Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

La nature de métamatière et l'égalité homme/femme

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour.


Les humains ont une anatomie mammifère proche des primates mais ils ne sont pas des animaux. Ils ont une classification à part. Il y a les végétaux, les animaux et les humains. Ils se différencient par la possession d'une deuxième énergie : l'intelligence. Ils ont l'instinct et l'intelligence. Leurs comportements sont instinctifs et intelligents. Les animaux et les végétaux n'ont que l'instinct pour vivre. Leurs comportements sont seulement instinctifs. L'instinct suffit largement pour vivre dans la nature de matière.

Les humains font partie intégrante de la nature de matière. Ils sont soumis à ses lois. Ils ont des comportements influencés par l'instinct matériel. Ils ont aussi des comportements influencés par l'intelligence métamatérielle.
Ils ont un pied dans la nature de métamatière compte tenu qu'ils possèdent son énergie : l'intelligence.



Instinct matériel et intelligence métamatérielle sont deux énergies distinctes qui ne doivent pas être mélangées. Elles se côtoient chez l'humain. Si les deux énergies se mélangent il se produit des comportements humains anarchiques. L'instinct se met au service de l'intelligence et l'intelligence se met au service de l'instinct. Ces comportements détruisent la nature de matière et nuisent aux humains.

Les humains entrent dans le processus de renouvellement spécifique à la nature de matière ; tout se renouvelle sans cesse sans jamais se rassasier. Ils ont un système de reproduction sexuée. Des espèces animales ont le même système de reproduction. Elles ont des comportements uniquement guidés par l'instinct. La femelle attire le mâle. Il y a accouplement. Lorsque l'accouplement est terminé, l'attirance disparait instinctivement.

L'instinct incite les humains à se reproduire. Ils ont l'intelligence en plus de l'instinct. L'intelligence libère des liens de l'instinct le processus de reproduction. Elle peut exacerber l'instinct de reproduction. Hommes et femmes sont donc tenus à se fixer des règles de conduite et de respect. Les hommes sont instinctivement attirés sexuellement par les formes des femmes. En dehors de chez elles et aux regards de tout le monde, les femmes doivent éviter de montrer leurs formes. Elles doivent les dissimuler par respect pour les hommes afin de leurs éviter un sentiment frustrant. En dehors de chez eux, les hommes ne doivent pas soutenir le regard des femmes dans un but d'attirance sexuelle par respect pour la gente féminine.

Femmes et hommes sont égaux au regard de la nature de matière et de la nature de métamatière. Un homme par femme. Une femme par homme.



L'homosexualité n'est pas contre nature matérielle. Elle n'est pas soumise à la riposte de la nature de matière contre toute agression : la souffrance. Elle n'est pas non plus contre nature métamatérielle. Elle ne produit pas de métons non conformes.

0 appréciations
Hors-ligne
L'union des parents



La croyance à l'univers de métamatière, sa symbiose avec l'univers de matière et sa relation avec les humains se positionne par rapport à la désunion des parents.





Tout aussi intelligents que soient les parents désunis pour pour que tout se passe bien et qu'il continue l'éducation de leur(s) enfant(s) ensemble et en accord, il manque l'amour et le respect qui les unit. Les jeunes tirent leur éducation de l'union de leurs deux parents. C'est une loi naturelle. Les humains doivent la respecter au risque de subir la riposte de la nature matérielle : la souffrance morale lancinante.




La formation de nouveaux couples n'empêche malheureusement pas la souffrance morale laquelle est une riposte de la nature de matière face à une agression.

Les parents désunis ont beau reformer un couple chacun de leur coté, la souffrance est là. Souffrance des enfants devant leurs parents désunis. Souffrance des parents qui voient leurs enfants souffrir. Une souffrance permanente, lancinante qui harcèle l'enfant et mine son caractère. Une souffrance tenace qui consume les heures et les jours des parents, des moments normalement prévus pour Vivre (avec un grand V).

La vie est courte. Les humains en ont qu'une. Il n'en auront pas une autre après la mort de leur corps de matière. Agir contre nature de matière et subir sa riposte légitime : la souffrance, est un temps perdu considérable.





Lorsque les enfants vivent dans des foyers où l'un des deux parents est battu, où l'un des deux parents est alcoolique, où les parents s'engueulent par manquent d'amour entre eux, vaut-il pas mieux se désunir pour "sauver" à l'enfant ?

C'est le point de vue de parents qui veulent se désunir, pas un point de vue d'enfant. Les parents désunis ne doivent pas faire supporter à leur enfant le poids insupportable de leur désunion. Lui ne compte que sur l'union de ses parents pour se construire un patrimoine morale sain qu'il utilisera tout au long de sa vie.

L'amour et le respect entre les parents forment une union sacrée laquelle est un rempart contre une légitime riposte de la nature de matière suite à une action non-conforme naturellement. Riposte directe contre l'enfant et indirecte contre les parents : la souffrance morale lancinante qui déséquilibre et mine la santé morale de l'enfant.



La nature de matière a instauré des lois depuis toujours et pour toujours. Contre venir à ces lois c'est s'exposer à la riposte de la nature de matière : la souffrance morale lancinante.


Chez certaines espèces mammifères dont l'Humain, les jeunes tirent leur éducation de l'union de leurs parents. C'est une loi naturelle. Contre venir à cette loi c'est s'exposer à une souffrance lancinante qui mine la formation du patrimoine moral de l'enfant.



Les animaux n'ont que l'instinct pour vivre. Certaines espèces animales savent d'instinct que se désunir pendant l'éducation des jeunes s'expose à subir la riposte de la nature de matière : la souffrance.



L'entrée dans la vie adulte de l'enfant sonne la fin de l'obligation d'union des parents.

Avant la naissance des enfants, un couple n'a pas obligation d'union. Il peut se défaire sans provoquer la riposte de la nature de matière : la souffrance morale lancinante.

Pendant toute l'éducation du jeune, le couple a obligation d'union. La désunion est soumise à la souffrance morale lancinante qui mine la formation du patrimoine moral de l'enfant et consume la vie des parents.

Après l'éducation du jeune, le couple n'a plus obligation d'union. Il est libre de se désunir au regard de la nature de matière.




Les parents pensent que la matière ne régit pas tout, même si elle est en amont de la création et que l'enfant puisse échapper à une souffrance quelle qu'elle soit. La souffrance fait aussi partie de la vie hélas et que l'enfant est effectivement soumis et subit les situations. Je pense que même la souffrance est structurante.


Ben voyons !! Le couple divorce pour faire plaisir à l'enfant !!

Il souffre le martyr moralement de la désunion de ses parents, en plus il endosse la responsabilité de la séparation : c'est pour lui faire plaisir que nous déunisons disent les parents. Pour lui éviter de souffrir !!

Il souffre de la désunion de ses parents et il se sent est responsable de sa souffrance. Lui qui est totalement innocent. Double peine.

Lorsque la nature de matière est agressée, comme dans le cas de la désunion d'un couple au moment de l'éducation des jeunes, sa riposte légitime tend vers la suppression des fautifs. Elle commence par une souffrance morale lancinante qui déstabilise la personnalité va jusqu'à son effondrement.





L'humain est intelligent. Il peut se libérer des liens de l'instinct et vivre comme bon lui semble contrairement aux animaux et aux végétaux qui n'ont pas l'intelligence. Ils ont seulement l'instinct et suivent les lois naturelles sans possibilité de dévier.

Les humains peuvent donc tout se permettre ? Non !

La nature de matière ne fait aucun compromis lorsqu'on touche à son "outil de production" : le processus renouvellement des espèces. C'est son moyen d'exister. Tout est mortel chez elle. Sans reproduction pas de nature de matière. Pour l'espèce humaine, lune moi naturelle veut que les jeunes tirent leur éducation de l'union de ses parents. Pas de compromis là dessus. Les contrevenants s'exposent à la riposte immédiate de la nature de matière : la souffrance lancinante qui mine la santé morale et qui tend à empêcher de Vivre (avec un grand V)





Des aléas de la vie peuvent faire disparaitre un membre d'un couple unit. Les parents sont toujours unis pour la nature de matière. Pour l'enfant aussi.

