Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Padre Giacomo Filon de Balduina

 Padre Giacomo Filon

Le capucin qui resta à Lourdes

1900-1948

Fête le 21 Juillet


Favori Filon naquit à Balduina, dans la région de Padoue le 2 août 1900, sixième des huits fils de Giacomo Filon et de Giuseppina Marin. Il reçut au Baptême les noms de Favori et Angelo. Son père était facteur dans une entreprise agricole appartenant au Baron Ugo Treve de Bonfili, résidant à Padoue. Le petit Favori vécut une enfance heureuse, libre, avec l'affection de ses parents, jouent avec ses frères et sœurs. Sa famille recevait de temps à autres les Pères Capucins qui faisaient leur quête dans le but de pouvoir manger.


 

Il fut confirmé en 1910 à Piacenza d'Adige et fit sa première communion en 1911 à Balduina ; après avoir fait les trois classes dans l'école de son village natal, Favori Filon continua ses autres classes à Lendinara dans les Polesine, où il retrouva les Pères Capucins et il se mit ensuite à fréquenter leur couvent et leur église, situé non loin du centre ville.


 

Ayant accompli son service militaire, en 1918 à Milan, il est engagé pour la Patrie et y reste environ 4 ans. Se sentant appelé à la vie religieuse, depuis l'âtge de 17 ans, hésitant entre les Franciscains et les Capucins, il entre finalement le 28 septembre 1922 au Noviciat à Bassano de la Grappe, revêt la bure franciscaine et prend le nom de Giacomo de Balduina. Il repend ensuite ses études avec une nouvelle vigueur à Thiena, près de Vicenza, et il est transféré le 3 juillet 1924 à Venise dans le grand couvent de St Redempteur de la Guidecca où il étudie brillement la théologie à la plus grande satisfaction des ses enseignants.


 

Mais, à l'âge de 25 ans, de sombres nuages s'annoncent pour notre capucin, les premiers signes d'une graves maladies se font pressentir : l'encéphalite epidémique ou léthargique, contractée probablement pendant le service militaire. Cette maladie qui frappe habituellement les plus jeunes se manifesta avec une procédure inflammatoire du cerveau entier, du « système frontal » qui concerne l'activité motrice, mais le Padre Giacomo garda toutes fois intactes ses facultés intellectuelles, de pensée, de compréhension, de jugement, d'entendre et de vouloir. Son corps tomba peu a peu dans une asthénie générale. Il était incapable de pouvoir bouger seul et de s'exprimer. Il marchait à petit pas, parlait difficilement et son état allait s'aggravant de jours en jours.


 

Auusi, face au sentiment de rebéllion, de doute et de désespoir contre Dieu qui montait en lui, il finit par se laisser fondre dans la Volonté de Dieu avec la force de sa volonté. Le 8 décembre 1926, il fit sa Profession Perpétuelle chez les Capucins et fut ensuite ordonné Prêtre le 21 juillet 1929 à Venise. 15 jours après, célébrant sa première Messe dans son pays natal, il y fut accueillit par tous les gens du pays, y compris le Baron Ugo Treve de Bonfili qui pour l'occasion prêta son automobile.


 

Toujours en proie à la maladie qui ne le quittait plus, il demera pendant 15 mois à Capodistria, pour se reposer et se préparer au ministère de la Réconcilation, ensuite, il fut envoyé à Udine en 1931, où il resta durant 16 ans, jusqu'à sa mort. Enfermé dans son confessional, il fut surnommé « le saint confesseur », il reçut de très nombreux fidèles, des Prêtres qui accouraient chaque jour à lui, venant parfois de très loin.


 

Un médecin, spécialiste de l'encéphalite léthargique visita Giacomo, le 29 septembre 1932, et établit un rapport : « Le diagnotic est terrible, parce que la maladie aggrave progressivement et fatalement, le patient mourra dans quelques années ». Il préscrivit alors les seuls soins qui pouvaient lui apporter des soulagements, la scopolamina, Giacomo prit le médicament. Contrairement aux indications du médecins, Giacomo vécut encore beaucoup d'années, adonné complètement au ministère du Sacrement de Réconcilation.


 

Chaque matin, après la célébration de la Sainte Messe, il se rendait au pied de l'autel de la Sainte Vierge de Lourdes, où il allait se reccueillir longuement. Dans la chaleur de l'été, comme dans le froid de l'hiver, malgré sa maladie, il accueillait avec amour ses pénitents et les accueillait pour le grand pardon miséricordieux de Dieu, jamais il se ne se plaint à qui que ce soit de cette condition, il faut le dire, éprouvante, pour un homme très malade.


 

Toujours serein et très simple, et souriant malgré la maladie s'aggravant et l'épuisant, il accomplissait son ministère avec un zèle admirable, sans s'épargner, ni se reposer. C'est pour cette raison que sa maladie s'aggrava considérablement les dernières années. Ne pouvant plus se lever, il obtint l'autorisation de recevoir les pénitents dans sa cellule, plus chaude et située plus au sud que l'église. Il confia un jour à un séminariste : « Que vouloir de mieux, je me suis offert en victime pour la sanctification des Prêtres. Dieu a accepté à et permi que l'encéphalite léthargique soit le moyen le plus efficace afin de réaliser mon désir ».


 

Grand nombre de fidèles dévôts de la Sainte Vierge allèrent en pèlerinage à Lorette et Lourdes en 1941 et 1946, et Giacomo désirait aller en pèlerinage à Lourdes. Pour pouvoir y aller, il fallait prendre, à cette époque, le train pendant plus de 35 heures et voyager assis sur des bancs de bois. Giacomo arriva à Lourdes, le 21 juillet 1948, vers 16 heures de l'après-midi. Se sentant mal, il fut rapidement conduits aux Asiles Notre Dame, lieu d'hébergement situé dans le Domaine de la Grotte dans le Sanctuaires. Le médecin diagnostica un stress du au voyage. Le Père devint angoissé et agité et perdit connaissance.


 

Reprenant connaissance, après avoir ouvert les yeux, il entonna le Magnificat d'une voix fébrile. Vers 23 heurs sa situation devint plus grave. L'aumônier du pèlerinage de Trieste lui administra les derniers sacrements et quelques instants plus tard, le Padre Giacomo rendit son âme à Dieu. Il fut inhumé au cimetière paroissial de Langelle à Lourdes. Après une exhumation qui eût lieu le 9 juin 1997, le corps fut reposé dans la terre du Cimetière de Langelle, où il reçoit la visite de pèlerins et de la vénération des fidèles, plus spécialement de la région de Vénétie. La Cause de Béatification du Padre Giacomo Filon de Balduina a été ouvert le 25 février 1984.


 


15/10/2007
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 681 autres membres