du Sauveur »... O toi qui as vu des rayons d'or s'écoulant de ses mains jointes... Nous te demandons de supplier la Toute-Puissante et Immaculée Reine du Monde de laisser descendre sur nous un Rayon de Sa Miséricordieuse Bonté... Voici la grâce spéciale que tu voudras bien solliciter pour nous (nommer la grâce désirée) Ce sera peut être un vrai miracle, mais ta prière, qui en a déjà obtenu sur la terre, ne doit-elle pas être maintenant irrésistible sur les Coeurs de Jésus et de Marie? Petit Gilles, nous avons confiance en toi!

 

Bibliographie: "Le Petit Gilles, Messager de Marie auprès du Pape", de Jean Philippe, aux Editions du Parvis, qui est le seul livre en langue française sur la vie du Petit Gilles  (Livre a demander sur le site www.parvis.ch )

 

 

Gallerie de photos du Petit Gilles

cliquer sur le lien suivant:

http://imagessaintes.canalblog.com/archives/2008/01/17/5814398.html

 



17/01/2008
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 669 autres membres