Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Bienheureux Jean XXIII

Bienheureux Jean XXIII

Le Pape du Concile

1881-1963

Fête le 3 juin


« Le secret de mon ministère , confiait Jean XXIII quelques jours avant sa mort, est dans le Crucifix que j'ai toujours voulu avoir devant mon lit… Ces bras ouverts ont été le programme de mon pontificat… Jean Paul II a retenu deux images de Jean XXIII : « le visage souriant et les bras grands ouverts pour embrasser le monde. » Dans l'humilité et la simplicité, le serviteur s'est laissé habiter par le Maître.


Le mardi 28 octobre 1958, le cri de la foule rassemblée sur la Place Saint Pierre traverse Rome et parcourt le monde : « Nous avons un Pape ! » C'est le Cardinal Angelo Roncalli.

Jeunesse d'un Prêtre


Le 25 novembre 1881, Angelo - Guiseppe, le quatrième des quatorze enfants de Giovanni Battista et de son épouse Maria Anna, est baptisé à Sotto Il Monte, dans la Province de Bergame, le jour de sa naissance.


Son grand oncle et parrain, Zaviero Roncalli, homme d'une grande piété, prend en charge son éducation religieuse. Plus tard, il dira à des amis : « Je ne me sopuviens pas d'un temps où je n'ai pas voulu être Prêtre. A 11 ans, il est accepté au Petit Séminaire de Bergame. A 19 ans, il va étudier au Séminaire Pontifical Romain, grâce à une bourse d'études allouée par le Séminaire de Bergame à ses meilleurs élèves.


Le 10 août 1904, ordonné Prêtre, il célèbre sa première Messe dans la Basilique Saint Pierre. Après un temps chez les siens, il rentre à Rome pour travailler sur son Doctorat en Droit Canon.


Peu après, il interrompt ses études pour devenir secrétaire du nouvel Evêque de Bergame, Mgr Giacomo Radini Tedeschi, très engagé dans l'action sociale Catholique. Il apprend beaucoup de lui et le reconnaît comme son « père spirituel » et « l'étoile de son sacerdoce ».


En mai 1915, mobilisé comme infirmier, il se retrouve au Séminaire de Bergame, devenu hôpital militaire : une expérience qui le toucha profondément : « Combien j'ai appris sur le cœur de l'homme ! Combien d'expérience j'ai acquise ! Combien de grâces j'ai reçues. »


En novembre 1921, à 40 ans, il est nommé à Rome, à la tête de l'œuvre de la Propagation de la Foi. Et en 1925, il reçoit la chaire de Patrologie au Séminaire Romain. Au milieu de toutes ces activités, Angelo Roncalli n'a jamais cessé ses études historiques, notemment concernant Saint Charles Borromée. Sa profonde sagesse doit beaucoup aux leçons de l'histoire.


Remarqué par ses qualités : équilibre, prudence, tact et diplomatie, il est nommé Visiteur Apostolique en Bulgarie. Le 19 mars 1925, fête de Saint Joseph, il est ordonné Archevêque à 47 ans . Sa devise épiscopale, Obéissance et Paix résume son histoire et sa vie.


1- Le diplomate


1925 à 1934 en Bulgarie « Je devenais leur voisin »


Dix ans en Bulgarie, au cours desquels il a rencontré aussi bien le roi que le peuple. Il a parcouru tout le pays à dos de mulet, à cheval ou dans des charettes bringebalantes. J'allais les voir dans leur modestes demeures et je devenais leur voisin. On connaît là la diplomatie propre au Bon Pape Jean . Lors du tremblement de terre en 1928, il a visité toutes les familels sinistrées par le séisme.


Mgr Roncalli sut établir avec les Orthodoxes un contact simple, extrêmement délicat et respectueux. « Quand à savoir comment aborder les Orthodoxes nous les Catholiques, nous avons beaucoup à apprendre… La charité plutôt que les discussions Théologiques… (Lettre à la Signorina Coari). Quand il quitte Sofia pour prendre le poste de Délégué Apostolique en Turquie et en Grèce, la place en face de la gare est remplie d'une foule venue pour l'acclamer : l'Archimandrite Orthodoxe est là lui aussi.


