Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

La Servante de Dieu Catherine-Aurélie Caouette

La Servante de Dieu Catherine-Aurélie Caouette

Femme au cœur de feu

1833-1905


Née au Québec à Saint-Hyacinthe, le 11 juillet 1833, d'une famille profondément chrétienne, Aurélie Caouette possède un sens inné du beau et du bien. Toute jeune encore, l'Esprit la saisit pour l'introduire dans les voies secrètes de la vie mystique, la gratifiant d'une connaissance exceptionnelle du mystère rédempteur.

Expérience du mystère de la Rédemption


N'est-il pas étonnant de la voir, un vendredi, portant sur ses frêles épaules d'enfant de 4 ou 5 ans une pièce de bois dont l'extrémité touche la terre! À son père qui s'enquiert de la signification d'un tel geste, elle répond: « Je suis Notre-Seigneur portant sa croix au Calvaire. » Ses parents, voyant l'attrait de leur enfant à imiter Jésus dans sa Passion, et son goût de la prière, très développé pour son âge, croient bon d'en causer avec leur curé, l'abbé Édouard Crevier. Celui-ci, percevant une action particulière de Dieu, leur dit: « Le ciel vous a donné une enfant de prédilection, témoignez-lui-en votre reconnaissance et veillez sur votre précieux trésor. » Placée au pensionnat de la Congrégation de Notre-Dame, à Saint Hyacinthe, Aurélie a le don de s'attirer les cœurs surtout par son empressement à rendre service, sa transparence et sa rayonnante amabilité. Séjour de joie que ce temps de pensionnat car elle peut participer à l'Eucharistie quotidienne, communier souvent et aussi se retirer seule devant le tabernacle pour adorer son Dieu et converser avec lui. Habitée dès son jeune âge par l'amour de Jésus en croix, elle en est particulièrement envahie lorsque, à l'occasion de la distribution des prix au pensionnat, elle joue le rôle principal dans le drame « Le Martyre de sainte Catherine ». En prononçant cette parole: « Je sens en moi toute l'énergie du Sang divin dont j'ai été abreuvée aux pieds des autels; c'est un Sang généreux qui demande à couler par amour ... », elle sent passer dans son âme une vive ardeur pour le Sang de Jésus qui sera la grande passion de sa vie.


Rendre à Jésus amour pour amour

Cet amour divin la consume de plus en plus: « Ô mon Dieu, je voudrais vous rendre amour pour amour. Je suis prête à tout sacrifier pour vous prouver combien je vous aime, combien je désire que vous soyez aimé. » Son âme éprise d'amour pour Marie Immaculée ressent aussi un besoin immense de lui attirer les cœurs. Quand pourra-t-elle exprimer cet amour par la consécration religieuse ? Ce ne sera qu'après une longue période de maladie au cours de laquelle elle unira ses souffrances à celles de son Bien-Aimé. Celui-ci la comblera de précieuses faveurs d'intimité qui la conduiront dès sa jeunesse aux plus hautes expériences de la vie mystique. Le 15 août 1853, elle fait vœu de virginité perpétuelle. Sa dévotion à sainte Catherine de Sienne lui fait alors ajouter à son nom d'Aurélie celui de Catherine. Un an plus tard, le 30 août 1854, elle s'engage dans le Tiers-Ordre dominicain établi depuis peu à Saint-Hyacinthe et devient ainsi la première tertiaire laïque au Canada. Au cœur de sa recherche, Jésus lui révèle son dessein particulier sur elle: « C'est de toi que je veux me servir pour répandre la dévotion à mon Précieux Sang », lui dira-t-il un jour. Elle lui expose son indignité à remplir une telle fonction et Jésus lui répète à trois reprises: « Je le veux. » Elle s'abandonne alors entièrement à sa volonté sans demander par quels moyens elle accomplira cette mission. Après un séjour chez les Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame, à Montréal, et chez les Sœurs de l'Hôtel-Dieu, Mgr Ignace Bourget, évêque de Montréal, au cours d'une entrevue avec Aurélie qu'il avait interrogée sur ses aspirations et intentions, lui dit: « Mon enfant, si j'étais l'évêque de Saint-Hyacinthe, je vous dirais: « Allez-vous-en dans une petite chaumière bien solitaire et fondez une communauté d'Adoratrices du Précieux Sang, Filles de Marie Immaculée ». « Je ne saurais exprimer, dira plus tard Catherine-Aurélie, la dilatation de mon cœur quand j'entendis ces mots. Tout mon être exultait... Tout chantait en moi: 'Vive le Sang de Jésus!... Amour à Marie Immaculée!' J'étais convaincue que Notre-Seigneur me voulait dans cette communauté. » Le 14 septembre 1861, autorisée par son évêque, Mgr Joseph Larocque, elle fonde la Congrégation des Religieuses Adoratrices du Précieux Sang, ayant pour but d'adorer le Sang de Jésus et d'honorer Marie Immaculée. Ainsi l'Église de Saint-Hyacinthe donne naissance à la première communauté contemplative du Canada.


Porter au loin la flamme de l'amour


L'œuvre commencée modestement dans la maison paternelle, qui lui est prêtée pour deux ans, connaît une rapide expansion. Onze monastères sont fondés de son vivant, tant au Canada qu'aux États-Unis et même à Cuba. Le zèle de Mère Catherine-Aurélie n'a d'égal que son amour brûlant pour Jésus et son Sang précieux. « Votre mission, dira-t-elle à ses sœurs, c'est de prendre les âmes dans les filets de l'amour... Épouses de l'Agneau Immaculé, étanchez l'ardeur qui presse votre Bien-Aimé. Il demande de l'amour, il demande des âmes... Sa bouche laisse encore entendre ce cri de son âme: 'J'ai soif!' » L'écho de ce cri ne cesse de retentir dans le cœur de ses filles spirituelles, les Religieuses Adoratrices du Précieux Sang. Il alimente de même la spiritualité des personnes laïques avides de prolonger son oeuvre, comme témoins de l'Alliance scellée dans le Sang du Christ et de proclamer par leurs paroles et par leurs actes ce grand oeuvre de l'amour divin. Mère Catherine-Aurélie du Précieux Sang est décédée le 6 juillet 1905. L'ouverture diocésaine à de sa Cause de béatification a eu lieu le 20 novembre 1984. Au début de ce troisième millénaire, elle demeure une entraîneuse sur les routes de l'amour, et sans doute s'exclame-t-elle avec l'Église de notre temps: « Les yeux fixés sur le Christ rédempteur, travaillons à la nouvelle évangélisation, bâtissons la civilisation de l'amour! »


Jeannette Héon, a.p.s.


Pour plus d'informations


Centre Aurélie-Caouette

2520, rue Girouard Ouest,

C.P. 401,

SAINT-HYACINTHE (Québec) J2S 7B8

Site web : http://www.adoratricesps.net


Courriel: centaurelie@hotmail.com



« Si vous voulez apprendre à aimer, regardez l'hostie; si vous voulez apprendre à souffrir, regardez la croix; si vous voulez apprendre à vous donner, regardez le Sang de Jésus qui s'écoule jusqu'à la dernière goutte. » (Mère Catherine-Aurélie Caouette)

 



16/02/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 663 autres membres