Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Règle des Pauvres Dames

Règle des Pauvres Dames


Chapitre premier


Au nom du Seigneur. Ainsi-soit-il.


Ici commence la règle et forme de l'Ordre des Pauvres Dames, à savoir : observer le saint Évangile de Notre-Seigneur Jésus-Christ, vivant en obéissance sans propre et en chasteté.


Claire, indigne servante du Christ, promet obéissance et révérence au seigneur pape Innocent et à ses successeurs canoniquement élus et à l'Église Romaine. Et de même qu'au commencement de sa conversion elle a, ainsi que ses Sœurs, promis obéissance au Frère François, ainsi elle promet une même soumission inviolable à ses successeurs. Et que les autres Sœurs soient tenues d'obéir aux successeurs du Frère François et à Sœur Claire et aux autres Abbesses canoniquement élues qui lui succéderont.


Chapitre 2
Comment les novices doivent être reçues


Si quelque personne, par inspiration divine, vient aux Sœurs et veut embrasser cette vie, que l'Abbesse soit tenue de prendre l'avis de toutes les Sœurs à ce sujet. Et si la majorité est favorable, qu'on puisse la recevoir avec la permission du seigneur Cardinal protecteur. Et s'il voit la récipiendaire, qu'il l'examine avec soin ou qu'il la fasse examiner sur la foi catholique et sur les sacrements de l'Eglise. Et si elle croit toutes ces choses et veut les confesser fidèlement et les observer fermement jusqu'à la fin; si elle n'est pas mariée, ou si elle Test et que son époux soit entré en religion avec l'autorisation de l'évêque diocésain après avoir fait le vœu de continence ; si enfin son âge avancé, des infirmités ou des défauts de caractère ne l'empêchent pas d'observer cette règle, qu'on lui expose avec soin les obligations de cette vie. Et si elle est capable, qu'on lui dise la parole du saint Évangile, qu'elle aille et vende tous ses biens et s'efforce de les distribuer aux pauvres. Que si elle ne peut le faire, la bonne volonté lui suffit. Et que l'Abbesse et ses Sœurs prennent garde de se soucier des biens temporels de la novice et que cette dernière agisse librement avec sa fortune comme le Seigneur lui inspirera. Pourtant, si un conseil est requis, quelles l'envoient à des hommes discrets et craignant Dieu et que par leur conseil les biens soient distribués aux pauvres. Qu'on lui coupe ensuite les cheveux en rond, et, l'habit séculier mis de côté, qu'on lui concède trois tuniques et un manteau. Dès lors, qu'il ne lui soit plus permis de sortir du monastère sans un motif utile, manifeste et plausible. L'année de probation étant finie, qu'elle soit reçue à l'obéissance, promettant d'observer toujours cette vie et cette forme de pauvreté. Qu'aucune ne reçoive le voile pendant le temps de probation. Que les Sœurs puissent aussi avoir de petites serviettes pour faciliter leur travail et entretenir la propreté. Que l'Abbesse fournisse ses religieuses de vêtements avec discernement, selon le tempérament de chacune, les lieux, les temps et les froides régions, comme il paraîtra nécessaire. Que les jeunes filles, reçues au monastère avant d'avoir l'âge légitime, se fassent couper les cheveux en rond, et après avoir déposé l'habit séculier, qu'elles revêtent un habit religieux, comme le jugera bon l'Abbesse. Mais parvenues à l'âge légitime, qu’on les habille comme les autres et qu'elles fassent profession. Et que l'Abbesse leur donne ainsi qu'aux autres novices une maîtresse choisie parmi les plus discrètes de tout le monastère pour les former avec soin à une vie sainte, à des mœurs pures, conformément à la vie professée par les Sœurs. Dans l'examen et la réception des Sœurs qui servent au dehors du monastère, qu'on observe les mêmes règles; ces dernières peuvent porter des chaussures. Qu'aucune femme ne réside au monastère, si elle n'a pas été reçue suivant la forme de cette profession. Et par l'amour du très saint et du très cher enfant Jésus enveloppé de pauvres langes et couché dans la crèche, par l'amour de sa très sainte Mère, je prie, j'exhorte et j'engage mes Sœurs à porter toujours des vêtements grossiers.


