Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

La Croix de Notre Seigneur Jésus Christ

La Croix de Notre Seigneur Jésus Christ


Le message fondamental de la Bible, celui que nous retrouvons dans la bouche de tous les prophètes de l'Ancien Testament, comme dans la prédication des Apôtres et disciples de Christ dans le Nouveau Testament c'est : "Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié." 1 Corinthiens 1:17-25. La réalité historique de la crucifixion de Jésus-Christ ne fait aucun doute, ce qui fait débat c'est "pourquoi" ? Les religieux d'Israël n'ont pas compris le sens de la mort du Christ sur la croix, ils attendaient un messie-roi et non un messie souffrant. Ils ont perçu sa crucifixion comme scandaleuse, la croix était alors un instrument de malédiction, selon qu'il est écrit dans la loi de Moïse : "Celui qui est pendu est un objet de malédiction auprès de Dieu." Deutéronome 21:23. Ils n'ont pas compris que Jésus venait effectivement accomplir la prophétie, comme le serviteur de l'Éternel, annoncé par le prophète : "Qui a cru à ce qui nous était annoncé? Qui a reconnu le bras de l'Éternel ? Il s'est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée; Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n'avait rien pour nous plaire. Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas." Esaïe 53:1-3. Scandale pour les juifs, folie pour les grecs, la croix de Christ est pour ceux qui croient une puissance de Dieu. "Nous prêchons Christ crucifié; scandale pour les Juifs et folie pour les païens, mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs." 1 Corinthiens 2.23/24. Ce qui peut nous étonner c'est le choix de Dieu pour cette forme de supplice. Pourquoi la crucifixion ? Le fils de l'homme, Jésus, aurait pu subir la lapidation, châtiment courant pour le peuple juif. Il aurait pu être décapité ou subir une autre mort. Il a fallu qu'il subisse l'ignominie, la souffrance terrible, physique et morale de la croix, que les romains utilisaient pour supplicier les malfaiteurs et ceux qu'ils considéraient comme opposés au régime. La crucifixion est le choix délibéré de Dieu pour le sacrifice de son fils, car elle comporte plusieurs aspects concernant l'œuvre de notre salut et elle a été clairement annoncée par les prophètes et tout particulièrement par David, dans le Psaume 22 : "Et moi, je suis un ver et non un homme, L'opprobre des hommes et le méprisé du peuple. Tous ceux qui me voient se moquent de moi, Ils ouvrent la bouche, secouent la tête: Recommande-toi à l'Éternel ! L'Éternel le sauvera, Il le délivrera, puisqu'il l'aime! -Oui, tu m'as fait sortir du sein maternel, Tu m'as mis en sûreté sur les mamelles de ma mère; Dès le sein maternel j'ai été sous ta garde, Dès le ventre de ma mère tu as été mon Dieu. Ne t'éloigne pas de moi quand la détresse est proche, Quand personne ne vient à mon secours! De nombreux taureaux sont autour de moi, Des taureaux de Basan m'environnent. Ils ouvrent contre moi leur gueule, Semblables au lion qui déchire et rugit. Je suis comme de l'eau qui s'écoule, Et tous mes os se séparent; Mon cœur est comme de la cire, Il se fond dans mes entrailles. Ma force se dessèche comme l'argile, Et ma langue s'attache à mon palais; Tu me réduis à la poussière de la mort. Car des chiens m'environnent, Une bande de scélérats rôdent autour de moi, Ils ont percé mes mains et mes pieds. Je pourrais compter tous mes os. Eux, ils observent, ils me regardent; Ils se partagent mes vêtements, Ils tirent au sort ma tunique. Et toi, Éternel, ne t'éloigne pas! Toi qui es ma force, viens en hâte à mon secours !" Nous trouvons dans les paroles du psalmiste une prophétie bouleversante de ce qui s'est produit lors de la crucifixion de Jésus. D'autres prophètes ont aussi annoncé la manière dont le Messie de Dieu devait mourir en expiant les péchés des hommes. "Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem Un esprit de grâce et de supplication, Et ils tourneront les regards vers moi, celui qu'ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, Ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né." Zacharie 12:10. "Des laboureurs ont labouré mon dos, Ils y ont tracé de longs sillons." Psaumes 129:3. Lorsque