Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Vénérable Anne de Guigné

 La Vénérable Anne de Guigné

L'enfant qui voulait être bon

1911-1922

Fête le 14 janvier



Une très grande âme pour une toute petite fille. Toutes les famille d'Annecy-le-Vieux savent ce que signifie la visite des officiers d'état civil dans les maisons des femmes de soldats. Voilà un an que la guerre dure, voilà plus de six mois qu'elle s'est enlisée dans les tranchées. Dans la boue de l'Est, loin de leurs montagnes, les hommes tombent. Alors, en ce mois de juillet 1915, lorsque la jeune femme voit arriver les deux officiers, lorsqu'elle les voit monter les marches du perron, déjà, elle a compris.

« Le lieutenant Guigné est tombé au champ d'honneur à la tête de sa compagnie de chasseurs alpins, sur le front d'Alsace... » Toute la nuit, ces mots terribles résonnent dans la tête de la jeune veuve. Ses enfants, ses quatre enfants, sont des enfants sans père. Le lendemain, dans la pièce où la jeune femme s'est réfugiée pour pleurer, Anne, sa fille née dans cette maison le 25 avril 1911, s'approche timidement. Dans la tête de Mme de Guigné, tout s'entrechoque. La mort du héros, les soucis domestiques, et cette gamine si vive, si intelligente, mais tellement désobéissante, orgueilleuse, jalouse et capricieuse… Si, au moins, ses colères pouvaient cesser. La maman caresse les cheveux de la fillette et murmure : « Anne, si tu veux me consoler, il faut être bonne. Et Anne va tout faire pour être bonne ».

À partir de cet instant, elle s'y efforce sans répit, avec l'acharnement d'une gamine de quatre ans et demi, s'appliquant à d'innombrables sacrifices, à table, au travail, dans les jeux… La petite fille répète sans cesse : « Je suis heureuse. » Elle s'obstine et sollicite l'aide de Dieu. Au milieu de sa détresse, Mme de Guigné assiste au surprenant combat spirituel d'une enfant passionnée qui ne veut plus rien refuser à Dieu. Par moments, pour quelques broutilles -- un jeu auquel Anne ne peut participer, une sucrerie qu'on lui refuse --, la mère voit la petite fille devenir subitement rouge de colère, serrer les poings. Mais Anne maîtrise toujours son caractère emporté. Elle l'a promis. Peu à peu, les crises s'espacent et, bientôt, son entourage a l'impression que tout lui est agréable. Son institutrice constate elle aussi cet irréversible et radical changement: « Je n 'ai jamais vu Anne revenir en arrière. »

Les mois passent. Au début de 1917, Mgr Chapon évêque de Nice, découvre sur la liste des candidates à la première communion, une enfant qui n a pas encore six ans. Stupéfait, il refuse qu'on l'admette. On insiste, on supplie. I1 se laisse alors fléchir, mais exige un « examen sévère ». Lorsqu'on amène Anne de Guigné au père Perroy, le supérieur des jésuites chargé de l'interroger, il commence par s'y refuser. « Elle est beaucoup trop petite. C'est un bébé ! Que Madame de Guigné vienne me parler, je m'arrangerai avec elle. Bientôt les mamans voudront faire communier les enfants avant qu'ils sachent marcher ! » II cède enfin. Et, pendant une demi-heure, il l'interroge. Les questions du catéchisme d'abord, puis, comme l'enfant ne commet aucune erreur, il entame un dialogue plus libre. Saisi par les réponses de l'enfant, le jésuite se rend à l'évidence : « Madame, dit-il à sa mère, non seulement elle est prête, mais je souhaite que vous et moi soyons toujours au degré d'instruction religieuse de cette enfant-là.»

L'examen est réussi, mais, toujours, demeure la blessure initiale. La veille de la première communion, alors qu'elle n'a eu de cesse de connaître ce moment, Anne est infiniment triste. Son père ne sera pas présent. Mais elle retrouve le sourire lorsqu'elle comprend qu'il assistera, du Ciel, à la cérémonie. En ce lundi 26 mars 1917, où elle communie pour la première fois, elle fait déposer sur l'autel un billet : « Mon Petit Jésus, je vous aime et, pour vous plaire, je prends la résolution d'obéir toujours ! »

Mais déjà le combat d'Anne touche à sa fin. Frappée d'une maladie cérébrale, sans doute une méningite, en décembre 1921, elle est forcée de s'aliter. Elle répète sans cesse : « Mon Bon Jésus, je veux tout ce que vous voulez. » Et, aux invocations que l'on fait pour son rétablissement, elle ajoute systématiquement : « Guérissez aussi les autres malades. »

Anne de Guigné meurt à l'aube du 14 janvier 1922, à Cannes. Elle n'a pas onze ans. Pendant longtemps, ses proches voulurent garder pour eux l'étonnant parcours spirituel de cette petite fille obstinée qui ne voulait qu'une seule chose, « être bonne ». Mais la renommée de la fillette dépassa bien vite le cadre familial et, le 3 mars 1990, le décret reconnaissant «l' héroïcité des vertus » d'Anne de Guigné et la proclamant « vénérable » était promulgué.

Extrait du « Livre des merveilles », aux Editions Mame/Plon

 

Prière pour obtenir la Béatification de la Vénérable Anne de Guigné

 

Dieu notre Père, Nous te remercions d'avoir permis que Ta petite Servante Anne de guigné soit déclarée "vénérable" par ton Eglise. Tu nous rappelles ainsi ton amour de prédilection pour les enfants et que seuls peuvent entrer dans ton Royaume ceux qui leur ressemblent. Que cette petite Anne qui ne vivait que pour ta Gloire nous entraîne sur des chemins d'amour et de pureté ! Qu'elle nous fasse goûter la joie du sacrifice ! Que son exemple nous aide à découvrir les richesses de l'Eucharistie ! Dieu notre Père, Pour que la famille connaisse un nouveau printemps, pour que nos enfants voient s'épanouir en eux tous les dons de ta grâce et se préparent à une vie féconde et pleinement douée. Pour sauver tous les enfants du monde, en proie à d'abominables détresses, et à la pire de toutes, celle de ne pouvoir te connaître et t'aimer, nous avons besoin de Saints qui soient des enfants ! Daigne donc nous accorder la grâce que nous te demandons afin que, si telle est ta Volonté sainte, ton Eglise puisse bientôt en proclamant Anne de Guigné "bienheureuse", nous la donner comme protectrice et modèle pour les enfants du monde entier. Par le Christ Notre-Seigneur Amen.

 

Gallerie de photos de la Vénérable Anne de Guigné,

cliquer sur le lien suivant:

http://imagessaintes.canalblog.com/archives/2008/02/09/7890100.html

 



09/02/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 663 autres membres