Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Le Vénérable Casimir Barello

 Le Vénérable Casimir Barello

L'Esclave du Tabernacle

1857-1884

Fête le 8 octobre


A Cavagnolo, petit village dans la province de Turin, naquit le 31 Janvier 1857, Casimir Barello, fils de modestes paysans, riches de leur ferme croyance en la Providence. Ses parents lui donnent une éducation simple et très Chrétienne. Il va de temps en temps à l'école mais il n' ira pas au-delà de la troisième année du cycle scolaire, comme beaucoup d'enfants de son époque. Le 13 août 1868, il a reçoit le Sacrement de confirmation des mains de Monseigneur Ferré, évêque de Casale-Monferrato et, conformément aux usage de l'époque un an plus tard, il reçoit la Première Communion. Encore adolescent, il se distingue par son grand amour pour la prière et par sa grande force pour affronter les difficultés de la vie. Sa jeune mère tombe malade et il l'assistera jusqu'à sa mort. Lorsque sa mère décède, il a seulement 12 ans.


Un appel spécial


Un jour, en été, alors qu'il avait 14 ans, dans les pays voisins était célébré la fête patronale, il est irrésistiblement attiré par la musique, sont la célébration de la fête de la patronne, elle attire la musique. Dans la soirée, il décide d'aller y faire un tour. Mais en rentrant chez lui, il se rend compte qu'il a été a été superficiel et alors, il décide de ne plus attacher d'importance aux choses vaines de ce monde. En 1872, il tombe gravement malade et le jour de la fête de l'Assomption de Marie, alors qu'il se rend à l'église, la Vierge lui apparait, le guérit et lui dit: « Vous vous consacrerez au service de Dieu dans une vie de pénitence et de prière ». Un an plus tard, toujours malade, la Vierge lui apparait de nouveau et lui réitère sa demande: « Pourquoi n'avez-vous pas tenir la promesse que vous m'avez faite ? Vous devez mener une vie de pénitence et de pèlerin pour le monde, comme vous l'avez promis. » La prière et la pénitence, cela est l'essence même du message de Lourdes. Casimir continue de travailler à la campagne avec le projet de se donner entièrement à Dieu, quand en 1874, il voit à nouveau la Vierge, qui lui demande de tout quitter et de partir.. pour aller où? A la bonne Volonté de Dieu.


Dans les rues du monde


En son cœur se développe un grand amour pour Jésus eucharistie. Il a commencé à passer tout son temps à l'église en adoration devant le Très Saint Sacrement, comme si il avait senti ce qu'un jour il a dit : « Si Jésus est là, vivant et véritable, où vous voulez aller? ». Sa prière est jointe à toutes les formes traditionnelles de pénitence. Un dimanche de l'automne de 1874, avec le consentement du père, il part sur les routes. Désormais, il sera un pèlerin pénitent et priant pour le monde, s'arrêtant dans les églises, pour y prier pour la conversion de l'humanité, pour la réparation des péchés et pour la sanctification des prêtres. Son premier arrêt est à Turin, dans les Sanctuaires de la Consolata et de Marie Auxiliatrice. Il se confesse, participe à la messe, et reste en prière jusqu'à la fermeture de l'église. Pour gagner son pain quotidien, il effectue d'humbles travaux, et il partage ses revenus avec les plus pauvres. Poussé par une inspiration intérieure, il prend la direction de Gênes, où reste jusqu'en 1876: dans l'amour de Jésus, toujours à la recherche des églises où se développent le mouvement quarante heures d'adoration. Il n'est jamais rassasié de sa soif d'adoration du Saint Sacrement. Il priait à genoux, pendant 10 à 12 heures par jour. À la fin du mois de mars 1876, il se trouve à Rome, aux Basiliques Saint-Pierre et Sainte-Marie-Majeure quand il rencontre le Bienheureux Pape Pie IX dont il reçoit la bénédiction. Il s'en va à Naples avec l'intention de partir pour la Palestine, le pays de de Jésus, mais il ne réussira jamais à s'y embarquer. En effet, à Naples, il fut emprisonné à cause de son mode de vie jugé suspect et conduit sous escorte à Cavagnolo. Et en l'été 1876, après une brève pause, Casimir reprend à nouveau la route en direction de l'Espagne, à Saint Jacques de Compostelle. Il passa par les Sanctuaires de La Salette et de Lourdes. Il arrive en Espagne puis va vers au Portugal, où il reste jusqu'au mois de Décembre 1877. Pour la Noël, à Cavagnolo, il est appelé à prendre les armes, et une fille fort belle, nommée Rosine, amoureuse de lui l'attend au pays. Casimir n'est pas insensible à son charme et lui promet de l'épouser, une fois rentré de l'armée.