Le parent restant doit faire transparaître cette union au regard de l'enfant. Même s'il reforme un couple avec un autre partenaire, l'image du parent défunt et de son union avec lui doivent être présentes aux yeux de l'enfant. Dans ce cas, pas de riposte de la nature de matière.





La violence dans le couple



Que les parents ne fassent pas porter leur désunion sur les épaules de leur enfant en prétextant que la violence dans leur couple n'est pas structurante pour lui. L'enfant se soumet au point de vue de ses parents.



S'il n'y a plus l'amour dans la couple et qu'il y a violence, c'est une désunion. L'enfant est soumis à la souffrance morale lancinante qui le déstructure.



S'il y a encore l'amour dans le couple mais parfois violence, il n'y a pas désunion pour la nature de matière. Il n'y a pas de riposte légitime de sa part : la souffrance morale lancinante.





Pas de faux semblants possible avec les enfants !! Ils perçoivent de suite la désunion de ses parents et en souffrent le martyr !! L'union des parents doit être sincère.



S'il y a haine permanente, il y a désunion, il y a souffrance déstabilisatrice pour l'enfant.

Un reste d'union dans le couple c'est une bouée lancée à l'enfant dans un raz de marée de souffrance.





Les parents, tant qu'ils sont unis, sont les meilleurs artisans de la construction mentale de l'enfant. C'est une loi naturelle. Pour l'espèce humaine, c'est inscrit dans le livre perpétuel de la nature de matière.

Les parents doivent rester unis tout le temps de l'éducation du jeune. Après l'éducation du jeune, ils sont libres de se désunir au regard de la nature de matière. Ils ne sont plus tenus par l'obligation d'union du couple qui régit le processus naturel du renouvellement de l'espèce humaine.

Si les parents sont unis mais sont violents envers leur enfant au point de mettre en péril son intégrité physique, l'enfant doit être protégé et tenu loin de cette violence. Il ne doit pas être mis à l'écart de l'union de ses parents. Seulement mis à l'écart de la violence de ses parents sur sa personne. L'union de ses parents est vitale pour sa construction mentale.



Pour les parents, le développement naturel du patrimoine moral de leurs enfants doit primer sur le désir passager de se séparer.



S'il se détestent, s'ils ne se supportent plus, ils sont désunis. Une séparation n'est que la fin de leur désunion.

C'est avant de faire l'enfant de prendre toutes les précautions pour éviter une désunion pendant l'éducation du jeune. Maintenant, le mal est fait. Les parents sont désunis. L'enfant est exposé à la souffrance lancinante qui va miner la formation de son patrimoine moral.



Des parents unis ne sont pas un exemple d'union pour leur enfant. L'enfant n'a pas besoin d'un exemple d'union. Il ne veut s'unir à personne. L'union de ses parents est un terreau favorable à une bonne formation de son patrimoine moral.





La loi anti-désunion



Tout se renouvelle sans cesse dans la nature de matière. L'inconvénient avec le renouvellement est que tous les vieux individus -ceux qui savent- meurent et que tous les nouveaux individus -ceux qui ne savent pas encore- doivent apprendre.



La nature de matière a donc instauré une loi encadrant le renouvellement de certaines espèces pour garantir le bon fonctionnement de son environnement. L'Humain est soumis a cette loi. La naissance d'un enfant étant le renouvellement de l'espèce humaine. Un enfant nait totalement innocent. Totalement neuf. Il doit tout apprendre. Pour garantir son apprentissage, la nature de matière a imposé aux parents de rester unis pendant son éducation.



Chez les humains, la loi naturelle sur le renouvellement de l'espèce oblige les parents à rester unis le temps de l'éducation du jeune. S'ils outre-passent cette loi, la nature de matière riposte par la souffrance morale lancinante qui mine le caractère du jeune et qui tend à l'empêcher de Vivre (avec un grand V ). Tant que les humains respectent les lois de la nature de matière, ils peuvent espérer Vivre.

Aucune loi humaine ne peut obliger les parents à rester unis afin de respecter la loi naturelle sur le renouvellement de l'espèce humaine. Seule la nature de matière peut le faire via la perspective de la souffrance morale lancinante de l'enfant et celle des parents qui voient leur enfant souffrir le martyr.




Les animaux et les végétaux n'ont que l'instinct pour vivre. Ils ne peuvent pas dévier des liens de l'instinct. Ils n'ont pas l'intelligence pour le faire. Chez certaines espèces animales, les deux parents doivent élever ensembles les petits pour les éduquer. Si des parents meurent, les petits finissent par mourir aussi.

Les humains ont l'intelligence en plus des instincts. Ils ont deux énergies pour vivre. L'intelligence permet aux humains de se libérer des liens de l'instinct. Si les parents unis meurent, l'enfant est pris en charge et éduqué par un autre couple. Il projette l'union des ses parents décédés sur ses parents adoptifs. Il n'y a pas riposte de la nature de matière sur lui.



Une société est constituée de millions de cellules : les familles. Une famille est constituée d'un noyau parental soudé entouré d'enfants se nourissant de cette union. Lorsque le noyau parental se décompose la cellule s'altère et affaiblit la société.

La principale préoccupation d'une société est de protéger le noyau parental des cellules familiales contre toutes agressions extérieures susceptibles de la dégrader. Elle ne doit pas laisser la famille exposée à tous les dangers extérieurs qui tendent à la pervertir. C'est de l'hygiène sociétale.

La cellule familiale, elle, doit garantir son intégrité contre les dangers venant de l'intérieur et visant à la faire se désunir. C'est de l'hygiène familiale.



Non, les enfants ne sont pas heureux de la désunion de leurs parents. Ils ne sont pas heureux d'une trahison. En donnant naissance à des enfants un couple s'engage vis à vis d'eux : leur union est la matière dans laquelle les enfants puisent la formation de leur patrimoine moral. La désunion d'un couple est une trahison. Les parents trahissent la cellule familiale dans laquelle les enfants puisent la formation de leur santé morale.

C'est seulement à force de pressions permanentes de la part des parents que les enfants se résignent à cette désunion. Une désunion n'est pas du bonheur pour eux. C'est de la résignation. Les parents ne doivent pas faire supporter à leur enfant le poids insupportable de leur désunion. Les enfants n'aspirent qu'à l'union de leurs parents.





Pour l'enfant soit ses parents sont unis, soit ils sont désunis.

Plus les parents seront unis, plus l'enfant se forgera un patrimoine moral de qualité qu'il utilisera tout au long de sa vie.

Plus les parents seront désunis, plus le patrimoine moral de l'enfant sera altéré.



S'il se détestent, s'ils ne se supportent plus, ils sont désunis. Une séparation n'est que la fin de leur désunion.

C'est avant de faire l'enfant de prendre toutes les précautions pour éviter une désunion pendant l'éducation du jeune. Maintenant, le mal est fait. Les parents sont désunis. L'enfant est exposé à la souffrance lancinante qui va miner la formation de son patrimoine moral.





Un enfant tire la formation de son patrimoine moral dans l'union de ses parents comme il tire la formation de son patrimoine physique de la nourriture que lui donnent ses parents. Se désunir pendant l'éducation des jeunes traumatise la formation de leur patrimoine moral comme les priver de nourriture traumatise la formation de leur patrimoine physique.





La libertée en pensée



Aucun humain n'est libre en pensée.



Soit c'est la nature de métamatière détentrice et émettrice de l'énergie intelligence qui fait évoluer son intelligence et par ricochets fait évoluer ses pensées et ses comportements. Il pense et agit selon une croyance : une logique métamatérielle.
Soit son intelligence est piratée par une intelligence humaine dévoyée de son but premier qui les oriente pour ses profits matériels. L'humain pense et agit selon une logique matérielle.

La première impacte peu sur l'environnement matériel. La seconde en est grande consommatrice.





La double peine



Ce n'est jamais pour le bien des enfants qu'un coule de désunit.

