Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Le Lieutenant Tom Morel

 Lieutenant Tom Morel

1915-1944

 

Dès sa petite enfance, il manifesta son horreur du mensonge. Il vécut pleinement son idéal scout. Lors de ses études il manifeste une grande liberté d'esprit et beaucoup d'humour. Un camarade témoigne: "Le souvenir que je garde de lui? Sa poignée de main franche et son regard clair - sa signature d'une main ferme - et comme avec un sourire fraternel".

Le 5 janvier 1931, il écrit "... si je n'avais Jésus tout près de moi, que je reçois chaque matin, je succomberais sous le poids de ma tâche... Et tous mes efforts maintenant consistent à ma perfectionner en toute façon, à grandir davantage pour pouvoir être plus tard le chef allant, entrain, le chef qui connaît son métier et ses hommes, mais aussi le chef qui se dévoue pour eux. Pour être chef, il faut avoir du prestige; et ce prestige il faut l'acquérir par la générosité, de l'entraide mutuelle, du dévouement... "Il n'y a pas de plus grande preuve d'amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime", a dit Jésus; et s'il permettait que cela me soit demander à moi, oh! combien je le remercierais..." Un jour il explique son idéal: "Un chrétien doit être le premier partout. S'il veut que son christianisme porte témoignage". Et il s'efforce de l'être que ce soit à l'équitation, l'escrime ou la gymnastique.
Il entre en "corniche" au lycée Sainte Geneviève pour présenter le concours d'entrée à Saint-Cyr. Le 16 octobre 1934, il écrit: "La citation tirée de l'Ecclésiaste est fort belle, et si l'on prend le mot "craint" dans le sens que lui donne l'enfant qui redoute son père tout en l'aimant, elle prend un relief saisissant de vérité: crainte et amour, deux sentiments mêlés intimement à la conception de notre foi et dont l'union en notre âme peut être une source d'élévation vers Dieu, de réconfort au moment de tristesses, de respect au moments de joie de tout ordre." Le 25 octobre: "... Je pense à celui, qui là-bas, dans le Nord, vient de revêtir la soutane. Soutane ou qu'importe après tout, si nous sommes dans la voie dictée par le Seigneur". Le 31 octobre: "Commander aux autres, par la maîtrise de soi et à force de volonté, les actions les plus difficiles, voilà ce que j'ambitionne de nouveau... Priez pour que, malgré les rechutes de ma vie de grâce et les lâcheté de l'esprit et du corps, je garde au fond de moi-même la flamme toujours lumineuse de la croyance et de l'espoir..."
Il est reçu à Saint-Cyr. Il écrit: "Travail absorbant et ingrat mais que j'ai aimé tout de suite à cause de sa difficulté même; car plus la vie devient facile et plus j'enrage..." A la sortie de sa deuxième année il choisit les chasseurs alpins. Les Alpes vont le révéler à lui-même, décor de sa vie... et de sa mort. "Car vous avez compris. Compris que ce métier d'officier nous est une vocation, et que toute critique à ce sujet nous est presque injure". Il va chercher à travers la monotonie de la vie tout ce qui en fait le prix et donc la joie. L'entraînement est très dur, il se donne à fond comme toujours mais si une déception arrive il réagit; "Si mon amour-propre est blessé, ce sera très bon pour lui".
Septembre 1938: "Une fois de plus je fais la constatation que je ne vis vraiment bien que dans l'effort. Je tiens énormément à garder cette jeunesse de caractère qui consiste à refuser d'opter pour toute médiocrité, tout reniement de soi-même et de ses actes". "Mes fiançailles, écrit-il à deux de ses meilleurs amis, ont été un nouvel effort vers le bien, une nouvelle tentative pour monter vers le haut. Mon mariage sera un nouveau palier de cette ascension. Nous sommes bien décidés, ma fiancée et moi-même, à faire de Dieu le centre de nos actions communes...". Et il se marie le 12 novembre 1938 avec Marie-Germaine. Puis c'est la guerre et Tom souffre de ne pas être avec ses camarades qui se battent. Robert est son premier fils.
Puis le 10 mai 1940 cela bouge sur les Alpes et en 13 jours, du 11 au 24 juin, Tom Morel révèle ses exceptionnelles qualités de chef. Il est décoré de la Croix de Guerre. Puis c'est l'armistice. Officier, il décide de rester dans l'armée officielle où, sous son couvert, se forme l'Armée secrète. A 24 ans, en novembre 1940, il est décoré de la Légion d'Honneur. Ce même mois, naît son deuxième fils, Philippe. Tom camoufle si bien le maximum d'armes qu'il y en a pour trois bataillons et cela sous le nez des Allemands. Comme partout, Tom Morel est un pôle d'attraction morale et spirituelle. Paraît le bulletin Promotion Maréchal Lyautey . En épigraphe: "La joie de l'âme est dans l'action".
Fin août 1941, Tom est nommé inspecteur de Saint-Cyr à Aix-en-Provence. Le 21 décembre, naît François, le troisième enfant. Le 26 novembre, l'armée est démobilisée. Tom écrit: "Il y a deux grands principes sur lesquels nous devons nous appuyer, nous officiers. Le premier est que la France est immortelle, le second est que nous vaincrons un jour". L'Armée secrète se structure. Les Allemands surveillent de plus en plus Tom Morel. Sa femme et ses enfants se cachent après une perquisition vaine de la Gestapo.
Au printemps de 1944, c'est le nom du plateau des Glières qui fut l'œuvre de Tom: "Sublimant tout ce que le maquis possédait de nobles traditions, il éleva les hommes au-dessus d'eux-mêmes". Ils furent 450. Le 13 février, ils étaient encerclés. Le 14 un parachutage permit d'armer chaque homme. "Les âmes ont besoin qu'on s'occupent d'elles aussi...!" Des prêtres montaient au plateau. Nouveau parachutage dans la nuit du 4 au 5 mars. Tom veut obtenir des Français qui les entourent qu'ils cessent ce combat contre d'autres Français qui, eux, n'en voulaient qu'aux Allemands. Il fait prisonnier le commandant Lefèvre. Celui-ci demande son revolver pour sauver, disait-il, son honneur d'officier... et tire à bout portant sur Tom, tué net d'une balle au cœur.
Quelques jours avant sa mort, il avait répondu à quelqu'un qui lui reprochait sa témérité: "Je fais toujours ce que je sais être mon devoir, dussé-je en mourir". C'est le lieutenant qui avait écrit: "Je cultive le prestige, non pour une vaine gloire mais pour élever les âmes vers Jésus: Il est mon grand potentiel d'énergie; s'Il n'était pas dans mon cœur, je sens que je ne pourrais rien faire".

