Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Notre Dame du Saint Cordon

 Notre Dame du Saint Cordon

Valenciennes, Diocèse de Cambrai, France

 

"En 2008, nous célébrerons le 1000ème anniversaire du Saint-Cordon. Comme l'événement est d'importance, les célébrations dureront une année : l'Année du Millénaire. Après une période préparatoire, les fêtes commenceront tout naturellement avec le Tour du Saint-Cordon 2008. D'innombrables pèlerins sont attendus, venant de toutes les paroisses de notre diocèse, de la France entière et même des pays voisins. Pendant une année complète, de septembre 2008 à septembre 2009...."

Les origines
"Au commencement du XIème siècle, la peste fit à Valenciennes d'épouvantables ravages, le fléau emporta en peu de jours, huit mille personnes. Toute la ville était dans la consternation, n'offrant partout que le triste spectacle de la mort. les habitants éplorés, n'espérant rien de la terre ni des hommes, s'adressèrent au ciel, et coururent en foule se réfugier auprès des autels de la Mère de miséricorde. Alors vivait dans le pays un pieux solitaire qui, touché du malheur de ses frères, redoubla ses austérités et ses prières : " Ô Marie ! ô secours des affligés, s'écria-t-il, laisserez-vous périr ce peuple qui vous appelle à son secours et se confie en vous ? Sera-t-il dit qu'il vous a invoquée en vain ? ". Le cinq septembre, pendant que ce fervent ermite Bertholin faisait cette brûlante prière il fut tout à coup ébloui par l'éclat d'une lumière plus pure que celle du soleil ; en même temps la Mère de miséricorde lui apparut avec un air plein de bonté, et lui dit : " Va trouver mon peuple de Valenciennes, assure-le que j'ai désarmé mon Fils par mes prières. Tu lui diras aussi que je veux que le peuple se rende sur les remparts de la ville, la nuit qui suivra la veille de ma Nativité, afin que de là, il voie le gage de protection que je veux lui donner ". Le pieux ermite ayant fait connaître la vision au peuple, dès le déclin du jour du 7 septembre, les remparts, les tours de la ville, toutes les éminences étaient couvertes d'un peuple attendri et impatient de voir les effets des promesses célestes. Sa confiance ne fut pas vaine, car bientôt le ciel s'épanouit comme à l'aube du jour, les ténèbres se dissipent, la nuit se change en un beau jour, et alors on voit une Reine pleine de majesté, étincelante de lumière, mais d'une lumière du Paradis, telle que celle des corps bienheureux, et plus brillante que le soleil. Cette Reine, accompagnée d'une armée d'Anges, tenait en ses mains un cordon ou filet, dont, en un instant, toute la ville fut environnée. Rien ne peut dire les sentiments de joie et de dévotion dont furent saisis, à cette vue, les habitants de Valenciennes ; tous se prosternèrent et demandèrent à grands cris, à la sainte Vierge, de les bénir. La divine Mère les bénit, en effet, et les délivra pour toujours de la peste.Elle apparut en même temps à l'ermite, lui commanda de dire au peuple que le 8 septembre pour jamais, devait être pour eux un jour de fête, et qu'elle désirait que chaque année, à pareil jour, on fit une procession solennelle, en suivant la route marquée par le saint cordon. La cité, par l'organe de ses magistrats, s'engagea donc, par voeu, à faire tous les ans, le 8 septembre, une procession commémorative."
La procession dans les temps anciens
Depuis lors la procession de Notre-Dame du Saint-Cordon "sort" tous les ans, parcourant toujours le même itinéraire, et refaisant le long des routes le tour du saint Cordon. Le Cordon de la Vierge avait été religieusement enfermé dans une châsse et déposé dans un oratoire qui, à la fin du XIIème siècle, céda la place à une magnifique église gothique, Notre-Dame-la-Grande. Bien vite, la procession du saint Cordon était devenue le grand événement de la ville et de la contrée. Au moyen âge, des contrats et des actes publics enregistraient des engagements à observer à la procession de Notre-Dame, et, à partir de la Renaissance, des chroniqueurs se plurent, en l'honneur de la Mère de Dieu, à décrire les préparatifs et l'ordonnance de ce cortège qui comprenait, en avant de la châsse du saint Cordon, les cinquante-sept corporations de la ville avec leurs bannières, les écoles, les ordre religieux portant les vingt châsses de l'abbaye de Vicogne, les confréries faisant cortège à leur patron, et, dans une seconde partie, après la châsse du saint Cordon, les délégations des église et des abbayes entourant leurs reliques, le clergé, les magistrats. Le reliquaire de Notre-Dame était confié à la confrérie des Royés, nommés ainsi à cause des raies de leur costume qui rappelaient le cordon miraculeux ; le gouverneur de la ville et deux échevins l'escortaient suivis d'une compagnie à cheval. Quand les portes de la ville sont franchies, les hommes et les femmes sont admis à porter nu-pieds la châsse du saint Cordon, qui seule fait le grand tour ; le chemin à parcourir est d'environ 10 kilomètres. Le soir, un banquet réunit les Royés à l'Hôtel de la ville, et des dons en nature sont accordés aux religieux qui ont porté les "corps saints". Pendant les neufs jours qui suivront la Nativité, de nombreux pèlerins referont le "tour du saint Cordon".