1934-1944 Délégué Apostolique en Turquie et en Grèce

 

En janvier 1935, notre diplomate arrive dans la jeune République Turque accueilli par un discret comité de réception. Le gouvernement était non seulement anti-Catholique, mais opposé à toutes les religions. En Grèce, il se heurte à l'hostilité de Damaskinos, Métropoloite d'Athènes et chef de l'Eglise Orthodoxe Grecque, extrêmement anti-papal.


Il s'éfforce d'améliorer les relations entre l'Eglise Orthodoxe et l'Eglise Catholique, ne manquant jamais l'occasion d'aller visiter les Monastères, demanadant à voir les icônes et els anciens manuscrits. Il se lia d'amitié avec le Métropolitain Damaskinos.


1944-1953 Paris, Venise et… Rome


« C'est moi seul qui ai agi dans cette nomination… Aussi pouvez-vous être sûr que la Volonté de Dieu ne saurait être plus manifeste. » Devant ces paroles de Pie XII, Roncalli n'a pas le choix, il sera Nonce Apostolique en France, un des plus hauts postes diplomatiques du Saint-Siège.


Nonce apostolique à Pariq dans une situation difficile, il se montre habile diplomate, à l'écoute des questions pastorales, notemment celle des Prêtre-Ouvriers. Comment l'Eglise peut-elle rejoindre les hommes de temps nouveaux en restant fidèles à son message évangélique, voilà la question qui prend de plus en plus d'importance dans ses préoccupations. Il se fait remarquer par sa recherche de la simplicité évangélique. Il agit de façon constructive, en cherchant la vérité par la charité. En novembre de la même année, le Pape l'élève à la dignité de Cardinal. Maintenant probablement j'irai à la Curie, dit-il à son secrétaire, j'étoufferai parmi des documents poussiéreux et je me noierai dans la boue bureaucratique.

 

1953-1958 Pasteurs d'âmes


Mais en janvier 1953, Pie XII le nomme Patriarche de Venise, il a alors 71 ans. Son rêve d'être simplement Patseur peut enfin se réaliser . Il acquiert la considération de tous qui reconnaissent en lui un père.


Le 9 octobre 1958, Pie XII meurt, le Cardinal Roncalli se rend à Rome pour participer au Conclave qui élira le nouveau Pape. A la foule nombreuse qui l'accompagne à la gare, il déclare : « J'éspère être de retour à Venise dans une cinquantaine de jours. » Et le train parti, conduisant vers un nouveau destin le Patseur aimé, souriant et bon.


2- le Bon Pape Jean


Jean XXIII changea en profondeur l'exercice de la Papauté, non dans par des réformes spectaculaires, mais par un style nouveau, fait de simplicité et d'humilité profonde qui fait de lui le Bon Pasteur comme il se présentera lui-même lors de son couronnement. Il aime les contacts directs, rend visite aux séminaristes, aux malades, aux prisonniers, faisant bien souvent verser des larmes d'émotion : devant lui chacun se sent aimé pour ce qu'il est comme par Jésus Lui-Même. Seul critère pour ce Pape : la conformité à l'Evangile. Il ne manque pas une occasion d'aller accomplir les œuvres de miséricorde, ce qui est pour lui « simple et naturel », mais suscite l'admiration et la sympathie et le rend très populaire.


