Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Notre Dame de Buglose

Notre Dame de Buglose

 

Saint Vincent de Paul

Landes

France

 

 

 

Sur les confins des Landes, dans la paroisse illustrée par Saint Vincent de Paul, au milieu des sables, se trouve un ancien sanctuaire dont la tradition fait remonter l'origine aux plus anciens temps de la Foi. Aucun endroit n'est plus désert et propre à la méditation; les pas des pèlerins, le murmure lointain du vent dans les forets des pins sont les seuls bruits que l'on y entend; la vue est sans borne du côté de la plaine de sable, couverte par la bruyère qui se perd à l'horizon; à l'ouest, on perçoit la masse noire de la forêt du Marensin; au sud, les Pyrénées descendent de leurs pics majestueux en cascades de collines qui servent de bordures à l'Adour. D'un côté, les steppes sévères; de l'autre, la riante culture. Au milieu, Notre Dame de Buglose élève sa tour vers le ciel et semble relier la mort à la vie.

La très ancienne statue miraculeuse a disparu dans les guerres successives qui ont désolé ce pays. Celle que l'on vénère aujourd'hui date de la renaissance; elle avait disparu à son tour pendant les persécutions de Jeanne d'Albret; elle a été retrouvé dans un étang après la restauration du Catholicisme, sous Louis XIII. De pieux habitant l'y avaient cachée pour la soustraire aux fureurs des Huguenots; ils étaient morts sans avoir révélé le lieu où ils l'avaient ensevelie. Elle fut découverte d'une manière dont Dieu s'était souvent servi pour avertir ces pauvres Pasteurs qu'il était temps de rendre au culte ces objets consacrés par la vénération des siècles. Un bœuf était remarqué depuis quelques temps par son propriétaire, parce qu'il s'enfuyait à une certaine heure; on l'entendait pousser des mugissements qui semblait appeler du secours. Plusieurs fois il revint et son maître résolut d'avertir ses voisins; on pratiqua un chemin avec des fascines pour s'avancer vers l'étang, et on aperçut la statue si chère dont on déplorait la perte depuis longtemps. « C'est-Elle! S'écrièrent-ils dans leur joie, c'est Notre Dame! » On l'enleva respectueusement, et on résolut de la transporter à l'église paroissiale de Pouy. Elle fut placée sur un char, attelé de bœufs, une grande foule suivait; à une petite distance du marais, les bœufs s'arrêtèrent, on ne put plus les faire avancer d'un seul pas. Alors, les plus anciens se rappelèrent leurs souvenirs, et dirent que c'était à cette place qu’était jadis le sanctuaire vénéré. Longtemps, les ruines laissées par le feu et la dévastation avaient subsistées, puis tout avait disparu; mais Dieu avait parmi cet incident merveilleux, pour que cessât la profanation involontaire de ce terrain, jadis consacré. L’Évêque accepta cette révélation comme un ordre divin, et, grâce à son zèle qui sut animer et soutenir celui des habitants de son diocèse, la nouvelle église fut construite avec une rapidité qui tenait du prodige.

En 1662, le Lundi de Pentecôte, Monseigneur de Saulb accomplit la cérémonie de la consécration. C'est alors que fut donné à ce sanctuaire le nom de Notre Dame de Buglose, en souvenir du précieux service rendu par un bœuf, Buglose venant du vieux gaulois Buegles, qui signifie bœuf.

 La statue vénérée est très remarquable; exécutée dans un bloc de marbre de carrare, elle offre tous les caractères des œuvres artistiques de la Renaissance. Les anciennes peintures dont elle était couverte avaient beaucoup souffert du long séjour dans le marais; cependant il en restait des traces suffisantes pour qu'on ai pu les restaurer avec toute l'exactitude désirable. C'est aujourd'hui une des statues polychromes les plus curieuses des sanctuaires méridionaux.

En 1706, Buglose fut placé sous la direction des Lazaristes, en 1709, la reine douairière d'Espagne, Marie-Anne de Neubourg, vint prier aux pieds de la célèbre statue et obtint la guérison d'une grave maladie. En 1725, le Pape Benoît XIII accorda à Buglose des indulgences précieuses. En avançant dans l'histoire de ce sanctuaire, nous tremblions d'apprendre par quels ravages il aurait été atteint à l'époque révolutionnaire de 1789; et c'est avec autant d’étonnement que de joie que nous avons appris l'exception extraordinaire dont l'église de Buglose a été l'objet. Tout croulait autour d'elle; les vandales de 1793, par le fer et le feu, brisaient, détruisaient tout ce qui portait le sceau de la religion: Buglose est resté intact.