La nature de matière a instauré une loi que nous devons respecter : tout nouvel humain tire la formation de son patrimoine moral dans l'union de ses parents. La loi naturelle est claire.

Quand les parents se désunissent ils dérogent à cette loi. Se désunir ne veut pas dire se séparer physiquement. Un couple peut être désunit en restant ensemble. C'est un terreau pour toute les brutalités. Se désunir veut dire ne plus s'aimer.

La nature de matière riposte à cette agression sur les enfants. Les pauvres souffrent le martyr moral. C'est une riposte naturelle. Leur patrimoine moral en est affecté.

La nature de matière ne s'acharne pas directement sur les parents désunis. Leur souffrance, s'il y a souffrance, ne vient pas directement de la nature de matière. Elle vient seulement s'ils daignent regarder leurs enfants souffrir le martyr moral. Ils peuvent ne pas voir souffrir leurs enfants et se persuader que leur désunion est une bénédiction pour eux. Les parents désunis évitent ainsi la souffrance mais cette manoeuvre diabolique porte le coup de grâce au patrimoine moral des enfants. Double peine pour ces êtres innocents : ils subissent de plein fouet la désunion de leurs parents, en plus, ils en portent la responsabilité. Leurs parents se sont désunis pour leurs faire plaisir !





Les parents désunis ne maintiennent plus une cellule familiale stable et saine pour l'évolution moral de leur enfant. Ils abandonnent la formation du patrimoine moral de leur progéniture. L'enfant se retrouve orphelin moralement et accessible à toutes les dérives morales.



Un couple dans une ambiance délétère est désunit. Les enfants souffrent de la désunion de leurs parents.

Le ou les enfants d'un couple désunit , vivant heureux séparément, souffrent de la même manière de la désunion de ses parents.

L'union des parents est le terreau idéal pour une bonne formation du patrimoine moral d'un enfant.





Les enfants ne souhaitent jamais la désunion de leurs parents.

Pourquoi ?

Parce qu'ils savent d'instinct qu'ils seront exposés à la riposte de la nature de matière, la souffrance morale lancinante qui mine la formation de leur patrimoine moral.





La souffrance morale lancinante



La séparation des parents n'est que l'aboutissement de leur désunion. Désunis pour désunis mieux vaut aller jusqu'au bout. L'enfant ne vivra pas au quotidien l'effondrement de l'union de ses parents. Il souffre le martyr moral dans les deux cas : parents séparés ou pas séparés. Il sait que ses parents sont désunis. Il sait qu'il est de ce fait exposé à la souffrance morale lancinante qui mine la formation de son patrimoine moral. Le malheureux enfant se résigne à souffrir ou il se révolte à sa façon.



Les parents s'organisent pour ne pas souffrir eux-même de voir leur enfant souffrir. C'est différent. Les parents font tout ce qui est en leur pouvoir pour ne pas voir leur enfant souffrir parce que sa souffrance se reporte sur eux-même. Ils souffrent de voir leur enfant souffrir. Ils veulent l'éviter à tout prix. Ils veulent tirer un trait sur l'épisode d'une union malheureux. Ils font tout pour éviter la souffrance. Il la laisse porter par l'enfant seul. Les parents désunis ont souvent reconstruit une famille. Ils sont heureux. Le malheureux enfant lui reste avec sa souffrance morale lancinante qui mine la formation de son patrimoine moral. Soit il se résigne à souffrir et s'adapte, soit il se révolte à sa façon.



Les parents séparés ne délaissent pas "physiquement" leur enfant !! C'est leur désunion qui a délaissé la formation du patrimoine moral de leur enfant.

Un enfant a un besoin naturel de se forger un patrimoine physique et un patrimoine moral de qualité.
Pour le patrimoine physique, pas de problème dans nos sociétés tant qu'il y a à manger, à boire, à se soigner.
Pour le patrimoine moral, l'enfant a besoin de l'union des deux parents pour s'en forger un de qualité. S'il y a désunion du couple le malheureux enfant se retrouve vite en manque, tourmenté par la souffrance lancinante, riposte de la nature de matière contre toute agression. Il panique. Il réagit soit en se résignant soit en se révoltant à sa façon. La formation de son patrimoine moral est dès lors laissé à la merci.

Priver un enfant d'une bonne formation de son patrimoine moral en se désunissant c'est comme le priver d'une bonne formation de son patrimoine physique en le privant de nourriture. C'est la pire des choses qu'un couple peut faire à son enfant.



L'enfant cherche naturellement, sans qu'il s'en rende compte, une bonne formation de son patrimoine moral. Seule l'union des ses parents peut lui en fournir une bonne. Si ses parents se désunissent, il sait d'instinct qu'il s'expose à la souffrance morale lancinante qui va miner cette formation. D'où une panique chez lui. C'est la pire des choses que des parents peuvent faire à son enfant à égalité avec la privation de nourriture qui va miner la formation de son patrimoine physique. Un enfant a besoin de se forger un patrimoine physique et un patrimoine moral qu'il utilisera tout au long de sa vie.



Tant que les parents sont unis tout va bien pour l'enfant. Tout le "village" peut même participer à la formation de son patrimoine moral. S'ils se désunissent tout se gâte pour lui. C'est naturel. C'est inscrit dans le marbre de la nature : chez l'espèce humaine la formation du patrimoine moral d'un enfant doit être fait par l'union de ses deux parents.





Se résigner à souffrir le martyr moral pendant la formation de son patrimoine moral conduit à des attitudes défensives exacerbées étant adulte.



Une attaque morale aussi violente qu'est la désunion de ses parents, à un moment de sa vie aussi vulnérable que sont l'enfance et l'adolescence engendre une combativité défensive exacerbée dans la vie adulte.

La désunion du couple pendant l'éducation des jeunes est la pire des choses que peuvent faire des parents à ses enfants.





La construction du patrimoine moral



Un enfant a besoin de l'union de ses parents pour se construire un patrimoine moral solide et de qualité. S'il y désunion parentale, il y a carence morale insupportable chez l'enfant. Il faut pourtant qu'il forge son patrimoine moral. Orphelin moralement, il glane de si de là des modèles disparates qui formeront un patrimoine moral hasardeux. Il utilisera toute sa vie ce patrimoine moral altéré. La désunion parentale est bien la pire des choses que des parents peuvent faire à leur enfant.



Un enfant ne redoute pas de manquer de nourriture ou de manquer de jouer ou de manquer de copains... tant qu'il est avec ses parents. Ce qu'il redoute par dessus tout c'est que ses parents se désunissent. Il sait d'instinct qu'il va se retrouver orphelin moralement et soumis à la souffrance morale lancinante.



Des parents unis et ensembles : c'est idéal pour une bonne formation du patrimoine moral de l'enfant.
Unis mais pas ensembles : c'est acceptable pour la formation de son patrimoine moral.
Désunis et ensembles : commence pour l'enfant les degrés du processus de descente aux enfers moraux liés au degrés du processus de désunion de ses parents.
Désunis et pas ensemble : il touche le fond des angoisses morales. Il essaies bien de se redresser en glanant de ci de là des brides de modèles mais l'ardeur ni est plus.



Malgré tous les aménagements faits par les parents désunis pour limiter la casse et se donner bonne conscience afin d'éviter de souffrir soit même, le mal est fait. Les enfants souffrent le martyr moral de la désunion de leurs parents. La formation de leur patrimoine moral est abandonné. En carence, ils se dirigent naturellement vers d'autres modèles. Un patrimoine moral bigarré se forge dans la douleur.



L'ossature solide du patrimoine moral d'un enfant se construit avec les matériaux puisés dans l'union de ses parents. Ces "matériaux" se transfèrent sans difficulté dans le bonheur familial. Si les parents se désunissent totalement pendant cette phase cruciale, l'enfant se retrouve orphelin moralement. Il souffre le martyr moral à cause de cette carence morale permanente. Il doit malgré tout construire son patrimoine moral. C'est naturel. Il glane ça et là, tant bien que mal, des modèles dans son entourage. La construction de son patrimoine moral se fait dès lors dans le manque et la souffrance. Il débutera sa vie adulte avec un patrimoine moral fragile.