« Rendez-vous au paradis »


De Février 1878 à août 1880, il est soldat, à Turin, à Venise et enfin à Pescara: passant tout son temps libre à l'église en adoration devant le Tabernacle. Les soldats se moquent de lui, mais beaucoup, par son exemple, se convertissent et changent de vie. En mai 1879, un soir, pendant qu'il récite le Rosaire, la Vierge lui apparaît, et lui rappelle que Jésus veut qu'il soit en pèlerinage dans et pour le monde: « Aimez-moi et me donnez-moi. Ne soyez pas ingrat envers Moi, accomplissez Ma Volonté, honorez Ma présence dans le monde et n'ayez pas honte de Moi... recommandez-vous à Moi quand vous êtes en les danger car Je n'abandonne jamais un pécheur repentant qui M'aime ». Casimir écrivit à son père: « Si vous pouviez voir ce que je vois, vous pleureriez de joie... rendez-vous au Paradis ». À la fiancée il écrit: « Je ne servirai que Dieu seul. Ne pensez plus à moi. Je vous désirais tant, mais c'est l'amour de Jésus que je désire, car il est infiniment plus grand ». Il n'épousera pas Rosine et ne vivra que pour Jésus seul. Il embarqua à Livourne pour l'Espagne, et se rend à Barcelone ou il reste jusqu'au printemps de 1881. Finalement, l'Espagne sera son deuxième pays. Tous ceux qui le rencontraient disaient: « Casimir parle peu, prie beaucoup, et est à l'écoute de tous. Il Passe de longues heures à l'église, dort sur la terre nue, et partage tout l'argent qu'il a gagné en travaillant avec les pauvres. » Entre 1881 et 1882, il vit en ermite et se livre à de rudes pénitences et manifestant une extraordinaire pureté.


« Jésus est mon seul trésor »


Plusieurs mois après avoir appris la nouvelle de la mort de son père est mort, il se dirige vers l'Italie. Pendant ce temps, les gens se moquent de lui et l'insultent. Il est même arrêté à plusieurs reprises, mais toujours, il est heureux de souffrir pour Jésus et pour la conversion des pécheurs. Beaucoup, cependant comprennent son message et le vénèrent comme un homme de Dieu, d'autres sont secoués par lui, et se convertissent. A Cavagnolo en Février 1883, en renonçant à une partie de l'héritage de son père en faveur de son frère Conrad, il dira: « Mon seul trésor est Jésus ». Le curé de la paroisse, le Padre Amione, raconta que pendant cette période, il confessa Casimir chaque jour et qu'il assistait quotidiennement à la messe, restant ensuite longuement dans l'église, fixant le Tabernacle, pleurant abondamment et réparant les scandales, les sacrilège et le mépris commis par les hommes à l'égard du Seigneur. En Mars 1883, il repart à Gênes. Dans la rue, il parle de Jésus et des vérités éternelles: tels que la mort, le salut de l'âme, la fuite de toute occasion de pécher, l'enfer, le purgatoire et le paradis... A cette occasion, il provoque de très nombreuses conversions. Son immense amour pour Jésus impressionne tout le monde et suscite chez un grand nombre un réveil de l'amour pour Dieu et un désir d'adoration du Saint Sacrement. À Gênes, le 17 avril 1883, il rencontre Don Semino qui deviendra son directeur spirituel, qui le confirme dans sa vocation unique de « Pèlerin de l'Eucharistie » et de « Pèlerin de l'Immaculée ». Don Semino lui recommande de Communier le plus souvent possible.