Comme la prudence recommandait de prévenir le danger; les fidèles transportèrent leur chère statue en lieu de sûreté. Les bons Lazaristes se tenaient cachés dans les montagnes, et venaient à la dérobée administrer les Sacrements aux Catholiques persécutés. On voyait même des chrétiens doués d'une généreuse hardiesse, revenir visiter l'église déserte et y prier pour le retour de leur culte chéri. La Révolution n'avait pas anéanti Buglose, mais la terreur avait plané sur cette contrée des Landes comme sur toute la France. Tout est lent à se produire dans cette région infertile; le culte était rétabli de tous les côtés et Buglose était encore désert; un Curé du voisinage venait y dire la Messe de loin en loin. Les réclamation des pieux fidèles obtinrent enfin qu'on leur accordât un chapelain.

C'est en 1825, que Monseigneur Trevern, l'auteur de la « Discussion Amicale », songea à rétablir le Sanctuaire de Buglose dans son ancienne splendeur; malheureusement, il fut appelé au siège de Strasbourg, et la restauration fut ajournée. En 1844, Monseigneur Lanneluc parvint à racheter l'ancienne maison des Lazaristes, et y rétablit cet Ordre, si aimé dans la patrie de Saint Vincent de Paul. Depuis ce temps, les pèlerinages y ont repris leur ancien cours, et, quelque soit la saison, on y voit accourir tous ceux qui souffrent, tous ceux qui ont au cœur une crainte ou une espérance. Les familles de marins viennent là demander protection contre les périls de la mer, les bergers contre les épizooties, les résiniers contre les incendies et la foudre, les citadins contre tous les maux qu'apporte la civilisation. Des cures miraculeuses n'ont cesser de confirmer ces braves gens dans leur Foi, j'en raconterai deux ici.

Un colonel espagnol nommé Garcia, arriva à Bayonne à la fin de la première guerre Carliste; il souffrait cruellement d'une blessure à la jambe, reçue dans une mêlée. La balle avait été extraite mais la douleur le rendait incapable de marcher sans béquille. Les eaux fameuses de Dax ne lui apportèrent aucun soulagement. Il entendit parler des guérisons merveilleuses opérées à Buglose; un pressentiment s'empara de son esprit, et il fit part à un officier de ses amis, de son espérance de guérir par l'intercession de Marie. Celui-ci le railla d'abord; puis le voyant pénétré d'une conviction persistante, il l'engagea à suivre son idée, ajoutant que s'il le voyait guéri, il deviendrait lui-même un fervent Catholique. Garcia partit pour Buglose, accompagné de trois personnes. Après avoir prié, il alla laver sa jambe dans la fontaine miraculeuse qui se trouve toute proche de l'étang ou la statue avait été ensevelie. Tout à coup, un tremblement le prit, il leva les mains au ciel, des larmes coulèrent de ses yeux; il se releva guéri, elle alla lui-même porter ses béquilles dans la Chapelle des Miracles, où elles furent appendues. L'émotion fut grande à Dax, lorsqu'il revint sans béquilles. L'officier Français fut si profondément touché, qu'il fit à l'instant un pèlerinage à Notre Dame de Buglose pour obtenir la grâce de persévérer dans sa conversion.

Mademoiselle Caroline de Poyuzan, d'une respectable famille de Dax, s'était distinguée par ses talents et par sa piété chez les Dames de la Réunion, à Bordeaux, où elle avait été mise en pension. A peine arrivée dans sa famille, une maladie de langueur l'avait réduite à une telle faiblesse, que les médecins désespéraient de sa guérison; les muscles des genoux s'étaient contractés et elle ne pouvait plus marcher qu'avec des béquilles et avec l'assistance d'une personne qui la soutenait. Toutes les eaux les plus célèbres contre la douleur avaient été inefficaces. Une neuvaine avait été commencée pour elle, au Couvent de la Réunion, afin d'obtenir qu'elle fut en état de se rendre à Buglose, où elle désirait ardemment faire un pèlerinage. Le neuvième jour, elle ft assez forte pour partir avec sa pieuse mère; elle entendit la Messe, reçut la Sainte Communion, puis on la porta à la fontaine des miracles. Comme sa mère lavait ses genoux malades, elle sentit tout à coup une nouvelle vie circuler dans ses membres; il lui sembla qu'on la levait et qu'une voix intérieure lui disait: Marche! Marche! « Il me semble, dit-elle à sa mère, qu'une main invisible me pousse » Et en même temps, elle se leva et marcha. Elle traversa l'espace de 40 pas, qui sépare la fontaine de la Chapelle, et se précipita aux pieds de la statue de Marie, où elle rendit grâce dans toute la joie de son cœur. Le docteur qui l'avait soignée écrivit à son père, en le félicitant de cette guérison inespérée: « Dieu dirige tout en ce monde, et malheur à celui qui ne croit pas au succès de la prière! »

