Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Vénérable Nellie Organ

 Nellie Organ

La violette du Saint Sacrement

1903-1908

Fête le 2 février


Devant le récit de la courte, mais intense vie de Nellie Organ, il y a de quoi rester perplexe. Etre saint n'est pas un privilège, c'est vrai, mais cela doit être, pour tous, un but, sans aucune limite d'âge ou de condition. Les jeunes enfants sanctifiés, tant garçonnets que fillettes, n'on jamais manqués en plus de 2000 ans d'histoire du Christianisme. Par ailleurs, l'Eglise a préféré canoniser des jeunes en fonction de leur compréhension de la sainteté dès leur plus jeune âge. Des exemples ont fleuris çà et là : Saint Dominique Savio, Sainte Maria Goretti, les Bienheureux François et Jacinte de Fatima, la Bienheureuse Imelda Lambertini, le Bienheureux Simon de Trente, etc.

D'autres causes de jeunes enfants sont en cours d'instruction, telles Silvio Dissegna, 12 ans, (de Moncalieri) ; Angela Iacobellis, 13 ans ( de Naples) ; Ange Boneta, 13 ans (de Cigole / Brescia) ; Guiseppe Laiton, 13 ans, (de Tour Annoncée) ; Marie Bruns, 8 ans, (de Turin) ; la Vénérable Maria-Carmen Gonzalez-Valerio, jeune espagnole de 9 ans ; ou encore le Vénérable Maggiorino Vigolungo, jeune aspirant à la Société Saint Paul de 14 ans.

A ceux-ci, s'ajoutent une longue liste de jeunes, définis comme étant des témoins pour notre temps ; ils n'ont pas tous de causes de béatification en cours, mais, par leur brève vie et leur sainte et édifiante mort, ils ont su transmettre le message de la vie d'Evangile à une jeunesse souvent oppressée et frustrée dans les temps actuels où nous vivons. Nous pourrions citer quelques uns, comme Gilles Bouhours, à qui Marie transmit un secret, concernant sa glorieuse Assomption pour le Pape Pie XII, Guy de Fontgalland, un jeune enfant, qui sut se battre contre lui-même par amour pour le Seigneur, ou encore Herman Wijns, un enfant qui célébrait des Messes Blanches à Merksem, qui n'avait pour seul objectif que de devenir Prêtre…

Parmi tous ces jeunes saints, il y en a qui aimaient profondément et intensément l'Eucharistie ; y ressentant vivement la présence du Seigneur. En partant de Saint Tarcisius, martyrisé à Rome pendant qu'il portait la communion aux chrétiens emprisonnés ; en passant par la Bienheureuse Imelda Lambertini (1320-1333), de Bologne, morte agenouillée dans une église, agenouillée, en adorant le Saint Sacrement ; en passant aussi par Saint Dominique Savio, qui rentrait en extase devant le Saint Sacrement au Valdocco.

A ce point, après avoir présenté ces quelques figures, l'on peut maintenant se permettre de présenter la petite Nellie Organ, entrée dans la Vie prématurément, à l'âge de 4 ans, 5 mois et 11 jours. Sa vie fut profondément marquée par une très précoce dévotion pour le Saint Sacrement, qu'elle appelait son « Dieu Saint ». A près de 100 ans après sa mort, son souvenir est encore bien présent. Rien que sur l'internet, l'on peut découvrir deux livres édités récemment, et, en Europe, l'on trouve un grand nombre de pages ou de sites internet lui étant dédiées, avec bien souvent une photographie d'elle, habillée en communiante, photographie répandue par la Maison du Bon Pasteur de Paris et jadis imprimée par la Maison Typographique Pontificale Pie IX de Rome.

Nellie Organ naquit à cette vie le 24 août 1903 à Cork, capitale de l'Irlande Catholique. Toute enfant, elle perdit sa maman, et son papa, ne pouvant que très difficilement subvenir seul aux besoins de sa petite famille, elle fut placée, ainsi que sa sœur, chez les Sœurs du Bon Pasteur, voisines de la maison paternelle. Cet Institut accueillait en pension des jeunes filles, dont les parents, seuls ou isolés, ne pouvaient assurer leur éducation, souvent aussi à cause d'une grande misère et d'une terrible précarité, si grande en Irlande à cette époque. A la suite d'une chute accidentelle, Nellie tomba gravement malade.

Face à l'intelligence très précoce de la petite fillette, et aussi face à son extraordinaire disponibilité pour les choses de Dieu et un mystérieux instinct de la grâce qui l'attirait vers le Saint Sacrement et vers la Passion de Jésus les religieuses furent remplies d'admiration. Pour pouvoir comprendre plus aisément ces incroyables et extraordinaires qualités spirituelles que Nellie possédait, n'oublions pas qu'elle n'avait pas 5 ans et qu'elle avait une rare intelligence de Foi en Dieu très précoce pour une fillette de son âge, nous devons comprendre et croire en ce Dieu d'Amour, qui de temps en temps, suscite une des ses créatures, l'envoie dans le monde afin d'y montrer la grandeur de l'auguste mystère de l'Amour Miséricordieux du Seigneur à ses contemporains, pour retourner, très rapidement, après une existence, quasi éclair, dans l'Amour infini du Père.