La procession en 2005
Le départ du Tour en ville est fixé à 10 heures. L'ordre du cortège est bien défini. La Croix et les enfants de choeur, les religieuses des différentes congrégations, les hommes et la musique, la bannière du couronnement avec les enfants, les jeunes filles, en avant et en arrière de la Statue de N.D. du Saint Cordon entourée des Royés, puis les membres du Clergé. La Statue est sortie du choeur par les Royés honoraires. En quittant la Basilique, elle est portée par des Conseillers Municipaux. Pendant le tour en ville, les cantiques, avec la musique, alternent avec la récitation du chapelet. A partir de l'Institution de l'Immaculée, les pèlerins se joignent à des groupes pour commercer le grand tour. Les porteurs hommes ou femmes, religieuses, scouts puis Royés pour la rentrée en ville se rangent trois par trois en avant et en arrière de la Statue. Un Royé dirige la procession, arrêts, changement de porteurs. Le retour en ville est suivi de la bénédiction du Saint Sacrement sur le parvis de la Basilique.
La Châsse du saint Cordon
C'était au grand choeur de Notre-Dame, un peu en arrière du maître-autel, surmonté d'un simple gradin, qu'était placée, bien en vue, la fierté du grand autel. En 1380, les Royés constatent qu'il était temps de renouveler "l'anchienne fierté de notre confrairie qui avait longuement duré et était vieille et allait à déclin". En 1506, les réformés mettent en pièces, avec beaucoup d'autres, la châsse de Notre-Dame, mais la relique du saint Cordon est soustraite au pillage, et la châsse peut être reconstituée l'année d'après ; elle est remplacée en 1661, par celle qui fut la dernière fierté du saint Cordon. Le saint Cordon, son reliquaire et l'église qui les contenait, ont disparu à la Révolution. L'église Notre-Dame-la- Grande fut vendue à l'encan et rasée jusqu'aux fondement ; le reliquaire fut envoyé à la Monnaie. Quant au saint Cordon, une tradition affirme qu'il fut caché et laisse l'espoir de le retrouver un jour. Aucun des Valenciennois survivant aux troubles de 1793 n'a jamais affirmé avoir vu détruire le Saint Cordon, ni même savoir ce qu'il était devenu. Selon Yves Lussigny, de Maubeuge : Christian Joseph Barbet, R.P. Simon (1754-1818), aumônier des Royés, sauva quelques morceaux du Saint Cordon qui furent insérés dans le socle de la statue actuelle.
Après la révolution
Dès que la liberté fut rendue au culte, Valenciennes voulut faire revivre le passé. Pour rappeler et remplacer la châsse de Notre-Dame et sa précieuse relique, le premier curé de la paroisse Notre-Dame fit sculpter en 1804 une statue de la Madone représentant la Céleste Mère dans l'attitude qu'Elle prit quand Elle vint délivrer Valenciennes. La Madone présente aux anges le saint Cordon. Ce fut elle qu'on se mit à escorter pour faire l'ancien tour du saint Cordon. En 1864, fut achevée, aux frais de la ville, une nouvelle église Notre-Dame, qui devait être comme Notre-Dame-la-Grande, le siège de la dévotion à la Vierge du saint Cordon. En 1892, Notre-Dame du Saint-Cordon obtenait son office propre et était proclamée "Patronne de la ville de Valenciennes". Quatre ans après, Léon XIII, qui avait prié devant Notre-Dame, dans une réponse à Mgr Sonnois, déclarait "que, se souvenant de la haute réputation de cette antique statue, réputation de cette antique statue, réputation que les prodigues du ciel on encore accrue, connaissant la magnificence du temple et l'empressement des fidèles à s'y rendre," il avait jugé bon de répondre à ses pieux dessins et, réalisant le voeu du pieux archevêque, il le chargeait de couronner la sainte image en son nom et par son autorité. L'occupation allemande a suspendu durant cinq ans le tour officiel du saint Cordon. En 1919, le première sortie de Notre-Dame fut un vrai triomphe.
La procession de nos jours
L'Archevêque de Cambrai est présent chaque année, le deuxième dimanche de Septembre".
Bibliographie
Informations aimablement communiquées par un Royé. Almanach Catholique Français pour 1923
Confrérie des Royés