Les enfants savent faire la différence entre une entente de façade et une union de fond. Ils ont un besoin fondamental d'une union parentale. La preuve, demandes-leurs ce qu'ils souhaitent le plus au monde. Du fond de leur petit coeur, Ils te diront : que notre papa et notre maman s'unissent de nouveau. C'est viscéral chez eux. C'est la nature qui veut cela. Aucun enfant ne souhaitera la désunion de ses parents. Ils tirent la formation de leur patrimoine moral dans l'union de leurs parents.



Les parents divorcés ne veulent pas souffrir de voir leurs enfants souffrir. Ils ont déjà tant souffert de la désintégration de leur union. Leurs enfants deviennent maintenant une charge. Il faut donc à tout prix mettre en place une parodie d'union pour leurrer leur instinct afin qu'ils croient qu'il y a toujours union parentale. Les parents divorcés ne leurrent pas la nature de matière. Elle sait qu'il y a désunion parentale pendant l'éducation des jeunes. Elle riposte par la souffrance morale lancinante. Les enfants en font les frais. Leur souffrance est là pour doser le degré de désunion de leurs parents. Tout est naturel. Tout est inscrit dans le marbre de la nature de matière.



Il n'y a plus de lien parental. Le lien parental s'est dissout avec la désunion. Il y a seulement un homme et une femme qui font une parodie d'union pour faire croire à leurs enfants qu'ils sont toujours unis afin qu'eux même ne souffrent pas trop de voir leurs enfants souffrir le martyr moral. Mais les enfants ne s'y trompent pas. La souffrance morale qui les tenaille leurs rappelle qui leurs parents sont totalement désunis. Ce que tentent de leurs exposent leurs parents n'est qu'une union de façade. Ce n'est plus l'union parentale solide qui faisait le bonheur de la formation de leur patrimoine moral. Maintenant c'est seulement grapiller dans la douleur des modèles pour la construction nécessaire du patrimoine moral.



Les enfants ne souhaitent jamais la désunion de leurs parents quand le nid parental est source d'amour, d'exemple et de protection. Si le bouclier se désintègre, les malheureux enfants se retrouvent "à la rue" moralement et exposés à toutes les intempéries de la vie. Ils ne sont pas armés pour les affronter. Ils sont trop petits. Ils ont peur. Ils disent à leurs parents qu'ils ne veulent pas qu'ils se séparent. Rien y fait. Ils se résignent donc à souffrir le martyr moral.



Ce que les enfants veulent c'est aussi ce que veut la nature de matière : se forger un patrimoine moral de qualité dans un nid parental sain. Ils n'en ont rien à faire "qu'il existe peu de couple heureux sur la durée" .



Un condamné à mort ne veut pas mourir. L'autorité qui le retient prisonnier doit faire son office. Elle lui dit : "tu verras c'est mieux dans leur monde". C'est pour ton bien. D'autres sont passés par là. Ils sont heureux maintenant là haut au Paradis". Le malheureux se résigne. Il n'a pas le choix. Il s'apporte lui-même un peu de chaleur au coeur dans cette froideur d'angoisse : "C'est vrai que dans mon couloir de la mort, je connais untel, untelle qui est parti à la salle d'exécution le sourire au coin des lèvres...." Et la discussion s'engage. L'exécution peut commencer. C'est le même processus qu'utilisent des parents désunis pour faire accepter à leurs enfants leur désunion. Les enfants craignent la désunion parentale. Ils savent d'instinct quelle est pour eux une source d'angoisses et de souffrances morales.



La formation du patrimoine moral d'un enfant s'effectue autour d'un centre d'attraction - l'union parentale - en cercles concentriques de plus en plus larges au fur et à mesure de la formation du patrimoine moral.

Au début, soudée à l'union parentale - le bébé - la trajectoire s'élargit à la famille proche, puis aux copains ou aux copines, puis aux amis et au monde extérieur, de plus en plus vite, de plus en plus large, jusqu'à s'éjecter du champ d'attraction de l'union parentale et d'en sortir le moment venu : un patrimoine moral sain et mature prêt à affronter la vie adulte.

La désintégration et la disparition du centre d'attraction - l'union parentale - pendant la circonvolution de la formation du patrimoine morale signifie une perte majeure pour l'enfant. Son repère naturel est dissout. Il n'a plus de centre d'attraction. Il éprouve de profondes angoisses. Il doit néanmoins grandir moralement. Il va chercher à tourner autour d'orbites qui ne lui sont pas naturelles. Puis il sortira du champ de toutes attractions et commencera sa vie adulte avec un patrimoine moral dépareillé, forgé dans la douleur.



Pour un enfant, il n'existe qu'un seul centre d'attraction naturel, l'union de ses parents. Quand elle est établie et forte, la formation de son patrimoine moral se déroule dans une béatitude naturelle. Quand elle n'est plus, c'est dans la détresse que l'enfant grappille ça et là des modèles pour graviter autour d'eux.





Le centre d'attraction



La particularité de la nature de matière (celle dans laquelle nous vivons notre vie de tous le jours, différente de la nature de métamatière, celle dans laquelle nous nous verrons vivre après la mort de notre corps de matière)est que tout est mortel. Tout se renouvelle sans cesse dans cet univers sans jamais se rassasier. Tout nait, tout vit, tout meurt. Tout suit la même évolution : fécondation, gestation, naissance, vie, mort, dissipation.

Un humain suit ce cycle de renouvellement. Sa fécondation est issu de l'amour de ses parents. Il se génère au dépend du corps de la mère comme un organe éphémère. Il naît tout neuf à la vie. Le savoir des vieux meurt avec leur corps. Les nouveaux nés doivent apprendre à vivre. C'est le propre du renouvellement.

La nature de matière s'est donné les moyens pour garantir le renouvellement de l'espèce humaine. Elle leurs a imposé une loi : un enfant humain apprendra à vivre au sein de l'union parentale. L'union de ses parents sera son centre d'attraction naturel le temps de son apprentissage à la vie. Au début soudé à elle, l'enfant puis l'adolescent graviteront autour d'elle en cercles concentriques de plus en plus large. Le jeune homme ou la jeune femme sortira du champ d'attraction de l'union parentale une fois la patrimoine physique et moral établis.

Si par malheur le centre de gravité naturel se désintègre du fait de la désunion des parents, le pauvre enfant se retrouve orphelin moralement. C'est le pire qui peut lui arriver. Il est pétrit d'angoisse sur son devenir.

S'il leurs reste un peu d'union, les parents doivent le sauver et le mettre en évidence pour leurs enfants. Ceux ci s'accrocheront à ce reste d'union et garderont l'espoir. Les angoisses s'éloigneront un peu.

Mettre la reste de l'union parentale sur le devant de la scène et garder la désunion à l'arrière, c'est le devoir de tous parents responsables vis à vis de leurs enfants.

Afficher la désunion en la matérialisant par la séparation et effacer volontairement les restes de l'union parentale est totalement irresponsable vis à vis des enfants. Les personnes extérieures au couple qui incitent à la séparation totale en masquant les brides d'union sont aussi irresponsables. Tant qu'il y a union parentale ne serait-ce que des bribes, il y a espoir pour les enfants.

Un enfant ne renait jamais de la désintégration de son centre d'attraction naturel. Il est obligé de se trouver d'autres centres d'attractions qui ne lui seront pas naturels. La formation de son patrimoine moral se fera dès lors dans la douleur. Tester d'abord la famille proche. Tantes ou oncles. C'est presque les parents. C'est toujours batailler avec le doute et les angoisses. Si le jeune se trouve dans la phase la plus active de sa formation morale : l'adolescence, alors là ça explose littéralement à cause de trop fortes pressions internes !

Tant qu'il y a bribes d'union parentale l'enfant s'en contentera. C'est son centre d'attraction naturel. Il n'est pas en bon état mais il a le mérite d'exister. C'est mieux que s'il ne l'avait plus.





Plus le couple désuni affichera leur désunion, plus l'enfant souffrira le martyr moral.