nous considérons les souffrances de Christ : moqueries, humiliations, coups, flagellation, couronne d'épine, foule haineuse et déchaînée, abandon de ses disciples et finalement la honte de la crucifixion, supplice habituellement réservé aux pires malfaiteurs, nous comprenons les paroles des prophètes qui parlent d'ignominie, d'humiliation, d'abaissement, d'un visage défiguré, de malédiction. La croix, avec tout ce qui a précédé la crucifixion, a été l'instrument de supplice qui pouvait le mieux convenir à un tel sacrifice pour le salut des pécheurs. Un sacrifice par lequel les péchés les plus horribles peuvent trouver leur expiation. En quoi la croix de Christ est-elle une puissance de Dieu ? Si nous voulons comprendre le sens profond de la croix, il nous faut réaliser la gravité du péché dans ses conséquences. De même si nous voulons comprendre la gravité du péché il nous faut considérer l'intensité douloureuse des souffrances et de la mort de Jésus. La crucifixion de Jésus nous révèle : Les conséquences tragiques du péché,La nécessité d'une œuvre exceptionnelle pour les réparer. Évidemment, cela ne peut apparaître qu'à quelqu'un qui croit, quelqu'un dont le cœur va être touché par la prédication du Christ crucifié : Galates 3:1. A une époque où sont banalisés les péchés les plus graves, ne parlons pas des autres, nous devons acquérir la notion de la gravité de tout péché. Le salaire, ce que mérite le péché, c'est la mort, non seulement la mort physique, avec son cortège de souffrances, de maladies, d'infirmités, ce qui est devenu une conséquence universelle, mais surtout la mort spirituelle, la perdition éternelle, appelé dans l'Apocalypse "la seconde mort": "L'étang de feu, c'est la seconde mort. Apocalypse 20:14. Apocalypse 21:8 "Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort." "Déjà, étant pécheurs par nature, nous sommes spirituellement morts par nos offenses et par nos péchés." Éphésiens 2:1. "Vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde. Vous étiez éloignés..." Éphésiens 2:12. La sentence est sans appel : "Car le salaire du péché, c'est la mort." Romains 6:23. Et elle s'applique à tous sans exception : "Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu." Romains 3:23. "Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l'empire du péché, selon qu'il est écrit: Il n'y a point de juste, Pas même un seul." Romains 3:9-10. De plus il est aussi écrit, et c'est le constat divin, que le prix du rachat de notre vie est trop cher pour que nous puissions l'acquitter : "Mais aucun homme n'a les moyens de racheter à Dieu la vie d'un autre homme ou de lui verser le prix de sa propre vie. Le prix de leur vie est trop cher à payer, il faut y renoncer une fois pour toutes." Psaume 49:7-8 (version bible en français courant). Seul un sacrifice d'une valeur exceptionnelle a pu payer le prix de notre rachat. Ce sacrifice exceptionnel, c'est la vie même du fils Dieu, l'agneau de Dieu, sans péché, sans défaut, sans taches. "Ce n'est pas par des choses périssables, par de l'argent ou de l'or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache." 1 Pierre 1:18,19. Lorsqu'il est entré dans le monde, comme le fils de l'homme, le Christ à bien préciser qu'aucun autre sacrifice, aucune autre offrande, que le sacrifice et l'offrande de sa propre vie, ne pouvait suffire au rachat de nos âmes. "C'est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit: Tu n'as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m'as formé un corps; Tu n'as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché. Alors j'ai dit: Voici, je viens Dans le rouleau du livre il est question de moi Pour faire, ô Dieu, ta volonté. Après avoir dit d'abord: Tu n'as voulu et tu n'as agréé ni sacrifices ni offrandes, Ni holocaustes ni sacrifices pour le péché ce qu'on offre selon la loi, il dit ensuite: Voici, je viens Pour faire ta volonté. Il abolit ainsi la première chose pour établir la seconde.
C'est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l'offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes." Hébreux 10:5-10. La croix de Jésus-Christ est une œuvre de rédemption, d'expiation, de justification, de délivrance et de réconciliation.