"Le service autour de la Statue est assuré par les membres de la Confrérie des Royés de N.D. du Saint-Cordon composée de : 40 membre dits "Royés actifs", domiciliés à Valenciennes ou dans les communes voisines ou y ayant résidé, âgés de 21 ans au moins, et qui s'engagent à préparer et à participer à toutes les manifestations en l'honneur de Notre-Dame du Saint-Cordon et à assurer le service à chacune des sorties de la Vierge, et en particulier pendant le "Grand Tour". de "Royés honoraires", pris soit parmi les anciens Royés actifs, soit parmi les personnalités qui ont aidé à rehausser ou à maintenir le culte de Notre-Dame du Saint-Cordon. de "Royés à la suite", parmi lesquels sont choisis au fur et à mesure des places disponibles ceux qui compléteront le nombre des Royés actifs. Ils participent au service, comme les Royés actifs. Les Royés sont assurés des prières de leurs confrères et en particulier d'une messe après leur mort, messe à laquelle sont convoqués tous les Royés. Une indulgence de 300 jours est accordée à tous les Royés qui participent aux différentes réunions. Leur insigne est un brassard bleu, rayé de blanc, et le bâton garni de buis. Les demandes d'admission, après au moins 3 années de service du Grand Tour, doivent être adressées par écrit au Président de la Confrérie. Celles-ci sont soumises à l'examen du bureau, présentées à l'approbation de Monsieur le Curé et ratifiées par l'assemblée annuelle de la Confrérie."

 

Prière à Notre Dame du Saint Cordon

 O Notre Dame du Saint Cordon,, très Sainte Vierge Marie, Mère de Miséricorde, veillez sur nous, sur notre pays, sur l'Eglise et sur le monde, afin que la Croix du Christ ne soit pas rendue vaine, que l'homme ne s'égare pas hors du sentier du bien, qu'il ne perde pas la conscience du péché, qu'il grandisse dans l'espérance en Dieu "riche en miséricorde" (Ep 23, 4), qu'il accomplisse librement les oeuvres bonnes préparées d'avance par Dieu (Ep 2, 10) et qu'il soit ainsi, par toute sa vie, "à la louange de sa gloire" (Ep 1, 12). Obtenez-nous de Votre Divin Fils les grâces dont nous avons besoin. Notre Dame dyu Saint Cordon, priez pour nous Amen.

 

Pour approfondir

Site du Millénaire du Saint-Cordon

//www.saint-cordon.com/

 

Paroisse Notre Dame de Valenciennes

//notre-dame-de.valenciennes.fr/

 

Gallerie de Photos de Notre Dame du Saint Cordon,

cliquer sur le lien suivant:

//imagessaintes.canalblog.com/archives/2008/05/06/9078206.html

 



06/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 679 autres membres