Un enfant a besoin de se forger un patrimoine moral et un patrimoine physique qu'il utilisera tout au long de sa vie.

Le martyr moral pour un enfant, c'est de chercher un ou des autres centres d'attractions afin de graviter autour pour se forger son patrimoine moral. C'est une formation morale forgée dans la douleur avec son lot de dysfonctionnement issu de la douleur.

Le martyr physique pour un enfant c'est de chercher quotidiennement sa nourriture afin de grandir. Un adulte lui est grand. Son patrimoine physique est constitué. Il doit seulement l'entretenir. Un enfant doit le former. Le former et l'entretenir. Chercher sa nourriture, batailler pour manger, c'est une formation physique forgée dans la douleur avec son lot de dysfonctionnement issu de la douleur.

Un bol de soupe chaude et un crouton pain sont des bienfaits pour le patrimoine physique des enfants des rues.
Une bise entre les parents désunis et quelques mots amicaux sont des bienfaits pour le patrimoine moral des enfants de divorcés.

0 appréciations
Hors-ligne

L'état de frustration

La croyance à l'univers de métamatière, sa symbiose avec l'univers de matière et sa relation avec les humains se positionne par rapport à l'égalité homme/femme.



Si l'humain n'avait que l'instinct pour vivre, il serait un animal et vivrait "à poil" selon les lois instinctives de la nature de matière sans possibilité de dévier. Mais il est aussi intelligent. Il n'entre plus dans la logique de la nature de matière et de ses êtres vivants. L'intelligence permet aux humains de se libérer des liens de l'instinct et de vivre comme bon leur semble l'instinct. Il n'est plus guidé par la nature de matière comme les animaux et les végétaux mais doit trouver seul son chemin.

En dehors de chez elles et aux regards de tout le monde, les femmes doivent dissimuler leurs formes. C'est une marque de respect pour les hommes qui sont attirés sexuellement et naturellement par les formes des femmes. Pour leurs éviter un perpétuel état de frustration.



Hommes et femmes sont égaux au regard de la nature de matière. Ils ne doivent pas chercher à dominer l'autre. Les hommes sont naturellement attirés sexuellement par les formes des femmes. Les femmes en exposant leurs formes en dehors de chez elles et au regard de tout le monde imposent aux hommes un état de frustration permanente qui les asservit. L'égalité entre les hommes et les femmes est rompue.



Les hommes éprouvent une frustration à la vue des formes des femmes en dehors de leur couple. Elles doivent les dissimuler par respect pour les hommes afin de ne pas les dominer et rétablir l'égalité homme/femme.

Les femmes éprouvent une frustration de ne pas avoir d'enfants. Les hommes doivent donner des enfants à leur compagne par respect pour elle afin de ne pas la dominer et rétablir l'égalité femme/homme.




Hommes et femmes sont égaux aux regards de la nature de matière et de la nature de métamatière.

Je montre les comportements de chacun des sexes dans la procédure de reproduction des humains.

Aux femmes de ne pas jouer avec les comportements naturels des hommes et de les respecter.
Aux hommes de ne pas jouer avec les comportements naturels des femmes et de les respecter.

Au risque de déséquilibrer l'égalité homme/femme et d'en arriver à des extrêmes :
Les hommes, plus forts physiquement, contraignent par la force les femmes à dissimuler leurs formes.
Les femmes, plus fortes mentalement, soumettent les hommes en les frustrant en permanence par leurs tendances naturelles.



La procédure de reproduction installée chez les humains par la nature de matière commence par l'attirance sexuelle. Les hommes sont attirés sexuellement par les formes des femmes. Aux femmes de ne pas leurrer les hommes en exposant leurs formes aux regards de tout le monde. Un état de frustration permanent s'installe chez eux et les diminue face à elles.



Les hommes sont aussi libres que les femmes. Dans la rue, ils n'ont pas à se promener en aveugle un bandeau sur les yeux pour ne pas être leurrer sexuellement par les femmes montrant leurs formes. Ils n'ont pas à se diminuer à ce point. C'est aux femmes de dissimuler leurs formes sous quelconque habit. Ce n'est pas se diminuer face aux hommes. C'est comprendre le processus de reproduction chez eux. C'est comprendre leur procédure de reproduction. C'est les estimer et les respecter.





La nature de matière a dicté le processus de reproduction de l'espèce humaine et l'a figé à tout jamais par des lois immuables de l'instinct. Les hommes sont instinctivement attirés sexuellement par les formes des femmes. C'est une loi instinctive, naturelle qui entre dans le processus de reproduction de l'espèce humaine. Les femmes, en dehors de chez elles ou d'un environnement particulier, ne doivent pas étaler leurs formes aux regards de tous le monde par respect pour les hommes afin de leurs épargner un sempiternel état de frustration.





Femmes, n'exposez pas vos formes en public par respect pour les hommes. La nature de matière a imposé aux hommes, depuis toujours et pour toujours, une procédure dans le déroulement de l'accouplement. La vue des formes de la femme entre dans la procédure. C'est l'attirance sexuellement. Exposer délibérément les formes des femmes en public c'est leurrer la procédure d'accouplement chez les hommes laquelle commence par l'attirance sexuelle. Cette duperie leurs provoque un état de frustration plus ou moins intense.

Les hommes tirent leur force de leur vigueur. Les femmes tirent leur force de leurs formes. Les exposer en public, déclanche le processus naturel d'accouplement chez les hommes et leurs provoque, au final, un état de frustration. C'est vouloir les dominer. Ce n'est pas naturel. Hommes et femmes sont égaux devant la nature de matière et la nature de métamatière.




L'animal mâle a seulement l'instinct pour vivre. La nature de matière maitrise l'instinct. Elle lui a donné, depuis toujours et pour toujours, une procédure d'accouplement et l'a figé dans le marbre de l'instinct. L'animal ne peut pas s'en libérer. Il suit d'instinct la procédure sans possibilité de dévier. Lorsque la femelle n'est plus disponible, le processus s'arrête naturellement.

Il n'en va pas de même pour les humains. Ils ont l'intelligence en plus des instincts. L'intelligence leurs permet de se libérer des liens de l'instinct et de vivre comme bon leurs semble. La nature de matière leurs a donné une procédure idéale d'accouplement qui commence par l'attirance mais l'intelligence leurs permet de s'en libérer. Ils doivent donc se prendre en charge eux-même et se donner des limites. Une des limite est que les femmes doivent dissimiler leurs formes aux regards de tout le monde et surtout des hommes lorsqu'elles ne sont plus disponibles sexuellement. Les hommes sont naturellement attirés sexuellement par les formes des femmes. Une attirance sexuelle leurrée par un étalage des formes de femmes non disponibles sexuellement leurs provoque un état de frustration. Les femmes, en exposant leurs formes aux regards de tout le monde, asservissent les hommes en leurs implantant un état de frustration permanent. C'est un leurre puissant qui permet de les dominer.




L'homosexualité

La croyance à l'univers de métamatière, sa symbiose avec l'univers de matière et sa relation avec les humains se positionne par rapport à l'homosexualité.

Les accouplements homme/homme et femme/femme sont sans incidence au regard de la nature de matière. Ils ne produisent pas de métons non conformes métamatériellement. L'homosexualité est une originalité de l'intelligence humaine par rapport à l'instinct humain de reproduction.



Les hommes sont instinctivement attirés sexuellement par les formes du sexe opposé. Si le "sexe opposé" est le même que le sien, pas de réel problème au regard de la nature de matière et de la nature de métamatière.

Les considère t-on hommes ou femmes ? Ils sont à la foi hommes et femmes.

Est ce un privilège ou une anomalie de la nature de matière ? C'est une singularité dans la possession des deux énergies : l'instinct et l'intelligence.




Comment la nature de matière nous montre ce qui est contre nature ?

Par la souffrance et la mort.

La nature de matière se protège contre la non conformité de ses éléments par la souffrance et la mort. Tout être matériel ayant des comportements contre nature s'expose d'abord à la souffrance et à terme à la mort.