Chapitre 3
De l'office divin, du jeune et de la communion


Que les Sœurs qui savent lire, récitent, suivant la coutume des Frères Mineurs, l'office divin dès qu'elles pourront avoir des bréviaires. Elles réciteront, sans chanter. Et que celles qui pour un motif raisonnable ne pourraient quelquefois réciter leurs Heures, puissent dire le Pater noster comme les autres Sœurs. Que celles qui ne savent pas les lettres, disent vingt-quatre Pater noster pour Matines, pour Laudes cinq; , pour Prime, Tierce, Sexte et None, pour chacune de ces Heures sept; pour Vêpres douze et pour Compiles sept Pater noster avec le Requiem aeternam et à Matines douze. Que les Sœurs qui savent lire, soient tenues de dire l'Office des Morts. Quand l'une des Sœurs viendra à mourir, que les autres disent pour elle cinquante Pater noster. Que les Sœurs jeûnent continuellement. A la Nativité du Seigneur, quelque jour qu'elle tombe, elles peuvent faire deux repas. Que l'on puisse accorder miséricordieusement des dispenses aux jeunes Sœurs qui sont faibles, et à celles qui servent au dehors du monastère, suivant le jugement de l'Abbesse. Mais en temps de manifeste nécessité que les Sœurs ne soient pas tenues au jeûne corporel. Qu'elles se confessent au moins douze fois l'année, avec la permission de l'Abbesse. Et elles doivent prendre garde de ne parler que de ce qui touche la confession et le salut de leur âme. Qu'elles communient six fois l'année, à savoir à la Nativité du Seigneur, le jeudi de la grande Semaine, à Pâques, à la Pentecôte, à l'Assomption de la bienheureuse Vierge et à la fête de tous les Saints. Pour donner la communion aux Sœurs malades, que les chapelains puissent entrer dans la clôture.


Chapitre 4
De l'élection de l'abbesse


Dans l'élection de l'Abbesse, que les Sœurs soient tenues d'observer les règles canoniques. Qu'elles tâchent d'avoir pour la circonstance le Ministre Général ou le Provincial de l'Ordre des Frères Mineurs, qui les engagera par une instruction à la concorde parfaite et à la recherche du bien commun dans la tenue de l'élection. Et qu'on n'élise qu'une professe. Et s'il arrivait qu'une Sœur non professe lut élue ou choisie,qu'on ne lui obéisse qu après qu'elle ait promis d'observer cette règle de pauvreté. Si l'Abbesse vient à mourir, qu'on en élise une autre. Et si en quelque temps, l'universalité des Sœurs jugeait qu'elle ne suffit plus au serviceet à l'utilité commune, que les dites Sœurs soient tenues, en suivant les formes indiquées ci-dessus, de s'en élire une autre pour Abbesse,xle plus vite qu'elles pourront, et de s'en choisir une pour Mère. Mais que l'élue pense au fardeau qu'elle a accepté, et au Juge à qui elle devra rendre compte du troupeau qui lui est confié ! Qu'elle s'applique à être la première plutôt par ses vertus et ses saintes mœurs que par sa charge, à faire en sorte que ses Sœurs, mues par ses exemples, lui obéissent plus par amour que par crainte. Qu'elle écarte les amitiés particulières, de peur qu'en aimant davantage quelqu'une, elle ne scandalise toutes les autres. Qu'elle console les affligées, qu'elle soit la suprême consolation de celles qui sont dans la peine, de peur que si elles ne trouvent pas en leur Supérieure de consolations, le désespoir ne vienne à l'emporter dans ces âmes malades. Qu'elle fasse régner la vie commune partout, surtout à l'église, au dortoir, au réfectoire, à l'infirmerie et dans les vêtements. Et que sa vicaire ait les mêmes obligations. Une fois par semaine au moins, que l'Abbesse soit tenue de convoquer ses Sœurs au chapitre, où l'Abbesse elle-même et les Sœurs devront humblement confesser toutes leurs fautes et négligences publiques. Et qu'elle y traite aussi avec toutes ses Sœurs de ce qui touche le bien et l'utilité du monastère. Souvent, en effet, le Seigneur révèle aux plus petits ses desseins les meilleurs. Qu'elle ne contracte aucune dette importante, si ce n'est du consentement commun des Sœurs et en cas do manifeste nécessité, et que ce soit par procureur. Que l'Abbesse et ses Sœurs prennent garde de ne pas recevoir de dépôt dans le monastère; c'est souvent, en effet, la cause de troubles et de scandales. Pour conserver l'union, la charité fraternelle et la paix, que toutes les officières du monastère soient choisies du commun consentement de toutes les Sœurs. Qu'on choisisse de même au moins huit Sœurs d'entre les plus discrètes dont l'Abbesse sera tenue de prendre l'avis en ce qui regarde la forme de vie des Sœurs. Que les Sœurs puissent aussi, — et si cela leur paraît expédient et utile elles le doivent, —retirer à l'occasion leurs l'onctions aux officières et aux discrètes pour les confier à d'autres.


