Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Bienheureux Peter To Rot

Le Bienheureux Peter To Rot

Martyrisé en 1945

Fête le 7 juillet

 


Peter To Rot est né en 1912 à Rakunai, village situé sur l'île mélanésienne de la Nouvelle-Bretagne, aujourd'hui une province orientale de la nation indépendante de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. En raison du manque de documentation, détruit par les Japonais pendant la guerre, il est impossible de déterminer sa date de naissance. C'est également le cas pour son martyre et pour presque tous les événements de sa vie. Par ailleurs, dans la culture de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, il n'est pas en usage de garder les documents publics.


Ses parents, Angelo To Rot Puia et Maria la Tumul, reçurent le Baptême étant adultes, la région appartenait à la première génération de catholiques. Il ne faut pas oublier que l'évangélisation de la Papouasie-Nouvelle-Guinée doit beaucoup à la Foi extraordinaire, à la formation et ) l'engagement des missionnaires Méthodistes anglais.


Le 29 septembre 1882 le premier groupe de Missionnaires du Sacré-Cœur arrive en Matupit, Nouvelle-Bretagne, 10 ans après que les Méthodistes ont commencé à prêcher et ils a créèrent la Mission de Malaguna. Ce qui s'est passé en 1898 est surprenant: Angelo To Puia, le grand chef du village de Rakunai, sur les collines près de Rabaul, a déclaré aux Missionnaires du Sacré-Coeur que la majorité de son peuple souhaitait devenir Catholique et non Méthodiste. C'est précisément dans ces circonstances que le père de Peter To Rot, de concert avec d'autres puissants chefs tribaux, a été solennellement baptisé, formant le noyau de la première génération de catholiques de la région. C'est Angelo Angelo To Puia lui-même qui a ouvert le village de Rakunai à la Foi Catholique Romaine et qui a ouvert la collaboration avec les missionnaires. Il a profondément encouragé la vie chrétienne dans son village, où il fut chef pendant 40 ans.


Quand Peter To Rot entra dans l'adolescence, il eût une très forte inclination à la piété et à l'obéissance, le curé de sa paroisse, le Père Emilio Jakobi, était convaincu qu'il était fait pour devenir Prêtre. Mais le père de Peter a examiné ce choix prématuré. Il a estimé qu'aucun des gens du village et de la région n'étaient prêts pour embrasser le sacerdoce. Il a néanmoins convenu que Peter devraient recevoir une formation de catéchiste.


Une catéchiste modeste mais capable


En 1930, à l'âge de 18 ans, le serviteur de Dieu a été inscrit à l'école de la mission de St Paul, ou il fit la formation de catéchiste, et travaillerait en étroite collaboration avec les missionnaires pour l'évangélisation. Il a brillamment réussi ses études et a obtenu en 1933 le diplôme de catéchiste. Un compte rendu témoigne du caractère de ce jeune étudiant: "... il était modeste et il n'y avait pas la moindre vanité en lui, ni en ce qui concerne ses antécédents. Il se laissait guider par les anciens vieux catéchistes dans son travail et acceptait volontiers leur Conseils, mais finalement il dépassa tous les autres élèves, et devint bientôt leur leader reconnu, mais il était plus jeune ".


Quand il eut terminé ses études, Peter a fut affecté à la mission de son propre village, et il a ainsi commencé son travail en tant que catéchiste dans Rakunai. Ces années là furent une période de travail intense pour organiser la catéchèse dans le village, afin de recueillir petits et les grands groupes de prière, de l'instruction et de se familiariser avec les gens de situations de la vie réelle. Tous ceux qui nl'eurent pour catéchiste se rappelèrent bien longtemps après de enseignement simple, immédiat et efficace. Il faisait référence à la Bible et il la portait toujours avec lui ( ce qui était rare pour les catholiques de l'époque!), en citant directement des passages des Ecriteurs dès qu'il en avait l'occasion et que c'était nécessaire. Il a été particulièrement sensible à la découverte des problèmes vie des autres et se faisait une joie de les partager intimement.


Le 11 novembre 1936, la seule date certaine de sa vie, Peter To Rot épouse la jeune Paula, catholique venant de la Varpit, un village voisin. Leur mariage a été célébré à l'église, mais beaucoup de traditions locales, comme le port de 50 colliers pour le mariage ont été incluess. Trois enfants sont nés de son mariage avec Paula: Andrea, qui est décédé après la guerre, une petite fille, Rufina La Mama, qui est encore en vie, et le troisième enfant (nom inconnu), qui est né peu après la mort du Serviteur de Dieu, en 1945 et qui est décédé peu de temps après.