Extrait de  1600 Jeunes Saints, Jeunes Témoins - Éditions de Chiré - François Marie Algoud

 

Chant en l'honneur de Tom Morel

chant de la Promotion Tom Morel (1987-1990)



Fier Lieutenant Tom Morel
Officier dont le nom rappelle
Ce pourquoi nous avons choisi
De servir notre Patrie
Pour l'amour de notre pays
Nous voulons raviver l'esprit
Auquel vous êtes resté fidèle
Il nous servira de modèle

Tom Morel fier Lieutenant
Nos Casoars rouges et blancs
Jamais ne veulent s'abaisser
Ils marquent notre volonté
De servir comme Officier
Même si la vie il faut donner

Jeunesse, panache et volonté
Ces valeurs que vous incarnez
Marquent l'élan de nos vingt ans
Ne nos Casos flottant au vent
Que notre Premier Bataillon
A l'appel de votre nom
Affirme sa vocation
Dans le respect des Traditions

Ce soir un genou en terre
Nous souvenant des Glières
De cette farouche volonté
De faire vivre la liberté
Cet exemple que vous donnez
De Gloire et de Dignité
Nous montre jeunes Officiers
La voie qu'il nous est donnée.

Texte extrait du site //lebibs.free.fr



29/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 679 autres membres