Chapitre 5
Du silence et de la manière de parler au parloir et à la grille


Depuis l'heure des Compiles jusqu'à Tierce, que les Sœurs gardent le silence, excepté celles qui servent en dehors du monastère. Qu'elles gardent aussi continuellement le silence à l'église, au dortoir, au réfectoire pendant le repas, mais non à l'infirmerie où, pour distraire et servir les malades, il sera toujours permis aux Sœurs de parler avec discrétion. Qu'elles puissent aussi toujours et. partout se communiquer à voix basse ce qui est nécessaire. Qu'il ne soit pas permis aux Sœurs d'aller au parloir ou à la grille sans la permission de l'Abbesse ou de sa vicaire. Et que celles qui ont cette permission d'aller au parloir, ne le fassent qu'accompagnées de deux Sœurs pour les voir et les écouter. Qu'elles ne prennent la liberté d'aller à la grille, qu'avec au moins trois des Sœurs désignées par l'Abbesse ou sa vicaire parmi les discrètes choisies par toutes les Sœurs pour le conseil de l'Abbesse. Que l'Abbesse et sa vicaire soient tenues d'observer, autant que possible, ces règles du parloir, et qu'on aille très rarement à la grille et jamais à la porte. A la grille, qu'il y ait intérieurement un voile qui ne soit jamais ôté, si ce n'est lorsqu'on annonce la parole de Dieu, ou lorsqu'on y parle. Qu'on ait une porte de bois bien fermée avec deux serrures différentes de fer, avec verrous et gonds, et que cette porte soit fermée, la nuit surtout, avec deux clefs dont l'Abbesse en détienne une et la sacristine l'autre. Et qu'elle demeure toujours fermée, si ce n'est pendant l'audition de l'office divin et pour les causes ci-dessus mentionnées. Qu'aucune Sœur ne parle jamais à la grille avant le lever ou après le coucher du soleil. Au parloir, qu'il y ait toujours à l'intérieur un voile qu'on n'écartera jamais. Pendant le carême de la Saint-Martin et le grand carême, qu'aucune n'aille au parloir si ce n'est pour se confesser au prêtre ou pour une autre nécessité manifeste, suivant le jugement et la prudence de l'Abbesse ou de sa vicaire.


Chapitre 6
Que les soeurs ne reçoivent aucun bien ni propriété par elles-mêmes ou par personne interposée


Que l'Abbesse et toutes ses Sœurs soient jalouses de garder la sainte pauvreté qu'elles ont promise au Seigneur Dieu, et que les abbesses futures et toutes les Sœurs soient tenues jusqu'à la fin d'observer la même pauvreté, c'est-à-dire; de ne recevoir et n'avoir aucun bien ni propriété, ni par elles-mêmes, ni par personnes interposées, de ne faire aucun acte qui puisse être vraiment considéré comme un acte de propriété, de n'avoir enfin que le peu de terre nécessairement requis pour la convenance et l'entretien du monastère. Et encore qu'on ne cultive pas cette terre, si ce n'est pour avoir dans le jardin ce qui est nécessaire aux Sœurs.