Une anecdote d'un autre genre est racontée dans un « traité sur l'art de sanctifier le pèlerinage », par le Père Danos, chapelain de Buglose: « Un jour, dit-il, qu'il se préparait dans la sacristie à dire la Messe, un monsieur très-fashionnable entra, et, le saluant, lui dit, avec une extrême politesse, qu'ayant eu un grand chagrin, ainsi que sa femme, de perdre plusieurs enfants, il le priait de dire la Messe à leur intention, et, sur l'assentiment du Prêtre, il sorti sans même avoir fait une génuflexion ni un signe de Croix dans l'église. Le Père Danos, étonné de cette brusque disparition, crut cependant que le jeune homme allait revenir pour entendre la Messe qu'il avait demandée. Il l'attendit assez longtemps, et ne le voyant pas, il dit la Messe, mais pas à l'intention du voyageur. Comme il allait sortir de l'église, l'étranger revint et voulut remettre au Père Danos son offrande. « Je ne veux rien, dit le Prêtre; voyant que vous n'aviez pas la dévotion d'assister au Saint Sacrifice dont vous espériez recueillir une faveur, j'ai dit la Messe à une autre intention. - Mais, dit l'inconnu, j'ai retenu cette Messe! - Voilà un langage qui me prouve que vous ne comprenez ni l'importance ni l'excellence du Saint Sacrifice, et qu'en venant ici, vous n'avez pas songé qu'un pèlerinage est un acte solennel de religion. Pour obtenir que la Messe soit dite à Notre Dame de Buglose, la Foi et le respect dont vous manquez sont choses nécessaires! »

L'étranger parut déconcerté, il s'excusa sur la curiosité qu'il avait eu de visiter un endroit qu'il ne connaissait pas. Il raconta à sa femme, en rentrant, la remontrance qu'il avait reçue, et, comme elle était fort pieuse, elle en fut très affligée; elle écrivit au Père Danos pour lui demander d'excuser la conduite de son mari, et le pria de fixer un jour où ils viendraient tous deux entendre la Messe qu'il voudrait bien dire à leur intention. Ils arrivèrent à Buglose au jour convenu, et le mari, non moins que la femme édifia toute la congrégation par la ferveur avec laquelle il s'approcha du Saint Autel ». Le Père Danos ajoute: « Leur piété fut récompensée, car j'ai appris plus tard de cette dame que l'objet de leur pèlerinage leur avait été accordé. »

Grégoire XVI confirma les privilèges accordés par Benoît XIII, et y ajouta de nouvelles faveurs. La vieille église n'était plus suffisante pour contenir le grand nombre de personnes qui la fréquentaient; l’Évêque en fit construire une d'importantes dimensions. Je ne me souviens pas m'être agenouillé dans une église plus vaste. Elle est de style roman, très enrichie d'ornementations, l'intérieur est splendide; la lumière tombe à flot de 37 fenêtres cintrées et de 3 immenses rosaces; le portail s'ouvre sur un vestibule, qui, à lui seul, pourrait former une église, les chapiteaux des colonnes représentent les scènes de l'histoire de Buglose. L'autel du nord est dédié à Saint Vincent de Paul; on y voit une ancienne statue de ce saint sculptée par un des premiers Lazaristes, et qu'un dit, malgré quelques imperfections, d'une grande ressemblance. La statue de Notre Dame, est placée dans une niche sculptée et décorée avec la plus grande richesse. C'est en 1855 que cette statue fut solennellement élevée au dessus du maître autel.

A 400 pas de l'église, est une sorte de petit étang qu'on a recouvert d'un toit, et dans lequel les infirmes viennent baigner leurs membres souffrants. C'est là que fut découverte la statue miraculeuse; à peu de distance, est une fontaine dont on boit l'eau avec dévotion et dont on emporte des flacons pour les malades qui ne peuvent se transporter à Buglose. Tout cet espace, ou sont regroupés les souvenirs historiques de Notre Dame de Buglose, est traversé avec un religieux respect par les pèlerins; le silence y règne et un parfum de piété s'en exhale. Je l'ai visité par une matinée brumeuse de février, et j'ai ressenti cette influence intérieure de l'esprit de Foi qui a conduit tant de générations à ces sources mystérieuses de la Grâce.

