Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

05 Sainte Marie, Mère de Dieu

 

Sainte Marie Mère de Dieu

Fête le 1er Janvier 




 De l'Evangile selon Saint Luc 2,16-21

Quand les bergers arrivèrent à Bethléem, ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire. Après l'avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. Et tout le monde s'étonnait de ce que racontaient les bergers. Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son coeur. Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu'ils avaient entendu et vu selon ce qui leur avait été annoncé. Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l'enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l'ange lui avait donné avant sa conception.

Méditation

La fête de Marie, Mère de Dieu, (aujourd'hui journée mondiale de prière pour la paix) ouvre l'année civile et vient « couvrir » celle de la Sainte Famille, ordinairement célébrée - calendrier liturgique oblige - le premier dimanche après Noël. Cependant c'est le même mystère que les chrétiens honorent, celui de « l'école de Nazareth » que le pape Paul VI, lors de sa visite historique des lieux en 1964, a si bien résumé en quelques mots : famille, travail, humilité, paix. C'est dans cette lumière que l'Eglise, Peuple de Dieu en marche, prie Marie, modèle des vertus de Nazareth à imiter.

Il y a une semaine, la liturgie nous transportait à Bethléem au berceau de la Foi et de l'Incarnation et nous avons joint notre prière à celle des humbles bergers venus adorer. L'évangile du jour nous offre une scène radieuse de cette paix et de cette humilité qui, de Bethléem à Nazareth, animent cette « sainte famille », composée humainement sur le modèle d'un trio spécifique indéfinissable et d'une unité spirituelle incomparable. Pour nous, l'unité et la paix de nos familles humaines ou spirituelles, sont comme des portes à passer, mais ce sont des portes basses : il faut plier son orgueil, son amour propre, ses rancoeurs, pour en franchir le seuil, parfois à genoux, dans l'humilité.

Mais quand, dans une famille de la terre, ces valeurs sont vécues à l'ombre de l'Esprit, alors chaque membre trouve à la fois sa place et son développement. Certes, de nos jours, l'épouse-mère ne reste plus guère confinée dans les emplois ménagers ; l'homme pour sa part n'est plus non plus le symbole unique du monde du travail professionnel ; et pourtant, au-delà de cette division spécifiée des taches que nos sociétés bousculent, l'unité familiale fortifiée au cœur de l'amour demeure l'horizon d'une plénitude insurpassable pour tous.

« Marie cependant retenait tous ces événements et les méditaient dans son cœur »

Marie, à l'image de toute femme, préside au foyer de l'Amour parce qu'elle vit de l'intérieur un don merveilleux ; Joseph se tient sans doute habituellement à l'atelier, les mains à l'œuvre, mais le cœur réchauffé d'une paix qu'il a trouvée dans un service exceptionnel. Quant à l'enfant, objet de toutes les attentions, il est à la fois le berceau et l'oméga d'une vie dont la source dépasse chacune des personnes puisqu'elle est de Dieu et pour Dieu.

Ne refusons pas cette image, jugée peut-être idyllique, de la famille de Nazareth si nous la comparons aux nôtres, trop souvent embourbées dans les tracas et les misères de l'existence, mais sachons y puiser la force et l'espérance qui font de nos foyers humains des cellules d'Eglise, en marche vers la paix et vers l'unité avec le désir de croître sous le regard de Dieu.

Que notre propre méditation oriente notre prière vers la Mère de Dieu, quotidiennement et universellement priée par le « Je vous salue Marie » qui nous rappelle explicitement la fête de ce jour : « Sainte Marie,  Mère de Dieu, priez pour nous »

Fr. Yves PERIER-MUZET
Frère de la Ste Famille LYON 3°

 

Texte extrait du site http://catholique-lyon.cef.fr

 

Oraison de la Messe de Sainte Marie, Mère de Dieu

 

Dieu Tout-Puissant, par la Maternité virginale de la Bienheureuse Vierge Marie, Tu as offert au genre humain les trésors du Salut éternel; accorde-nous de sentir qu'intervient en notre faveur Celle qui nous permit d'accueillir l'Auteur de la Vie, Jésus-Christ, Ton Fils, notre Seigneur, Lui qui vit et règne avec Toi et le Saint Esprit pour les siècles et les siècles. Amen.

 



03/01/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 660 autres membres