Chapitre 7
De la manière de travailler


Que les Sœurs à qui le Seigneur a donné la grâce de travailler, travaillent après Tierce d'un travail qui soit conforme à l'honnêteté et utile à tous, fidèlement et dévotement, de telle sorte qu'en excluant l'oisiveté ennemie de l'âme, elles n'éteignent point en elles l'esprit d'oraison et de dévotion auquel les autres choses temporelles doivent servir. Et que les Abbesses ou leurs vicaires soient tenues d'assigner au chapitre devant toutes le travail manuel à chacune. Qu'on fasse dire aussi par des prêtres, sur les aumônes du monastère, quelques messes pour les nécessités des Sœurs et qu'on les recommande toutes en commun. Et que tout cela soit réparti pour l'utilité commune par l'Abbesse ou sa vicaire, sur l'avis des discrètes.


Chapitre 8
Que les soeurs ne s'approprient rien et des soeurs malades.


Que les Sœurs ne s'approprient rien, ni maison, ni lieu, ni aucune chose, mais comme pèlerines et étrangères en ce siècle, servant le Seigneur dans la pauvreté et l'humilité, qu'elles aillent avec confiance demander l'aumône. Et il ne faut pas qu'elles en rougissent parce que le Seigneur s'est fait pauvre pour nous en ce monde. C'est là l'excellence de la très haute pauvreté qui vous a instituées, mes très chères Sœurs, héritières et reines du royaume des cieux, vous a faites pauvres de biens, mais vous a élevées en vertus. Qu'elle soit votre héritage, elle qui conduit à la terre des vivants. Attachez-vous y totalement, bien-aimées Sœurs, et pour le nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ, ne veuillez jamais posséder autre chose sous le ciel. Qu'il ne soit permis à aucune Sœur d'envoyer des lettres, recevoir quelque chose ou donner hors du monastère sans la permission de l'Abbesse. Et que l'on n'ait rien que l'Abbesse ne l'ait donné ou permis. Et si des parents ou d'autres personnes envoient quelque présent, que l'Abbesse le fasse donner à la Sœur à laquelle il est destiné, ou qu'elle en dispose pour elle-même, si c'est nécessaire, ou qu'elle en fasse charitablement part à une Sœur dans le besoin. Si l'on donne de l'argent, que l'Abbesse, de l'avis des discrètes, en dispose pour celles qui manquent de quelque chose. Quant aux Sœurs malades, que l'Abbesse soit fermement tenue de s'inquiéter avec soin, par elle-même ou par d'autres, de ce qui est nécessaire pendant le temps de la maladie : conseils, aliments et autres choses semblables, et qu'elle le procure charitablement et avec miséricorde, suivant les possibilités du pays. Et toutes sont tenues de veiller et de servir leurs malades, comme elles voudraient elles-mêmes être servies, si elles étaient malades. Et qu'elles se manifestent réciproquement leurs nécessités en toute liberté, car si une mère aime et nourrit sa fille selon la chair, avec combien plus d'affection chaque Sœur doit-elle aimer et nourrir sa sœur selon l'esprit ! Que les malades couchent sur des paillasses et qu'elles aient sous la tête un oreiller de plume. Et que celles qui ont besoin de sandales de laine ou de matelas, puissent en avoir. Quand des étrangers visitent le monastère, que les dites malades puissent répondre brièvement si on leur adresse quelques bonnes paroles. Mais que les autres Sœurs qui en ont la permission n'osent parler aux visiteurs du monastère qu'en présence de deux Sœurs discrètes placées de façon à les entendre et désignées par l'Abbesse ou sa vicaire. Que l'Abbesse et sa vicaire soient également tenues d'observer cette façon de parler.