Pas de riposte de la nature de matière contre l'homosexualité. L'homosexualité n'est pas contre nature matérielle ni contre nature métamatérielle.





La spécificité de la nature de matière est le renouvellement. Tout meurt dans cette nature. La reproduction est donc le dynamisme de la nature de matière. Sans reproduction, pas de nature de matière. Pour encourager la reproduction, la nature de matière se donne des moyens. Elle a fixer dans le marbre de l'instinct les processus de reproduction de chaque espèce. Elle donne l'extase aux êtres vivants se reroduisant.



Chez certaines espèces animales, seulement instinctives, le processus de reproduction implique un mâle et une femelle concentants. Ils ne peuvent pas dévier en reproduction des liens instinctifs imposés par la nature de matière.

C'est différent chez les humains. Ils ont l'intelligence en plus des instincts. L'intelligence influe sur l'instinct, l'instinct influe sur l'intelligence. Le processus de reproduction peut être déréglé. Un homme peut vouloir s'accoupler avec un homme. Une femme peut vouloir s'accoupler avec une femme.



Ce n'est pas un problème pour le système de reproduction de l'espèce humaine. Sa survie n'est pas menacée. La reproduction homme/femme sera toujours prédominante.



L'accouplement homme/femme consentants est idéal. Il est inscrit dans le marbre de l'instinct.



L'accouplement homme/homme, femme/femme n'est pas contre nature matérielle. Les deux partenaires sont consentants.



L'accouplement homme/enfant et femme/enfant est contre nature matérielle. L'enfant n'est pas conscient de cet acte pour être consentant.



L'accouplement homme/animal et femme/animal est contre nature matérielle. L'animal n'est pas du tout consentant.





La nature de matière a fait le mâle et la femelle comme acteurs du processus de reproduction de certaines espèces d'êtres vivants. Ils se reproduisent d'instinct en suivant les lois établies sans possibilité de dévier.

L'espèce humaine est à part. Elle a l'intelligence en plus des instincts. La nature de matière est impuissante face à l'intelligence.

L'homosexualité dépasse les compétences de la nature de matière. Quand deux hommes ou deux femmes s'accouplent en étant consentants, la nature de matière s'en lave les mains ! Pas de riposte de sa part, la souffrance.



Les animaux ont seulement l'instinct pour vivre. La nature de matière a imposé au mâle et à la femelle des comportements idéaux lors de l'accouplement. Ces comportements sont figés dans les lois de l'instinct. Ils ne peuvent pas dévier de ces lois. Dans la nature de matière, les partenaires, mâle et femelle, de l'accouplement sont consentants.

Les humains ont l'intelligence en plus des instincts. L'intelligence leurs permet de se libérer des liens de l'instinct. Ils ne sont plus bridés par les liens de l'instinct qui règlent le processus d'accouplement des êtres vivants de la nature de matière. Ils sont néanmoins tenus de se comporter de façon responsable envers la nature de matière.

L'accouplement homme/femme consentants est idéal.

L'accouplement homme/homme consentants et femme/femme consentantes n'est pas contre nature matérielle. C'est une singularité du binôme intelligence humaine/instinct humain.

L'accouplement homme/enfant et femme/enfant est contre nature matérielle. L'enfant n'est pas conscient de cet acte pour être consentant. C'est un abus de supériorité intelligente de l'adulte sur l'enfant.

L'accouplement homme/animal et femme/animal est contre nature matérielle. L'animal n'est pas du tout consentant. C'est une déviance grave de l'intelligence humaine.





La Croyance est évolutive.

A un moment dans l'évolution de la Croyance, l'homosexualité était proscrite pour des raisons valables pour l'époque.

La Croyance vient d'évoluer avec la découverte de l'univers de métamatièe, sa symbiose avec l'univers de matière et sa relation avec les humains. De nouvelles données permettent à la Croyance de dépénaliser l'homosexualité : l'homosexualité n'est pas soumise à la riposte de la nature de matière contre toute agression : la souffrance. Elle n'est pas non plus contre nature métamatérielle. Elle ne produit pas de métons non conformes.



L'homosexualité chez les animaux, seulement instinctifs, est une anomalie de l'instinct.
L'homosexualité chez les humains, instinctifs et intelligents, est une singularité de l'intelligence.





Un père restera toujours dans son rôle de protecteur de sa famille des agressions extérieures et intérieures même s'il parait trop doux avec ses enfants. Il est intrinsèquement constituer pour ce rôle. Le rôle de mère ne convient pas à un homme unit à un autre homme voulant adopter un enfant. Il n'y a plus cette douceur naturelle indispensable à l'évolution normale de l'enfant.

Une mère restera toujours dans son rôle d'accompagner les enfants dans les premiers stades de la vie même s'il elle parait trop rude avec eux. Elle est intrinsèquement constituée pour ce rôle. Le rôle de père ne convient pas à une femme unit à une autre femme voulant adopter un enfant. Il n'y a plus cette force naturelle indispensable à l'évolution normale de l'enfant.




La monogamie

Homme et femme sont égaux au regard de la nature de matière et de la nature de métamatière. Leurs différences anatomiques et mentales sont là pour que s'accomplissent le processus de renouvellement de l'espèce humaine. La femme sensible est proche des enfants pour que ceux-ci, fragiles, s'ouvrent à la vie. L'homme robuste défend sa famille.

Deux ou plusieurs femmes pour un homme asservit le genre féminin. Ce n'est pas naturel. La nature de matière et la nature de métamatière veulent qu'hommes et femmes soient égaux. Un homme doit avoir une seule épouse par respect pour la gente féminine.



Pendant l'éducation des jeunes, les parents sont unis au regard de la nature de matière. Une désunion est contre nature et soumise à la riposte de la nature de matière : la souffrance morale lancinante. Après l'éducation des jeunes, la désunion d'un couple n'est pas contre mature matérielle.

Un homme pour une femme, une femme pour un homme. Dans un couple uni, lorsque la femme n'est plus en age de procréer, l'homme doit s'abstenir pour que son ardeur sexuelle s'afflaiblisse et s'éteigne naturellement.



Chez les humains l'instinct peut être exacerbé par l'intelligence humaine. Les animaux et les végétaux n'ont pas ce problème. Ils n'ont que l'instinct pour vivre. Ils suivent 'instinct, sans dévier, les lois naturelles établies. Il importe donc aux humains de séparer leurs instincts de leur intelligence. Lorsque l'intelligence humaine exacerbe l'instinct humain de reproduction elle provoque une addiction au sexe. Seule la Croyance est capable de maintenir séparer l'instinct humain de l'intelligence humaine.




La zoophilie

La zoophilie est contre nature matérielle et contre nature métamatérielle. C'est une déviance grâve de l'intelligence humaine par rapport aux instincts humains.

Les animaux ne demandent pas de l'amour de la part des humains. Ils leurs demandent du respect. Ils habitent le même foyer que les humains : la Terre. Mais ils ne possèdent pas l'intelligence. Ils possèdent seulement l'instinct. Ils ne peuvent donc pas se libérer des liens de l'instinct. Ils sont comme prisonniers de leurs comportements instinctifs. Les humains eux peuvent s'en libérer grâce à leur deuxième énergie : l'intelligence. Ils ont un avantage sur les animaux. Cet avantage doit se transformer en respect pas en attirance sexuelle pour les animaux. Eux ne sont pas du tout attirés sexuellement par les humains.



Les métons produit par des comportements zoophiliques sont non conformes métamatériellement.



Les animaux et les végétaux, seulement instinctifs, demandent aux humains, instinctifs et intelligents, de les respecter et de les laisser vivre leur vie dans la nature de matière. Ils n'ont que l'instinct matériel pour vivre. Ils n'ont pas l'intelligence métamatérielle. Ils n'ont pas un pied dans la nature de métamatière. Ils n'ont pas accès à cette la nature après la mort de leur corps de matière comme les humains. Pour que leur vie vaille la peine d'être vécue, la nature de matière se présente à eux comme un paradis. Si l'intelligence humaine leur enlève ce paradis, leur vie ne vaut pas la peine d'être vécue.