La croix, un sacrifice de Rédemption


C'est le prix payé par Jésus pour notre rachat. Nous étions vendus, esclaves, du péché auquel nous nous sommes livrés. "Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché." Romains 7:14. "Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres..." Éphésiens 2.1. Nous étions, par le péché, tombés sous le pouvoir du diable et des puissances des ténèbres. Nous étions destinés au châtiment éternel. Alors par son sacrifice sur la croix, Jésus nous a rachetés, délivrés de nos péchés, du diable et de toutes les puissances de l'enfer. "En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce..." Éphésiens 1:7. "A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles! Amen!" Apocalypse 1:5. La Rédemption c'est un acte de délivrance, de libération et par son sacrifice sur la croix, Jésus nous a réellement délivrés, libérés du pouvoir de condamnation et de domination du péché et de ses conséquences. Il y a dans les souffrances de Christ un pouvoir infinie de restauration pour celui qui croit en lui. "Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; Et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris." Isaïe 53:4,5. "Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris." 1 Pierre 2:24,25. "Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s'accomplît ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s'est chargé de nos maladies." Matthieu 8:16. La croix de Christ a été le lieu où Jésus a détruit tout ce qui nous condamnait, tout ce qui nous oppressait, nous liait, nous asservissait, nous courbait : le pouvoir du péché, le pouvoir de la maladie et des infirmités, le pouvoir démoniaque, la crainte de la mort et finalement la mort elle-même.

La Croix, un sacrifice d'expiation


Nous devons encore comprendre que le péché doit être expié, un châtiment doit être infligé au coupable. Nous trouvons cela aussi dans les lois des hommes et il ne vient à personne l'idée que c'est injuste, au contraire. Le châtiment que nous devrions subir à cause de notre péché est tombé sur un autre. C'est le principe de la substitution : "Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; Et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie; Et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous." Esaïe 53:3-6. "Vous qui étiez morts par vos offenses et par l'incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses; il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix." Colossiens 2:13. Si nous doutons encore de l'amour de Dieu rappelons cette parole : "Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous." Romains 5:8.