Fou de Dieu


À un jeune qui avait sympathisé avec lui et qui était touché par les persécutions qu'il subissait, Casimir répondit: « Je ne suis jamais aussi certain de faire la Volonté de Dieu, que quand je souffre pour Lui ». À un autre jeune il explique: « Ce n'est pas seulement beau que de vouloir être saint: c'est l'objectif pour lequel nous avons été créés ». Le 2 Mai 1883, la veille de l'Ascension, une émeute éclate en sa présence et il est emmené en prison. Le lendemain, grâce a l'action des ennemis de L'Église, il est expulsé de Gênes: sa présence ennuie... Vers la fin du mois, il se trouve à Rimini, priant dans l'église de Santa Chiara, devant l'autel de saint Benoît Joseph Labre, et en lisant sa biographie, il réalise qu'il à le même mode de vie que le saint. Il s'arrête à la Santa Casa de Lorette, puis à l'église du Miracle Eucharistique de Lanciano, où 5 Juin 1883, il entre dans le Tiers Ordre Franciscain. Monseigneur Luigi Agazio, saint évêque de Trivento qui l'accueille et qui le considère comme un saint dira que « Casimir a choisi les endroits où il n'y avait plus de prêtres, ni de Messes, et qu'il n'a jamais manqué l'occasion de recevoir le pain de l'Eucharistie ». A Campobasso il est arrêté et reconduit à Cavagnolo, il est alors content de revoir ses compatriotes et d'avoir les menottes aux poignets, ce qui lui permet d'être humilié, à être plus comme Jésus au cours de sa Passion. Son frère demande sa libération et l'accueille chez lui. Casimir passe ses journées à l'église, devant l'autel, réalise les travaux les plus durs et dort sur la paille à la belle étoile. En Octobre 1883, il se rend à la fête du Rosaire à Monteu et prie longuement dans la chapelle de San Grato. Tout le monde avait vu sa vie de pénitence : « J'ai eu des années de jeunesses scandaleuses, maintenant j'ai l'intention de les réparer ». A un ami d'enfance, essayant de l'éviter, il a dit: « Dans beaucoup d'endroits, on pense que je suis fou, ils peuvent bien dire ce qu'ils veulent, car Ce qui est folie pour l'homme est sagesse pour Dieu. »


Esclave du Tabernacle


Le 8 Octobre 1883, il quitte Cavagnolo pour la dernière fois. Une fois arrivé en Espagne, le 8 Décembre, il est dans la prière au sanctuaire marial de Montserrat. À Valence, il est l'hôte du Père Cervera, un bon prêtre, Casimir reçoit une lettre de Don Semino: « Confessez-vous souvent et recevez la communion chaque jour en réparation des insultes que Jésus a reçu dans ce sacrement ». Obéit à la perfection. Dans les endroits où passe, austère et toujours joyeux, Il évangélise par sa présence. À Jativa, en février de 1884, dans le froid dans la prière, il assiste pauvres, les malades et les prisonniers, et effectue une vraie prédication à ces populations. Il part vers Saint Jacques de Compostelle, suivi d'une multitude de personnes disant de lui qu'il « est un saint, au second Jésus ». À Alcoy, Il est l'hôte d'un marchand de tissu nommé Joseph Valero, le 23 Février 1884, il est le parrain de baptême de l'enfant du marchand, qui sera appelé Casimir. Il sent que ses dernières heures sont proches. Le Mercredi des Cendres, après la prière, il dit à ceux qui viennent lui rendre visite: « Alcoy est coupable d'un grand péché. Votre industrie est dans le déclin, parce vous ne sanctifiez plus le dimanche, jour du Seigneur, à cause de votre soif de bénéfice. Changez de vie ». faites la volonté de Dieu et écoutez-le. » Les dernières semaines, bien que brûlant de fièvre, et ayant contracté une pneumonie sérieuse, Casimir passe ses journées à l'église: "La pensée que Jésus est vraiment présent, caché dans l'Eucharistie, penser qu'il est mon amour, qu'il me voit, que je le sent, qu'il m'écoute, est pour moi un motif de grande joie. Jamais je ne partirais jamais de sa présence." Par une invitation de la Vierge, Casimir a été un héroïque adorateur de Jésus Eucharistie, «esclave du Tabernacle, la seule source de sainteté et de toute grâce. Le 9 mars 1884, Deuxième Dimanche de Carême, Dimanche de la Transfiguration de Jésus, à 16h30, Casimir Barello, entre dans la Vie. Il avait seulement 27 ans. Il a été déclaré Vénérable en 2001, par le Serviteur de Dieu Jean Paul II.


D'après un texte traduit de l'italien provenant du site

www.preghiereagesuemaria.it




31/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 664 autres membres