La vie de Nellie suscita énormément d'étonnement, d'admiration, de vénération, aussi bien en Irlande qu'en Europe, à cette époque où l'on entrait dans ce qui fut le très sombre et obscur 20e siècle. Elle fut et est comme un flambeau qui nous apprend à comprendre pleinement le Don de l'Eucharistie pour l'humanité. Quand on la transportait à la chapelle de l'Institut, devant le Saint Sacrement, ou devant le tabernacle, Nellie était comme un ange, regardant fixement le tabernacle ou l'ostensoir, ses petites mains jointes. Chaque fois, elle demandait à la Sœur qui s'occupait d'elle d'être portée le plus près possible de l'autel, plus spécialement quand était exposé le Saint Sacrement.

Durant les neuf mois que Nellie passa dans l'Institut du Bon Pasteur, son désir de recevoir Jésus devint de plus en plus grand. N'oublions pas, qu'à cette époque, avant 1910, la Première Communion, n'était pas, ou rarement accordée avant l'âge minimal de 12-13 ans, et seulement sur un jugement favorable du curé de la paroisse quand à la disposition et à la préparation du communiant.

Consternées de ne pouvoir comble le désir de la petite malade, les Sœurs tentèrent, en vain, de lui expliquer qu'elle n'avait pas atteint l'âge minimal requis pour pouvoir communier. Le matin, quand la Sœur infirmière qui s'occupait d'elle allait à la messe, aussitôt après avoir communié, elle venait embrasser Nellie, pour qui ce baiser devenait le « baiser de Jésus ».

Un prêtre très âge, arriva un jour au couvent, et y resta pendant plusieurs semaines. Il fut très rapidement mis au courant des désirs de la jeune malade, qu'il visitait chaque jour, la questionnant sur sa connaissance des choses de Dieu et sur son désir de communier, il fut très impressionné par sa grande bonté, son intelligence et son amour pour le « Dieu Saint » de Nellie. Emettant un avis favorable pour la première communion de Nellie, il promit d'en parler avec l'Evêque.

L'Evêque d'York fut très étonné en entendant le Prêtre parler de Nellie, après une longue prière dans sa chapelle, il écrivit à la supérieure de l'Institut une lettre dans laquelle il donna son accord, et il joignit, pour Nellie, une image de Saint Jean, se penchant tendrement sur le Cœur de Jésus. Selon les règles de l'époque, l'Evêque administra le Chrême, puis le 6 décembre 1907, premier vendredi du mois, consacré au Sacré Cœur de Jésus, au cours d'une cérémonie solennelle à laquelle participèrent toutes les Sœurs et les enfants de l'Institut, Nellie, transportée dans une chaise, reçut Jésus dans son cœur, son « Dieu Saint ». A ce moment là, la joie de l'enfant fut tellement grande qu'elle en est indescriptible.

Les derniers jours de la vie de Nellie se passèrent entre une acceptation et une facilité à supporter la souffrance de plus en plus vive. Son désir de recevoir journellement son « Dieu Saint » était toujours plus grand, en tout, en moins de deux mois, elle a communié 32 fois. Chaque fois qu'elle communiait, Nellie devenait rayonnante et restait absorbée et plongée en action de grâce pendant plusieurs heures. Avec sa maturité supérieure à bon nombre d'enfant de son âge, face à sa terrible souffrance, elle réconfortait en pensant à la Passion du Seigneur.

Tout ces fait, qui sont arrivés à une enfant de 4 ans et demi, peuvent sembler incroyables à nos yeux si rationnels, mais, pourtant, tout cela est vrai. Pour pouvoir comprendre cela, pensons que le Seigneur, dans Son Amour, peut accomplir de grandes merveilles auprès des âmes des gens les plus simples.

Après une longue agonie, assistée de son père, de sa sœurs et des religieuses, Nellie entra dans la Vie le 2 février 1908, en la Fête de la Présentation de Jésus au Temple. L'année suivante, en 1909, les enfants du pensionnat firent une neuvaine à la Petite Nellie, demandant que le Pape, daigne accorder la Communion aux jeunes enfants. Quelques mois plus tard, Pie X, signa un décret « Quam Singuliers », concédant la communion aux jeunes enfants. Ce même Pie X, informé de l'histoire de Nellie, envoya sa bénédiction apostolique à l'institut, et écrivit un mot, de sa main : « Nellie, petite fillette, fut appelée au Paradis ». La cause de Béatification de Nellie a été ouverte. Par son intercession, des récits de guérisons instantanées et les échos des grâces reçues ont, partout, contribuées a la renommée de la êtite Violette du Saint Sacrement.

Prière pour obtenir la glorification de Nellie Organ

Seigneur, qui êtes admirable en Vos Saints, nous Vous rendons grâce pour votre servante, Nellie Organ, la petite violette du Saint Sacrement. Pour nous, elle est un modèle de dévotion et d'amour envers vous, ô Jésus-Eucharistie, ô Pain de vie. Nous Vous demandons la glorification en Votre Eglise de Votre humble servante, et par son intercession, daigner nous accorder toutes les faveurs que nous Vous demandons (…) pour que soit manifesté la puissance dont elle jouit sur Votre Divin Cœur. Nous vous le demandons aussi par l'intermédiaire de Marie, votre virginale maman que Nellie a tant aimé sur la terre. Amen.

 

Document à télécharger:

Nellie Ogan, la violette du Saint Sacrement (pdf)

 

Gallerie de photos de la Vénérable Nellie Organ,

cliquer sur le lien suivant:

 http://imagessaintes.canalblog.com/archives/2008/01/11/7524394.html

 


11/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 662 autres membres