Chapitre 9
De la pénitence à imposer aux soeurs


Si quelque Sœur, à l'instigation de l'ennemi, pèche mortellement contre la forme de notre profession, et si, avertie deux ou trois fois par l'Abbesse ou par les autres Sœurs, elle ne s'amende point; autant de jours qu'elle aura été contumace, qu'elle mange pain et eau devant toutes les Sœurs au réfectoire et qu'elle fasse même une plus grave pénitence si l'Abbesse le juge bon. Pendant le temps de sa résistance, qu'on prie le Seigneur d'illuminer son cœur pour l'amener à la pénitence. Mais l'Abbesse et toutes ses Sœurs doivent prendre garde de s'irriter contre le péché d'aucune d'elles, car le trouble et la colère empêchent la charité en soi et dans les autres. S'il arrivait,ce qu'à Dieu ne plaise, qu'entre deux Sœurs une parole ou un geste donnât une occasion de trouble ou de scandale, que celle qui a suscité la cause de ce trouble s'en aille aussitôt, avant d'offrir à Dieu le présent de ses prières, se prosterner humblement aux pieds de sa compagne, lui demander pardon, et plus encore, la supplier humblement d'intercéder pour elle auprès du Seigneur afin d'obtenir la rémission de sa faute. Quant à l'offensée, qu'elle se souvienne de la parole du Seigneur : « Si vous ne pardonnez pas du fond du cœur, le Père céleste ne vous pardonnera pas non plus », et qu'elle pardonne libéralement à sa sœur toute l'injure qu'elle a reçue. Que les Sœurs qui servent en dehors du monastère n'y fassent pas de longs séjours, à moins qu'une manifeste nécessité ne l'exige. Et qu'elles marchent honnêtement et parlent peu afin d'édifier toujours les spectateurs. El qu'elles prennent bien garde à ne pas avoir de consorts ou de rapports suspects avec personne et qu'elles ne se fassent pas commères d'hommes ni de femmes, de peur que par cette occasion ne naisse du trouble ou du murmure. Et qu'elles n'osent jamais rapporter au monastère les bruits du siècle, et qu'elles soient fermement tenues à ne pas faire savoir au dehors du monastère rien de ce qui se fait ou se dit à l'intérieur, qui soit de nature à causer quelque scandale. Et si une Sœur, par simplicité, venait à manquer à l'un de ces deux points, que l'Abbesse, dans sa prudente miséricorde, lui inflige une pénitence. Mais si elle avait contracté la vicieuse habitude de cette faute, que l'Abbesse, de l'avis des discrètes, lui impose une pénitence proportionnée à la gravité de la faute.


Chapitre 10
De la visite des soeurs par l'abbesse


Que l'Abbesse avertisse et visite ses Sœurs et les corrige avec humilité et charité, ne leur commandant rien qui soit contre leur âme et la forme de cette profession. Et que les Sœurs qui sont sujettes se souviennent que pour Dieu elles ont renoncé à leur propre volonté. Et qu'elles soient fermement tenues d'obéir à leurs Abbesses en toutes les choses qu'elles ont promis d'observer et qui ne sont pas contraires à leur âme et à leur profession. Et qu'elles aient une si grande familiarité avec leur Abbesse, qu'elles puissent parler et agir à son égard comme des maîtresses avec leurs servantes, car ainsi doit être que l'Abbesse soit la servante de toutes les Sœurs. J'avertis et j'exhorte, dans le Seigneur Jésus-Christ, toutes les Sœurs de se préserver de tout orgueil, de la vaine gloire, de l'envie, de l'avarice, des soins et des sollicitudes de ce siècle, de la médisance et du murmure. Et qu'elles aient toujours soin de garder entre elles l'union de la mutuelle charité qui est le lien de la perfection. Et que celles qui ne savent pas les lettres ne se soucient pas de les apprendre, mais qu'elles considèrent que par-dessus toutes choses elles doivent désirer de posséder l'esprit du Seigneur et sa sainte opération, de prier toujours avec un cœur pur et d'avoir l'humilité et la patience dans l'épreuve et l'infirmité, et d'aimer ceux qui nous reprennent et nous blâment, car le Seigneur a dit : « Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice, parce que le royaume des cieux est à eux, et celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé. »