Le processus de reproduction

Chez les animaux le processus de reproduction a été figé dans le marbre de l'instinct par la nature de matière. Ils ne peuvent pas se libérer des liens de l'instinct. Ils suivent donc cette procédure "à la lettre" sans possibilité de dévier.

Chez les humains c'est différent. Ils ont l'intelligence en plus des instincts. La nature de matière leurs a aussi donné une procédure de reproduction instinctive mais l'intelligence leur permet de s'en libérer et de se comporter comme bon leurs semble au niveau reproduction. Afin d'éviter de funestes dérives qui peuvent être fatale à l'espèce humaine, les humains doivent se prendre en charge et se dicter une procédure "spécial humain". Dans ce processus, il est stipulé que compte tenue que les hommes sont attirés sexuellement par les formes des femmes - c'est la nature qui le veut. Ils n'y peuvent rien - celles-ci doivent les dissimuler au regards de tout le monde afin d'éviter aux hommes un état de frustration permanent qui les diminue et les asservit vis à vis des femmes.



Compte tenue que tout est mortel dans la nature de matière, les humains doivent impérativement se reproduire pour perpétuer l'espèce humaine. La nature de matière le sait. Elle a donc donné aux humains une procédure de reproduction figé dans le marbre de l'instinct. Le problème est que les humains ont aussi l'intelligence et l'intelligence leurs permet de se libérer du marbre de l'instinct. Il doivent donc se prendre en charge et se doter eu même d'une procédure de reproduction spéciale humain.





S'engager dans un processus de reproduction sous entend se comporter de façon euphorique et puérile. Lorsque le femmes non disponibles sexuellement exposent leurs formes aux regards de tout le monde, elles leurrent le processus de reproduction des hommes. A force d'être leurrer par les comportements incongrus des femmes, ils se diminuent par rapport elles. Les femmes usent de leur force morale. Ainsi s'installe un société matriarcale.

Lorsque, dans une société, les hommes usent de leur force physique pour s'imposer, les femmes sont diminuées. Ainsi s'installe une société patriarcale.



Dès quelles sortent de chez elles et quelles sont susceptibles de côtoyer d'autres personnes quelles ne connaissent pas, les femmes doivent dissimuler leurs formes sous quelconques habits par respect pour les hommes afin d'éviter de leurs déclencher une procédure de reproduction non aboutit qui les asservit.



Fais ce que tu veux dans l'intimité de ton couple au niveau sexuel du moment qu'il y a consentement mutuel.






La famille

La croyance à l'univers de métamatière, sa symbiose avec l'uniivers de matière et sa relation avec les humains se positionne par rapport à la famille.



Le noyau stable d'une société humaine est la famille. Ce noyau stable doit être protégé et privilégié.

Une famille se compose d'un homme et d'une femme unis avec enfant(s). Un homme et une femme unis sans enfant est une famille en formation ou un simple couple. Deux hommes unis ou deux femmes unies ne formeront pas une famille.

Dans une famille l'homme et la femme sont égaux en valeur. Ils n'ont pas les mêmes fonctions. Ils n'ont pas les mêmes dispositions physiques et mentales. L'homme de part son anatomie robuste et son mental rude est le défenseur de la famille des agressions extérieures. Les attaques viennent butées contre le roc paternel. La voie grave du père signale sa présence. La femme de part son anatomie constructrice et son mental puéril est la garante de la naissance et de l'éveil à la vie des enfants. Elle permet aux enfants de passer en douceur les premières étapes de leur vie ; prime enfance, enfance, adolescence. La voie douce de la mère entre en concordance avec celle des enfants. Puéril n'est pas réducteur. Puéricultrice n'est pas un sous métier.

Au regard de la nature de matière, deux hommes unis ne peuvent pas créer une famille. Les enfants qu'ils adoptent sont trop impressionnés par la rudesse masculine. Ils leurs manque le lien douceur pour accompagner leur innocence. Deux femmes ne peuvent pas non plus créer une famille. Trop de douceur fatigue le besoin en douceur des enfants. Il leurs manque la rudesse masculine.



Les hommes sont les garants de la protection de leur famille. Rien ne doit entraver leur autorité. Dans leur processus de reproduction, ils sont naturellement attirés par les formes des femmes. Afin de leurs éviter un état de frustration permanent, c'est aux femmes de dissimuler leurs formes aux regards de tout le monde. Ce n'est pas aux hommes de porter quelques artifices de chasteté.

Pour une femme, dissimiler ses formes aux regards de tout le monde est une marque de respect envers les hommes. Pour un homme porter un artifice de chasteté est une atteinte à son autorité naturelle.
Pour un homme donner une famille à une femme est une marque de respect envers elle.
Pour une femme être privée d'enfants est une atteinte à sa maternité naturelle.



L'adoption d'un enfant par un homme et une femme unis ne pose aucun prroblème pour la nature de matière ni pour la nature de métamatière.



Mieux comprendre ses différences naturelles c'est mieux se respecter.
A la femme la puéralité naturelle propice à l'éveil à vie des enfants.
A l'homme la rudesse naturelle propice à la protection de la famille.

Aucun des deux partenaires n'est dévalorisé. Femmes et hommes sont égaux en valeur. Ils ont simplement des fonctions différentes dans la famille donc des dispositions naturelles différentes.





La spécificité de l'univers de matière est le renouvellement.
Celle de l'univers de métamatière est l'éternité.

Tout se renouvelle sans cesse sans jamais se rassasier dans l'univers de matière.
Le renouvellement des humains se déroule dans le nid familial. Un homme et une femme, chacun à sa place, chacun dans son élément, égaux en puissance et en valeur, assurent le renouvellement de l'espèce humaine. Ce processus de renouvellement est inscrit dans les lois de la nature de matière pour l'éternité.

Deux femmes en couple ou deux hommes en couple ne peuvent pas assurer le renouvellement de l'espèce humaine.

Une femme seule séparée de son conjoint ou un homme seul séparé de sa conjointe ne peuvent pas garantir un bon déroulement du processus de renouvellement de l'espèce humaine.

Seuls une femme et un homme unient peuvent garantir un bon déroulement du processus de renouvellement de l'espèce humaine.



Dans une famille l'homme et la femme sont égaux en puissance et en valeur. L'homme est garant de la protection de la famille des agressions venant de l'extérieur comme de l'intérieur. La nature de matière lui a des moyens pour impressionner : une force physique, une voie tonnante et un rude mental. La femme est garante du bon déroulement des premiers stades de la vie des enfants. La nature de matière lui a donné des moyens pour ce rôle ; un mental et une douceur proches des enfants pour ne pas les apeurer et accompagner en douceur les premier pas de leur vie. Un mental et une douceur puéril. Rien de négatif ou de dégradant là dedans.




L'inceste

Les humains ne sont pas des animaux et ne le seront jamais. Ils ont une classification à part. Le monde universel des vivants se compose des végétaux, des animaux et des humains. Rien d'autre de vivant dans tout l'univers de matière.

Soyons responsables. Montrons que nous ne sommes pas des animaux. Nous avons l'intelligence en plus des instincts. Animaux et végétaux n'ont que l'instinct pour vivre.

L'inceste ne convient pas aux humains. Pas d'union conjugale, pas de procédure de reproduction entre membres proches de la famille : frère, soeur, père, mère, fils, fille, grand père, grand mère, petite fille, petit fils.




Les faibles et les fragiles en Croyance

La croyance à l'univers de métamatière, sa symbiose avec l'univers de matière et sa relation avec les humains respecte les faibles et les fragiles en Croyance. Leur place est à l'arrière bien à l'abri dans les acquis de la Croyance. Devant, c'est la place des forts et des averties en Croyance. Ils sont capables de conduire l'évolution du Terrien pour qu'il sorte de l'impasse dérèglement climatique dans laquelle la Science, ses dérivés et ses lobbies l'on mené.




Les sociétés matriarcales et patriarcales

Comment la gente féminine arrivent-elle à dominer la gente masculine pour instaurer une société matriarcale ?