La Croix, un sacrifice de justification


Nous sommes toujours dans le principe de la substitution selon la parole de Dieu qui dit : "Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair, mais ayant été rendu vivant quant à l'Esprit." 1 Pierre 3:18. 2 Corinthiens 5:21 "Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu." Nous savons ce qu'est "être justifié", lorsque le coupable est blanchi de la faute qui lui était imputée. En ce qui nous concerne, nous étions réellement coupables et il était pratiquement impossible de paraître justes. Si vous n'en êtes pas persuadés, écoutez ce que dit Dieu : "Quoi donc! sommes-nous plus excellents? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l'empire du péché, selon qu'il est écrit: Il n'y a point de juste, Pas même un seul; nul n'est intelligent, nul ne cherche Dieu. Tous sont égarés, tous sont pervertis; Il n'en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul selon qu'il est écrit: Il n'y a point de juste, Pas même un seul." Romains 3:9-12. Être justifié, c'est être blanchi, lavé. Or Dieu nous dit que nous sommes justifiés au moyen du Sang de Jésus-Christ. "Ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ." Romains 3:24. A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère." Romains 5:9. "Le sang de Jésus Christ, le fils de Dieu, nous purifie de tout péché." 1 Jean 1:7. "Le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s'est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera votre conscience des oeuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant!" Hébreux 9:14. Et il me dit: Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation; ils ont lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l'agneau." Apocalypse 7:14. L'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous a été détruit, cloué à la croix... Et ainsi tous les éléments d'accusation qui pouvaient être utilisés par un quelconque accusateur ont été détruits ! C'est pourquoi, les puissances, les dominations et le diable lui-même n'ont plus le pouvoir de nous accuser devant le trône de Dieu... "Christ a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix". Colossiens 2:13. "Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ..." Un sacrifice de réconciliation." Romains 8:1. Le péché, par sa nature souillée, nous sépare de Dieu qui est saint. C'est une notion dont nous devrions être conscients, celle de la sainteté de Dieu et de notre propre souillure. "Souvenez-vous que vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde. Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ." Éphésiens 2:12,13. "Dieu a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises oeuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche, si du moins vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi, sans vous détourner de l'espérance de l'Évangile que vous avez entendu, qui a été prêché à toute créature sous le ciel". Colossiens 1:20. "Nous pouvons maintenant nous approcher de Dieu avec confiance, car nous avons au moyen du sang de Jésus une libre entrée dans la présence de Dieu." Hébreux 10:19. La croix de Jésus-Christ est le moyen choisi par Dieu pour faire l'expiation de nos péchés, afin de purifier par son sang ceux qui croient en LUI. C'est l'unique moyen de salut... on ne peut pas le remplacer ou lui associer quelque chose d'autre. Il n'y a de salut en aucun autre qu'en Jésus, dans son seul sacrifice. Cela ne peut pas être par des œuvres humaines, quelle qu'en soit la valeur.


La foi dans la valeur de la croix de Christ


Nous l'avons compris il y a dans le sacrifice de Jésus sur la croix une oeuvre de salut, de rédemption, de délivrance, de justification, de réconciliation, et cette glorieuse réalité est offerte à tous. "Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier." 1 Jean 2:2. "Nous avons été été lavés, mais nous avons été sanctifiés, mais nous avons été justifiés au nom du Seigneur Jésus-Christ, et par l'Esprit de notre Dieu." 1 Corinthiens 6:11. C'est pourquoi la prédication de Jésus-Christ crucifié est une puissance de Dieu car elle produit dans le cœur de ceux qui l'entendent la foi au moyen de laquelle nous recevons le salut de Dieu : Romains 10:10-17. L'Évangile, lorsqu'il est correctement annoncé, est réellement "...une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec, parce qu'en lui est révélée la justice de Dieu par la foi et pour la foi, selon qu'il est écrit : Le juste vivra par la foi." Romains 1:16,17. Tant que nous demeurons fondés et inébranlables dans la foi, et que nous ne nous détournons pas de l'espérance de l'Évangile, nous sommes assurés de trouver dans le sacrifice du Seigneur Jésus-Christ, une parfaite réconciliation avec Dieu afin qu'il puisse "...nous faire paraître devant lui, saints, irrépréhensibles et sans reproche." Colossiens 1:20. Que le Seigneur ouvre les yeux de notre cœur afin que nous comprenions le sens et la valeur du sacrifice de Jésus sur la croix, disant avec l'apôtre : "Si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi." Galates 2:20. "Pour nous, nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier." 1 Jean 4:19.