Le tournant décisif de la vie de Peter To Rot et la mission se sont produits en 1942. Après l'occupation japonaise, tous les missionnaires et le personnel de la Mission ont été emprisonnés dans un camp de concentration. Le serviteur de Dieu est resté seul. Pendant la guerre, il était le seul guide spirituel pour les catholiques du district Rakunai. Grâce à sa présence constante, il a assuré des offices de prière, la catéchèse, l'administration du baptême, la préservation et la distribution de l'Eucharistie aux malades et aux mourants, ainsi que l'assistance aux pauvres. À la périphérie de Rakunai, avec des branchages, seul matériel disponible, il a construit une église pour la communauté catholique, la principale église ayant été détruite par les Japonais.


Au début de l'occupation japonaise, il fut en bons termes avec les autorités militaires. Ce type de relations amicales avec les habitants cessa en 1942 après les militaires japonais subi quelques revers. A partir de ce moment, la police militaire remplaça les collectivités locales, créant un climat de répression.


Par conséquent, ila police militaire décida d'interdire le culte chrétien, et toutes sortes de rassemblements religieux, publics et privés. Ultérieurement, la répression est devenue plus violente. Les Japonais, cherchant à forcer les chefs locaux à collaborer avec eux, décidèrent que les Tolais devraient retrouver leur pratique de la polygamie. Ce fut un coup sévère après presque un demi-siècle de travail missionnaire. Peter To Rot s'opposa fermement à cela et n'eût pas peur de se mettre en désaccord publiquement avec son frère Joseph.


Le Serviteur de Dieu, fut arrêté en avril ou en mai 1945. Selon les rapports de son interrogatoire établi par le fonctionnaire Meshida considérant que c'était une farce et peter subit l'expression de la violence crue. Il fut condamné à deux mois d'emprisonnement. Plus tard, se référant à son emprisonnement, Peter a dit: "Je suis ici à cause de ceux qui ont rompu leurs vœux de mariage et en raison de ceux qui ne veulent pas de la croissance du Royaume de Dieu».


«Un martyr de la foi"


Le Serviteur de Dieu fut conduit dans un camp de concentration qui avait été mis en place dans une grotte. Diverses accusations ont été énumérée contre lui: des rassemblements religieux, ingérence injustifiée dans le plan japonais de la polygamie et la persévérance dans ses activités de catéchèse.


Les efforts déployés par le chef Méthodiste Navunaram et le chef de Rakunai, Anton Tata, de faire libéré Peter échouèrent. Le maton de la prison a dit: «Il était souvent visité en prison par sa vieille mère et sa femme, qui lui apportaient de la nourriture tous les jours. Au cours d'une de leurs dernières visites, To Rot dit à sa mère: la police ma dit que le médecin japonais viendra me donner des médicaments. J'imagine que c'est une astuce. Je suis vraiment pas mal du tout et je ne vois pas ce que tout cela signifie. "


Malgré les précautions du Japonais, Arap To Binabak, un prisonnier, put voir la lumineuse salle où Pierre avait été convoqué après le médecin soit arrivé. Le médecin a fait une injection à Peter, puis lui donne quelque chose à boire et finalement remplis ses oreilles et le nez avec du coton.


Ensuite, le médecin et deux officiers de police lui ont dit de se coucher. Peter a été frappé de convulsions et eût envie comme de vomir. Le "docteur" lui ferma la bouche. Les convulsions continuèrent pendant un certain temps, tandis que le médecin était encore présent. Peter To Rot tomba dans l'inconscience, et après un long moment, il rendit son dernier souffle. Les témoins qui avaient entendus, répandirent la terrible nouvelle du décès de Peter To Rot et de ses compagnons. Plusieurs prisonniers, en profitant de la nuit des temps absence du japonais, voulurent voir son corps. Ainsi, ils constatèrent sa mort horrible.


Dans la matinée, les Japonais furent témoins d'une tout autre scène: la dépouille mortelle de Peter To Rot était disposés à l'étage de dortoir. Ils eurent une grande surprise quand ils ont virent le corps de Peter. Plus tard, à Anton Tata, à un vieil ami de la famille, les Japonais répondirent cyniquement que le prisonnier était mort des suites d'une infection secondaire. Dans l'intervalle, ils ont informé la famille qui a récupréré sa dépouille pour la descendre en terre. Ses obsèques se déroulèrent le silence, sans rite religieux.


Pour l'immense foule qui assista à l'enterrement du Serviteur de Dieu, malgré la présence de la police japonaise, Peter fut immédiatement regardé comme un martyr. Ce ne fut pas une réaction sur lemoment, mais ce fut une certitude toujours plus croissante. En fait, dans la langue Tolais, l'on appelle Peter To Rot "A Martin heures Lotu ra": "Un martyr de la foi".

Peter To Rot à été béatifié le 17 janvier 1995 à Port Moresby, Capitale de la Papouasie-Nouvelle Guinée, par le Seviteur de Dieu Jean Paul II. Ilest le premier Bienheureux de ce pays.

 

D'après un texte traduit de l'anglais, extrait du Blog //blog.siena.org

 



09/02/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 681 autres membres