Dans un sermon sur le couronnement de la statue, le Cardinal Donnet, après avoir énuméré tous les sanctuaires célèbres, où la dévotion conduit les fidèles, s'écrie: « Buglose semble destiné à les surpasser tous; son ex-voto est glorieux entre tous: c'est la mémoire de Saint Vincent de Paul! Ce sont des torrents de Charité qui ont eu leur source dans son cœur, et qui se répandent encore sur toute l'humanité! Cette solennité, ajouta-t-il, forme un des anneaux de la chaîne qui relie toute la Chrétienté au trône de Marie; le même cri se répète sur l'océan, dans le creux des montagnes; les nuages en entendent l'écho, et nous l'avons entendu avec un bonheur inexprimable partout où nous a appelé notre saint Ministère. »

Tout se réunit à Buglose pour produire une forte impression: son passé mystérieux, sa renommée actuelle, ses monuments. On a joint à l'établissement des Missions, un asile pour les Prêtre âgés et infirmes; tout auprès, s'élève le couvent des Servantes de Marie, qui instruisent les petites filles. L'église et le pèlerinage sont restés sous la direction des Lazaristes, qui sont presque constamment occupés au Confessionnal.

Quand on pénètre dans la vaste nef, la première impression n'est pas cette profane admiration que font éprouver les chefs d’œuvre de l'art, mais un sentiment de Foi qui nous oblige à nous incliner devant cette douce Majesté qui semble appeler à Elle tous ceux qui souffrent. Dans toutes les calamités, pendant tous les fléaux, pour toutes les peines particulières, c'est là que le peuple des Landes est venu s'humilier et demander grâce. Chaque foi que cette image a disparu de son piédestal, la désolation a régné sur toute la contrée, et dès qu'elle a reparu, la prospérité et la paix sont revenues avec Elle. C'est ici, vraiment, comme aux âges apostoliques, que les muets parlent, que les sourds entendent, que les paralytiques prennent leur lits et marchent, que l'enfant expirant est rendu à sa mère, que le pécheur endurci apprend le repentir et l'espérance.

Dans le silence profond et solennel de cette superbe église, parmi les fidèles prosternés à l'autel ou entourant les confessionnaux, j'ai senti, comme à Massabielle, le regret de ne pouvoir disposer de ma destinée, afin de planter ma tante à côté de ces portiques sacrés, et de passer le reste de mes jours dans la pénitence et la prière, pour expier les légèretés et les ingratitudes de ma jeunesse. Que de fois, en continuant ma course sur cette terre, mon cœur et mes pensées retournent à Buglose, avec l'espoir que Notre Dame se souviendra que je me suis agenouillé, que j'ai prié, que j'ai pleuré à son autel! C'est à Buglose, en quittant l'autel, où il venait d'officier, que le vénérable Abbé Dupuch, premier Évêque d'Alger, mourut frappé d'apoplexie entre les bras du clergé qui se réjouissait et qu'il honorait de sa présence. On a conservé le récit de ce mémorable événement dans la prière qui est imprimée sur les images de Notre Dame de Buglose, par laquelle je termine mon récit.

 

Prière à Notre Dame de Buglose

 

O Notre Dame de Buglose, comme j'aime vous honorer dans ce sanctuaire que Vous vous êtes choisie depuis tant de siècles! Je reconnais bien à ce choix, la Mère du Dieu qui est né à Bethléem; comme Lui Vous aimez tout ce qui est humble et caché, Vous régnez au plus haut des Cieux et Vous établissez Votre Trône dans une humble étable, au milieu des sables du désert. C'est là que tant de générations ont reçues les merveilleux effets de Votre Puissance et de Votre Bonté; c'est là que Vous avez accueilli Saint Vincent de Paul aux jours de son enfance; là est encore l'autel où aux jours de son sacerdoce, il a offert le Saint Sacrifice; c'est là que dans notre siècle encore Vous avez reçu un autre Apôtre, le premier Évêque d'Alger, de si douce et si sainte mémoire. O Mère, Vous les avez comblés, l'un et l'autre de l'abondance de Vos Grâces, Vous en avez fait des Saints; ayez aussi pitié de nous qui Vous invoquons, transportés en esprit dans ce béni sanctuaire; nous nous unisson à toutes les prières comme à tous les hommages que Vous ont offerts tant de générations venues s'agenouiller à Vos pieds. Montrez-nous toujours que Vous êtes notre Mère, soyez toujours Notre Dame de Buglose, la Toute Puissante par la vertu de Son intercession et la Toute Bonne par la Tendresse de Son Cœur Maternel (Hamon, curé de Saint Sulpice). Ainsi soit-il.

 

Extrait de « Les sanctuaires des Pyrénées, voyage d'un Catholique Irlandais », de Lawlor, Denis Shyne, aux Editions A. Mame et fils, Tours 1875

 

 

 

Photos de Notre Dame de Buglose,

cliquer sur le lien suivant:

//imagessaintes.canalblog.com/archives/2008/04/19/8875461.html

 

 

 

Dernière mise à jour de la page, le 1er mai 2014

 



19/04/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 679 autres membres