Une bonté qui n'est pas naïveté


A la fin de son premier mois de Pontificat il confie à son secrétaire : « Un mois s'est écoulé et tout s'est fait avec grand naturel, j'ai annoncé un consistoire pour la création de 23 Cardinaux… J'ai pourvu Venise, fait d'autres nominations et j'ai rencontré toutes sortes de gens, j'ai pris possession du Latran et le même jour je suis allé à San Clemente (la tombe de Saint Cyrille) afin que chacun connaisse mon amour et mon respecr pour l'Orient Chrétien… Je sens en mon cœur les problèmes du monde entier. Mais mon âme est en paix… L'opposition ne m'effraie pas et je ne refuse pas de souffrir. Je m'estime le dernier de tous, mais j'ai dans la tête un programme de travail et je ne ferai plus d'histoires à ce sujet. En fait, je suis assez dterminé.


Un Concile pas comme les autres


Quelle tranquille assurance et ferme détermination pour un Pape qu'on croyait de transition ! On s'est plu à mettre en avant que la décision de convoquer un Concile avait été une inspiration soudaine.


En fait l'idée lui en était venue avant même son Pontificat, sans doute mûrie par l'expérience très riche qui, à Bergame, l'avait ouvert aux problèmes sociaux et à la formation des jeunes. Son expérience de diplomate lui avait permis de constater combien les Eglises éloignées de Rome avaient besoin d'être écoutées si on voulait porter au monde moderne le Message de l'Evangile. Son expérience française avec les Prêtres-Ouvriers lui avaient ouvert les yeux sur les attentes des plus pauvres. Tout s'est fait avec un grand naturel , parce que notre Pape, s'il n'a plus personne à qui obéir, reste fidèle à sa devise : Obéissance et Paix.


A l'écoute de l'Esprit Saint, il veut se soumettre en tout au Christ. Ce n'est pas si vrai que ça que c'est l'Esprit Sint qui assiste le Pape – dit-il avec son humour coutumier à Don Rossi qui sera le premier averti du Concile – C'est moi qui suis simplement son assistant. Parce que le C'est Lui qui fait tout. Le Concile c'est son idée.


Le 25 janvier 1959, Jean XXIII annonce en même temps : un Synode pour le Diocèse de Rome ; la réunion du Concile œucuménique pour l'Eglise Universelle et la révision du Droit Canopn, c'est un tout indissociable dans l'Esprit du Pape. Un immense espoir se fait jour, Mgr Montini, futur Paul VI a bien compris la vérité profonde de l'initiative du Pape : « Il semble avoir deviné une attente achée non seulement du Collège Episcopal, mais aussi bien de tout le monde Catholique. Une flamme d'enthousiasme embrase toute l'Eglise. Il a compris immédiatement, peut-être par inspiration, qu'en convoquant un Concile il allait libérer des forces vives sans égal dans l'Eglise. »


« Impossible d'ouvrir le Concile en 63 ! Eh bien nous l'ouvrirons en 62 ! »


La préparation sera menée rondement et avec beaucoup d'adresse. Le Pape saura à la fois ménager la Curie et susciter des initiatives hardies, notamment par la création au Printemps 1960, d'une commission s'occupant exclusivement des questions œucuméniques qu'il confie au Cardinal Bea. En décembre 1960, il reçoit l'Archevêque de Cantorbery , le Dr Fischer, une grande première depuis la Réforme. Mais l'Observatore Romano ne rendra compte du fait qu'en tout petits caractères !!!


Le Concile, cependant, prendra le tour voulu par le Pape et non celui qu'attendaient les Prélats de la Curie. Le Concile ne condamnera pas, il sera pastoral, attentif à que que « l'Esprit dit aux Eglises », il n'aura pas pour but de définir des dogmes, mais de mettre en lumière un langage nouveau pour faire vivre les vérités de toujours. Il ne sera pas un Concile de « réunion » mais il préparera les voies. Les frères séparés sont invités à y participer : Qu'ils le veuillent ou non, ils sont nos frères. Ils ne cesseront d'êtres nos frères que quand il cesseront de dire le Notre Père, contate avec bon sens le Pape.


Personne ne peut dire ce qui sortira du Concile, pas même son instigateur qui s'attend à une Nouvelle Pentecôte dont les fruits sont imprévisibles.