La Croix du Christ, mystère d'Amour


Saint Paul a puisé dans sa démarche spirituelle, dans sa prière, dans la contemplation du Christ, pour connaître en profondeur le mystère chrétien. En effet, la connaissance intellectuelle et la catéchèse sont importantes pour chacun, mais cela peut rester une connaissance purement intellectuelle, comme les mathématiques ou l'histoire. Paul nous montre qu'il y a un au-delà la connaissance intellectuelle, qui est la connaissance de la foi, au sens fort du terme connaissance, qui signifie « naître avec ». Cela suppose une maturation dans le silence de son cœur pour que les connaissances ouvrent véritablement à la rencontre personnelle avec le Christ ressuscité et une découverte sans cesse approfondie du mystère chrétien. C'est cette démarche qu'a faite saint Paul et qui l'a conduit à nous livrer des secrets importants sur le Christ, dont il médite sans cesse la vie, la parole et la mission. Parmi les méditations qu'il nous propose, une des plus importantes est celle que l'on trouve dans l'épitre aux Philippiens, chapitre 2, où l'Apôtre nous révèle le mystère de l'incarnation et de la Rédemption, mystère difficile, même pour les premiers chrétiens. Il est difficile de reconnaître un Dieu qui se fait proche de l'homme, un Dieu qui, sans perdre sa divinité, devient homme et qui s'anéantit dans la condition humaine jusqu'à la mort sur la Croix, nous dit Paul, mystère que l'on appelle d'un terme technique, la kénose. Ce n'est pas l'idée que l'on se fait habituellement de Dieu ! Et puis, il faudra particulièrement longtemps pour que le mystère de la Croix soit véritablement accepté comme mystère de la Rédemption. La Croix apparaît comme un scandale pour les juifs et une folie pour les païens (cf. 1 Co 1,23 ; Ga 5,11). Même les artistes auront de la peine à représenter le Christ en Croix dans leur approche de la foi chrétienne. Il faudra pratiquement cinq siècles pour que, en Occident, à Rome, à l'église Sainte-Sabine, on trouve une représentation du Christ en croix. C'est donc ce mystère de la Croix qu'il nous faut contempler pour découvrir vraiment la mission du Sauveur et pour affermir notre foi à un Dieu qui nous aime au point d'accepter de se livrer pour nous. Par sa mort sur la Croix, le Christ a assumé le péché de l'humanité. Il a donné sa vie pour que le monde ait la vie, et qu'il l'ait en abondance. C'est ainsi que saint Augustin, méditant ce mystère s'est exclamé « Bienheureuse faute de l'homme qui valut au monde un Sauveur ! », hymne dont le texte définitif a été fixé par le Pape Innocent III et que nous reprenons au cours de la nuit pascale pour célébrer dans la joie la victoire du Christ sur le péché et sur la mort. La mort du Christ nous touche particulièrement parce qu'elle nous montre l'amour infini de Dieu pour chacun de nous. Dieu a voulu que l'homme, marqué par le péché des origines et par le péché personnel, soit sauvé, car il ne peut se sauver lui-même. Chaque fois que nous regardons la Croix du Christ ou que nous faisons le signe de la Croix, nous rappelons le don infini que Dieu nous a fait en se livrant pour notre salut, nous rappelant que, pour Lui, nous valons mieux que le péché que nous pouvons commettre, et que nous sommes appelés, en nous mettant à sa suite à marcher dans la voie de la sainteté, à avoir comme boussole la Croix, signe que le péché n'a pas sur nous le dernier mot et que l'amour de Dieu pour chacun de nous est infiniment plus fort. En contemplant la Croix du Christ, puissions-nous entendre Jésus lui-même nous murmurer au fond de notre cœur : « Je t'aime infiniment. Tu vaux mieux que le mal que tu as fait. N'aie pas peur, relève-toi sur la route, car sur la route de Dieu on guérit en marchant à l'ombre de la Croix ». En regardant la Croix du Christ, puissions-nous découvrir la confiance que le Seigneur a en nous, puissions-nous accepter de le découvrir et de le reconnaître comme celui qui seul peut nous sauver et faire de notre vie quelque chose de grand et de beau. Et si chacun de nous acceptait de prendre régulièrement quelques instants pour contempler la Croix du Christ, mystère d'amour, mystère de salut, porte du bonheur. Je suis sûr que sa vie en serait transformée, car chacun sentirait alors que le Christ le regarde, l'enveloppe et l'accompagne de tendresse, de miséricorde et d'amour ?

 



13/05/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 684 autres membres