Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Le Serviteur de Dieu Pasquale Canzii

Le Serviteur de Dieu Pasquale Canzii

1914-1930

 

Nous sommes tous appelés à un âge précoce à tendre à la sainteté, et, si cela est dans le plan de Dieu, qui peut nous sembler incompréhensible et même absurde, nous sommes appelés maison de Dieu, la «première fois», selon les calculs des hommes, alors chacun recherche dans la foi, une réponse possible. Si cette considération est applicable à tous les décès d'enfants, certains jeunes adolescents parviennent à la sainteté au quotidien grâce a différentes grâces telles que la maladie, les accidents, les tragédies, qui sont souvent humainement très difficiles à accepter, et le plus incompréhensible est que ces jeunes âmes avaient bien souvent répondues généreusement à l'appel du Seigneur à la une vie consacrée, appel qui généralement ne se concrétise humainement pas. Nous rappelons ici quelques uns de ces jeunes gens ont tendu vers le sacerdoce et qui sont prématurément disparu, et qui, malgré leurs brèves pèlerinage terrestre, ont cependant laissé une trace lumineuse dans la société et l'Église. Saint Louis de Gonzague (1568-1591) religieux jésuite, 23 ans, Saint Jean Berchmans (1599-1621) religieux jésuite, 22 ans, le Serviteur de Dieu Antonio Pisano (1907-1927) Mercédaire; novice de 20 ans; le Vénérable François Marie Castelli (1752-1771) Barnabite clerc de 19 ans, le Serviteur de Dieu Girolamo Tiraboschi ( 1733-1753) novice Camille 20 ans, le Serviteur de Dieu Luigi Lo Green (1910-1932), religieux franciscain de 21 ans; le vénérable Maggiorino Vigolungo (1904-1918) aspirant Paulinien de 14 ans et le Serviteur de Dieu Raffaele Mennella (1977 -1898) greffier des «Missionnaires du Sacré-Cœur» de 21 ans, St. Stanislas Kostka (1550-1568) novice jésuite en 18 ans, Don Cesare Bisognin (1956-1976) 19 ans, élève du séminaire de Turin, a été ordonné prêtre dans le lit la mort avec une dispense spéciale, etc.


À ces témoins de Dieu, l'on peut ajouter le jeune séminariste diocésain de 15 ans, du diocèse de Pescare-stylods, Pasquale Canzii, il naquit le 6 novembre 1914 a Bisenti, Commune dans la vallée du Fino, dans la province de Teramo. Ses parents, Alfredo et semi Canzi Forcelles étaient des gens simples, des chrétiens fervents et des travailleurs laborieux, ils accueillirent ce fils très désiré avec une joie très profonde. Selon la coutume de l'époque, il reçut le baptême avec un peu de retard, le 16 mai baptisé 1915, sa mère fut sa première catéchiste, il allaient ensemble prier devant le Tabernacle et ils récitaient le chapelet à la Vierge Marie, elle lui enseigna comment invoquer son Ange Gardien et lui donna la dévotion à Saint Pascal Baylon, dont il portait le prénom, ainsi que la dévotion à Saint Gabriel de l'Addolorata, Passioniste et saint patron de la région des Abruzzes. De caractère doux et réservé, il était prompt et appliqué dans l'accomplissement de ses devoirs quotidiens, il fut un étudiant exemplaire et un enfant de choeur modèle. Il reçut la Première Communion le 31 mai 1925, à l'âge de à 10 ans et il fit sa Confirmation l'année suivante; vers la fin de l'été de 1926, deux missionnaires Passionnistes arrivèrent à Bisenti, afin d'y prêcher une mission populaire et c'est à l'un d'eux, le père Ireneo Cataldi, que Pasqualino confia son désir de devenir prêtre. Il avait 12 ans, quand en octobre 1926, il entra au Séminaire diocésain de Stylos (Pescara) avec le consentement de son père qui, après la naissance en 1919 de son second fils, Pietro avait émigré en Amérique pour porter une aide économique à la famille.