En montrant leurs formes au regard de tout le monde. C'est efficace. Les femmes leurrent le processus de reproduction des hommes. Elle les enferme dans une frustration permanente qui les réduit à l'asservissement.



Les femmes mettent en place une société matriarcale en exposant leurs formes aux regards de tout le monde et notemment des hommes lesquels sont sous le joug d'une frustration permanente qui les infériorise.



Les hommes mettent en place une société patriarcale en usant de leur force physique notemment sur les femmes lesquelles sont sous le joug d'une rudesse qui les oprime .



Une société ne doit être ni patriarcale ni matriarcale. Hommes et femmes sont égaux .



Les femmes doivent dissimuler leurs formes aux regards de tout le monde et notemment des hommes.

Les hommes doivent être délicats envers les femmes.






La croyance en Dieu/Allah

La croyance en Dieu/Allah est devenue obsolète au fil du temps et plus capable de guider l'évolution humaine. Celle ci s'est servit seulement du moteur Science pour avancer et a marginalisé le guide Croyance. Le problème est que le moteur Science est myope. Il est très mécanique mais ne voit pas loin. C'est le rôle du guide Croyance de voir loin et de guider le véhicule évolution humaine dans des chemins durables et sereins. L'évolution humaine a donc avancé très vite mais au hasard et elle s'est perdu dans une impasse qui risque de lui être funeste : le dérèglement climatique.

La solution n'est pas de remanier la croyance en Dieu/Allah. Elle a fait son temps. Elle a bien travaillé. Elle a droit à un repos bien mérité au musée de la Croyance.

La solution est une nouvelle croyance. Un guide fiable et évolué en adéquation avec l'évolution de la Science et l'évolution humaine, capable de sortir le Terrien de l'impasse dérèglement climatique et lui faire retrouver un chemin durable et serein.

La croyance à l'univers de métamatière, sa symbiose avec l'univers de matière et sa relation avec les humains va remplacer l'antique croyance en Dieu/Allah dans le rôle de guide de l'évolution humaine.

Les Anciens avaient découvert que quelque chose d'extramatérielle existait. Ils l'ont appelé Dieu/Allah. Ils ne savaient pas où le situer exactement. Il pensaient qu'il se trouvait dans les cieux. Dans les cieux il n'y a pas de Dieu/Allah. La Science nous en a apporter le preuves matérielles.

Ce que je viens de découvrir est que ce "quelque chose d'extramatérielle" est un univers. Un univers fait de métamatière. Il est aussi puissant que notre univers de matière. Il a ses lois, ses êtres vivants, sa nature, son énergie intelligence. Les univers matériel et métamatériel vivent en symbiose. L'espèce humaine est située à leur interface.

La croyance à l'univers de métamatière, sa symbiose avec l'univers de matière et sa relation avec les humains se positionne par rapport à l'égalité homme/femme. Elle confirme que les femmes doivent dissimuler leurs formes aux regards de tout le monde pour ne pas leurrer la procédure de reproduction chez les hommes et les affliger d'une frustration permanente qui les asservit et les diminue.




La reproduction

Dans la nature de matière tout est mortel. Tout se renouvelle sans cesse sans jamais se rassasier. La reproduction est le nerf de la nature de matière. Sans reproduction, pas de nature de matière.

La nature de matière a mis les moyens pour garantir l'indispensable reproduction des espèces. L'extase pendant l'accouplement est un moyen efficace pour inciter à la reproduction. Il n'y a pas plus grande délectation en ce monde matériel que pendant l'accouplement. La nature de matière met le maximum du bonheur dans l'accouplement pour garantir la reproduction des espèces. La reproduction des espèces est indispensables à sa survie.

La nature de matière a fait les hommes et les femmes différents et complémentaires pour assurer le suivi de la reproduction.

La femme élève les enfants.
L'homme protège la famille.

La femme veut une famille pour élever les enfants.
L'homme veut une famille pour protéger les enfants.

Priver une femme d'enfant est une atteinte à sa dignité.
Priver un homme de besoin de protection est une atteinte à sa dignité.



L'accouplement est un grand plaisir. Il est à consommer avec modération. Sinon il devient une addiction puis une drogue puissante.



L'addiction au sexe est un comportement humain anarchique provoqué par le mélange de l'instinct de reproduction et de l'intelligence. Pas d'addiction au sexe chez le animaux. Ils ne possèdent pas l'intelligence. Ils ont seulement l'instinct. Ils ne peuvent pas se libérer des liens de l'instinct. Ils suivent sans dévier les lois naturelles établies selon les espèces. Ils sont à l'abri de cette addiction.

Les humains eux ont l'intelligence en plus de l'instinct. Ils peuvent se libérer des liens de l'instinct et vire comme bon leurs semble. C'est un avantage mais aussi un inconvénient. Il doivent se rendre en charge eux même. La nature de matière n'est plus là pour brider leurs comportements lesquels peuvent être dévoyés par l'intelligence et devenir anarchiques.




Instinct de reproduction et intelligence de reproduction

Les humains se reproduisent d'instinct, pas d'intelligence. Pas d'intelligence de reproduction chez eux. L'intelligence humaine peut seulement exacerber l'instinct de reproduction des humains.

Les esprits se reproduisent d'intelligence, pas d'instinct. Pas d'instinct de reproduction chez eux. L'instinct spirituel peut seulement exacerber l'intelligence de reproduction des esprits.



Un esprit est ainsi fait : son anatomie de base, à sa naissance dans la nature de métamatière, est constitué de particules de métamatière qui se sont assemblées pendant une gestation dans la vie quotidienne d'un humain.

Un humain est ainsi fait : son anatomie de base, à sa naissance dans la nature de matière, est constitué de particules de matière qui se sont assemblées pendant une gestation dans le corps matériel de sa mère.

Si la mère n'a pas une hygiène saine de son corps de matière, le bébé risque fort de souffrir de séquelles. Et la mère souffrira aussi de voir son bébé souffrir.

Si l'humain, gestateur d'un esprit, n'a pas une hygiène de comportements intelligents sains, l'esprit issu de cette vie humaine coure le risque de subir des séquelles. Et l'humain gestateur, après la mort de son corps de matière, souffrira aussi de la non-viabilité de son hôte esprit.


Un esprit est ainsi fait : son anatomie de base, à sa naissance dans la nature de métamatière, est constitué de particules de métamatière qui se sont assemblées pendant une gestation dans la vie quotidienne d'un humain.

Un humain est ainsi fait : son anatomie de base, à sa naissance dans la nature de matière, est constitué de particules de matière qui se sont assemblées pendant une gestation dans le corps matériel de sa mère.

Si la mère n'a pas une hygiène saine de son corps de matière, le bébé risque fort de souffrir de séquelles. Et la mère souffrira aussi de voir son bébé souffrir.

Si l'humain, gestateur d'un esprit, n'a pas une hygiène de comportements intelligents sains, l'esprit issu de cette vie humaine coure le risque de subir des séquelles. Et l'humain gestateur, après la mort de son corps de matière, souffrira aussi de la non-viabilité de son hôte esprit


L'espèce esprit et l'espèce humaine sont les seules espèces transmettrices d'énergie au sein de la super symbiose des univers matériel et métamatériel. Ils sont situés à l'interface des univers, l'espèce humaine, coté Matériel, l'espèce esprit coté Métamatériel.

Les humains et les esprits doivent avoir les moyens pour remplir ce rôle extraordinaire. Les univers les ont doté des énergies des deux mondes :

L'espèce humaine est naturellement dotée d'instinct parce quelle vit dans la nature matérielle dominée par l'instinct. La nature métamatérielle lui donne son intelligence pour quelle fasse la liaison avec le Métamatériel. L'intelligence humaine fait la liaison Matériel- Métamatériel

L'espèce esprit est naturellement dotée d'intelligence parce quelle vit dans la nature métamatérielle dominée par l'intelligence. La nature matérielle lui donne son instinct pour quelle fasse la liaison avec le Matériel. L'instinct des esprits fait la liaison Métamatériel-Matériel

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :


Cochez la case ci-contre :



Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 652 autres membres