Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

« Une vie de travail et d’amour, non sans épreuves »

 « Une vie de travail et d’amour, non sans épreuves »


Les époux Martin sont-ils béatifiés parce qu’ils étaient les parents de sainte Thérèse et d’une fratrie de religieuses ?


Mgr Guy Gaucher : Non, bien entendu! Tous les parents de saints ne sont pas des saints. Et le mari pourrait très bien être saint sans que sa femme le soit, et vice versa. Les causes en béatification de Louis et Zélie ont d’abord été personnelles jusqu’à ce que, sous Paul VI, elles soient réunies en une seule. Mais chacun avait déjà fait l’objet d’une enquête individuelle. Certes, c’est la canonisation de leur fille qui a attiré l’attention sur les parents : ces derniers auraient tout aussi bien pu rester inconnus. Pour autant, ce n’est pas à cause de Thérèse qu’on les béatifie aujourd’hui. L’enquête, qui a duré des années, s’est d’abord concentrée sur leur vie de couple et leur propre histoire. Ce qui est nouveau, c’est que les Martin sont le deuxième couple à être béatifié dans l’histoire de l’Église.


Pourquoi ne béatifie-t-on pas davantage de couples ?


Eh bien, je vous le demande ! C’est vrai que c’est très étonnant. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu de couples saints avant eux: c’est seulement qu’ils n’ont pas été béatifiés. Cela dit, je sais aussi qu’en ce moment, plusieurs causes de couples sont en cours à Rome. Peut-être assistons-nous à un « démarrage » dans ce domaine !


Qui étaient les époux Martin ?


Gardons-nous des anachronismes. Dans la France du XIXe siècle, au fin fond des campagnes normandes, la vie n’était pas celle d’aujourd’hui ! Je dis souvent que les Martin n’avaient ni électricité, ni Internet, ni voiture. Ils menaient une vie extrêmement simple et ordinaire, celle d’un couple d’artisans commerçants, qui exercent leur métier. Louis Martin était horloger, il montait et démontait des montres, réparait des horloges… C’était quand même un sacré boulot, auquel il s’était formé pendant plusieurs années. Zélie, c’est connu, était dentellière, experte du fameux « point d’Alençon ». Leur vie fut donc une vie de travail et d’amour. Non sans épreuves. Sur neuf enfants, ils en perdent quatre, une mortalité infantile terrible. Aussi s’efforcent-ils d’élever chrétiennement leurs cinq filles. Il n’était pas courant pour un couple, à Alençon, d’assister à la messe de 5 h 30 chaque matin. Ils ont aussi mené une vie de charité concrète, notamment vis-à-vis des gens qui les entouraient, de leurs domestiques.


Leur fille Léonie leur a donné du fil à retordre… Ont-ils toujours su faire les bons choix éducatifs ?


Le foyer Martin compte cinq filles: les deux grandes, Pauline et Marie, les deux petites, Céline et Thérèse, et, au milieu, Léonie. Celle-ci est moins jolie que ses sœurs, un peu « retardée », décrite comme difficile, renvoyée de l’école… Si bien que Zélie Martin finit par se demander ce qu’ils vont bien pouvoir faire de la «pauvre Léonie» . Avant de mourir, c’est d’ailleurs pour elle que priera sa mère, et non pour sa guérison. Au fond, cette histoire est celle de toutes les familles ayant un enfant plus difficile que les autres et qui leur cause du souci.


Qu’ont-ils à transmettre aux couples d’aujourd’hui ?


À cette question, le célibataire que je suis répond toujours que c’est plutôt aux couples de me le dire ! Je crois que le cœur du message des époux Martin, c’est d’avoir été un foyer où il y a eu beaucoup d’amour. L’amour, c’est, comme dira Thérèse, « tout donner et se donner soi-même » . Voilà des gens qui ont vécu en sortant d’eux-mêmes, pour les autres, leurs enfants et ceux qui les entouraient, qui ont traversé leurs épreuves avec une force et un courage étonnants, qui ont toujours manifesté une foi extrêmement forte. Bien sûr, aujourd’hui, tout cela est à transposer. Par leur amour, leur joie, leur expansivité, ce couple aura été un humus de vie chrétienne pour ses enfants.


Mgr Gaucher, Carme, évêque auxiliaire émérite de Bayeux et Lisieux, Mgr Guy Gaucher, qui a publié plusieurs ouvrages sur sainte Thérèse, raconte la vie quotidienne de la famille Martin


Recueilli par François-Xavier Maigre

 

Texte extrait du site  www.la-croix.com

 



19/10/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 666 autres membres