Pasqualino Canzio, avait une appparence très douce et gentille, il a toujours été respectueux envers les enseignants et ses camarades, de sorte que tous cherchaient sa compagnie, il a souvent été donné en exemple à d'autres séminaristes, pour son engagement à l'école et à l'étude et pour son esprit d'amour et de dévouement. Tous pouvaient voir dans ses yeux doux, le miroir de son âme limpide, qui illuminait tout quand il parlait de Jésus, de la Vierge Marie et des choses divines. Dans les lettres écrites à sa famille et dans ses notes, il exprima avec une grande insistance son désir et sa volonté de devenir un saint, en accomplissant fidèlement ses devoirs par amour pour Dieu. Malheureusement, en Janvier 1930, se révéla dans toute sa gravité la maladie du siècle, la tuberculose, fauchait, en Italie et dans le monde, d'innombrables victimes, sans distinction d'âge, et Pasqualino en fut frappé de manière grave et trop sérieusement pour en espérer la guérison; les soins modernes et les médicaments appropriés, que l'on a aujourd'hui, aujourd'hui, n'existaient pas encore, et la tuberculose dans la majorité des cas était mortelle. La maladie mina sournoisement son état physique déjà délicat, la phase aiguë galopante dura peu de temps; le jeune séminariste se rendit compte de la situation et accepta avec sérénité ce qu'il considérait comme la Volonté de Dieu; dans son lit de douleur il semblait être comme un ange prêt à prendre l'envol; avec elle peu forces qu'il avait, il réussissait avec grand peine à réciter de brèves prières dans lesquelles transparaissait sa foi fervente et son désir de l'amour de Dieu.


Dans ses derniers jours, à sa mère et à sa grand-mère qui l'assistaient avec amour, il dit: « L'heure bienheureuse approche: soyez heureuses! Dieu m'appelle. Ma mère, ne pleurez pas; il est nécessaire que je parte de ce monde; faisons ensemble une humble offrande au Seigneur de ma vie et de votre ardent amour maternel. Un jour je prierai pour toi là-haut, pour ma grand-mère, pour mon père, pour mes frères, pour tous." Il mourut le 24 janvier 1930 à l'âge de 15 ans et 2 mois au Séminaire de Stylos; dans la douleur des membres de sa famille, la consternation de camarades et de ses professeurs; son corps fut exposé à la Cathédrale et son enterrement triomphal fut célébré par l'évêque monseigneur Carlo Pensa, avec la participation de tout Stylos; il y eut une participation encore plus grande à son inhumation au cimetière de Bisenti. Le souvenir du "petit saint" persista au fils du temps; augmentant dans la dévotion des fidèles de Stylos et de Bisenti, franchissant les frontières des Abruzzes. Le 26 janvier 1999, le diocèse de Pescare-stylos a reçu le feu vert de la Congrégation pour la Cause des Saints, pour ouvrir sa cause pour sa béatification. Actuellement, le corps de Pasqualino repose dans l'église paroissiale de S. Marie des Anges à Bisenti.


Prière au Serviteur de Dieu Pasquale Canzii


Ô Seigneur, fais qu'à l'exemple du séminariste Pasqualino Canzii, de nombreux jeunes suivent le chemin de la Sainteté avec courage et fidélité à Tes commandements et à Ton Amour, en imitant son attachement au devoir et en étant capables d'offrir souffrances et sacrifices pour Ta Gloire. Une Sainteté qui s'est exprimée en 2000 dans la simplicité et l'acceptation de la Volonté de Dieu. Nous Te prions en particulier, par son intercession, pour les jeunes séminaristes, pour qu'ils affrontent leur préparation au sacerdoce avec un esprit de parfaite humilité et un engagement responsable et durable. Accueille, Seigneur, la prière du peuple de Pescara-Penne, afin de pouvoir vénérer comme un saint Ton fils de prédilection. Amen.


+ Francesco Cuccarese
Archevêque de Pescara e Penne.


CCS protocol number : 2267
Nihil obstat : 26 January 1999

Petitioner : Arcidiocesi di Pescara-Penne, P.za dello Spirito Santo, 5, 65121 Pescara, ITALY, Causa Pasqualino Canzii, Via Duca degli Abruzzi, 10, 64033 Bisenti (TE), ITALY


Pour approfondir

www.pasqualinocanzii.org

 



28/09/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 663 autres membres