D'autres parts, il n'échappe pas au Pape que ses jours sont comptés et qu'il ne mènera pas à son terme l'œuvre de son Pontificat.


Une Eglise ouverte au monde


Le 15 mai 1961, Jean XXIII publie l'Encyclique Mater et Magistra. Il y rappelle l'enseignement de ses prédécesseurs. Puis il aborde les situations d'injustice et els déséquilibres crées par le développement de l'industrie en plein essor durant les « trente glorieuses » et avant les crises de 1970. Il manifeste ainsi ce qui est sa conviction profonde que l'Eglise est concernée par tout ce qui se passe dans le monde et non seulement par la Catholicité.


Le 25 décembre 1961,c'est la lettre apostolique Humanae Salutis convoquant pour 1962 le Concile Œucuménique Vatican II.


Le 11 octobre 1962, a lieu l'ouverture inaugurale du Concile Vatican II . « Le discours d'ouverture fut, nous dit Mgr Montini, futur Paul VI, la voix d'un père et d'un prophète, la voix d'un maître aimant le monde. Il faut sans cesse y revenir. Car ce discours est la charte du Concile. »


Artisan de Paix


Octobre 1962 : on fait savoir au Pape que son intervention est souhaitée dans l'affaire de Cuba qui oppose les Etats Unis et les Soviétiques, la crise peut fort bien déraper en guerre mondiale. Le 24 octobre, un message est remis aux ambassades américaines et soviétiques à Rome, avant sa divulgation officielle sur les ondes de Radio Vatican. Le 25, le Pape supplie : Qu'ils écoutent le cri d'angoisse qui, en tous points de la terre, des enfants innocents aux vieillard, des individus aux communautés, monte vers le Ciel : Paix ! Organiser, favoriser, accepter des rencontres, à tous les niveaux et à tous moment, est une règle de sagesse et de prudence qui attire la bénédiction du Ciel et de la terre. Le 26, la Pravda consacre un article au geste du Pape. Après un mois de novembre très tendu, la crise se résout par un compromis.


Le 7 mars 1963, il rencontre le gendre de Kroutchev, renforçant les relations qui commencent à s'établir avec le Président Soviétique.


Le 9-10 avril 1963, le Pape rédige l'encyclique Pacem in Terris. Face aux conflits qui ont suivi la Deuxième Guerre Mondiale, et aux risques que représenterait l'utilisation d'armes atomiques, il a rappelé le respect des droits et des devoirs de tout homme, le rôle des institutions internationales, en particulier de l'O.N.U., et la nécessité du désarmement. Ces appels partiellement entendus, ont sucité dans le monde entier un intérêt nouveau pour l'Eglise qui osait s'attaquer ainsi aux problèmes de survie de l'humanité en mobilisant au service de la Paix toutes les bonnes volontés quelles que soit leur appartenance religieuse.


Le 3 juin 1963, achève son pèlerinage terrestre celui qu'on appelait le Pasteur bon, le constructeur de ponts, l'Homme de paix, Image authentique du Bon Pasteur. Doux et affable, intrépide et courageux, simple et énergique, il se montra pour tous un « père » plein de tendresse.


Jean XXIII à été béatifié aux côtés de Pie IX et de Guillaume Joseph Chaminade, lau cours du Grand Jubilé de l'An 2000 , le 9 septembre 2000.


Texte extrait du journal Feu et Lumière N° 195 de mai 2001


Bibliographie :


« Jean XXIII, le Pape du Concile », de P. Hebblethwaite, aux Ed Bayard.

« Journal de l'Ame », de Jean XXIII, aux Ed du Cerf

« Les Saisons de l'âme », de Jean XXIII, aux Editions Médisaspaul

« Jean XXIII : une pensée par jour », aux Ed. Médiaspaul

 

Gallerie de photos du Bienheureux Jean XXIII,

cliquer sur le lien suivant:

http://imagessaintes.canalblog.com/archives/2007/11/10/6834783.html

 



09/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 683 autres membres