Chapitre 11
De la portière


Que la portière soit de mœurs graves et discrète et d'un âge convenable, qu'elle demeure à son poste pendant le jour dans une cellule ouverte et sans porte. Qu'on lui adjoigne une compagne, capable, lorsque ce sera nécessaire, de la suppléer dans tout son office. Que la porte soit parfaitement fermée avec deux serrures différentes en fer, avec verrous et gonds, et qu'elle soit fermée, la nuit surtout, avec deux clefs dont la sacristine ait l'une, et l'Abbesse l'autre. Qu'on ne la laisse jamais sans garde le jour et qu'elle soit solidement fermée par une clef. Qu'on prenne bien soin et qu'on fasse attention à ne jamais ouvrir la porte plus qu'il n'est utile. Et qu'on n'ouvre jamais à celui qui demande à entrer, s'il n'en a la permission du Souverain Pontife ou du seigneur Cardinal. Et qu'on ne laisse pas entrer dans le monastère avant le lever du soleil, et qu'après le coucher les Sœurs ne permettent à personne de demeurer à l'intérieur, à moins d'un cas raisonnable de nécessité manifeste et inévitable. Si pour la bénédiction d'une Abbesse ou pour la consécration d'une moniale, ou pour toute autre cause, un évêque avait la permission de célébrer la messe à l'intérieur, qu'il se contente du plus petit nombre possible de compagnons et de ministres choisis parmi les plus vertueux. Lorsqu'il sera nécessaire de laisser entrer dans le monastère des ouvriers pour faire quelque ouvrage, que l'Abbesse choisisse avec soin une personne convenable qui se tienne à la porte et laisse entrer les personnes nécessaires à cet ouvrage, à l'exclusion des autres. Que toutes les Sœurs fassent grande attention à ne pas être vues par ceux qui entrent.


Chapitre 12
De la visite


Que le visiteur des Sœurs soit toujours de l'Ordre des Frères Mineurs, suivant la volonté et l'ordre du seigneur Cardinal, et qu'il soit tel que sa vertu et ses mœurs procurent une grande édification. Son office sera de corriger, dans le chef aussi bien que dans les autres membres, les fautes commises contre la forme de cette profession. Placé dans un endroit public de façon à être vu des autres, qu'il puisse parler avec toutes et chacune de tout ce qui regarde le but de la visite, suivant qu'elles le jugeront plus expédient. Qu'elles demandent aussi à l'Ordre des Mineurs un chapelain avec un compagnon clerc de bonne réputation, de discrétion éprouvée, et deux Frères laïques de sainte vie et de bonnes mœurs, ainsi qu'elles en ont eu miséricordieusement jusqu'à présent de ce même Ordre, pour les aider dans leur pauvreté. Et que le chapelain ne puisse pas entrer au monastère sans son compagnon. Et quand ils entrent qu'ils se tiennent dans un endroit public de façon à se voir et à être vus. Qu'il leur soit permis d'entrer pour la confession des malades qui ne peuvent pas venir au parloir, pour leur donner la communion, pour l'Extrême-Onction et la recommandation de l'âme. Pour les funérailles et les messes solennelles des Sœurs défuntes, pour creuser, ouvrir ou disposer la sépulture, que les personnes nécessaires puissent entrer avec le consentement de l'Abbesse. De plus, que les Sœurs soient toujours tenues d'avoir pour gouverneur, protecteur et correcteur le Cardinal de la sainte Église Romaine qui sera désigné par le seigneur Pape pour les Frères Mineurs, afin que toujours soumises et assujetties aux pieds de cette même sainte Église, stables en la foi catholique, nous observions toujours la pauvreté et l'humilité de Notre-Seigneur Jésus-Christ et de sa très sainte Mère.

 



26/03/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 683 autres membres