Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Bienheureux Frédéric Jansoone

Bienheureux Frédéric Jansoone

L'Apôtre de Notre Dame du Cap

1838-1916

Fête le 5 août

 

Frédéric Jansoone est né dans le nord de la France, au lieu-dit Meul-Houc, sur la commune de Ghyvelde, dans les Flandres Françaises, près de Dunkerque. Par ses origines, il est des Flandres Belges et sa langue maternelle est le Flamand. Dernier de 8 enfants, il est baptisé sous le nom de Frédéric Cornil (Corneille). Son père, Pierre Antoine Jansoone, est un petit fermier qui travaille durement et qui finit par parvenir à une certaine aisance. Sa mère, Marie-Isabelle Bollengier, est cultivée et raffinée. L'éducation des enfants est stricte, et aussi très chrétienne, plus spécialement dans le domaine de la Charité et de la Foi. L'enfant connaîtra très tôt la souffrance, car son père meurt en 1848, alors qu'il n'a que 9 ans.

 

Il est doué pour les études, mais il doit les arrêter en 1855 pour aider sa mère qui a fait de mauvais placements. Il s'engage alors dans une entreprise en textile, où il est représentant de commerce, domaine où il se révèle génial. Plus tard aussi, il gardera le don de bien présenter ses affaires! A la mort de sa mère, en 1861, il peut reprendre ses études. Un jour, grâce à une dame chez qui il prend pension, il découvre Saint François d'Assise et il est conquis.

 

Deux ans après, il entre au couvent des Frères Mineurs d'Amiens, devenu Frère Frédéric de Saint Yves, ou plus tard, Frère Frédéric de Ghyvelde, il est ordonné Prêtre à Bourges le 17 août 1870, juste avant la guerre franco-allemande; sa date d'ordination a été exprès avancée, ce qui lui permets d'exercer ses fonctions Sacerdotales comme aumônier dans un hôpital militaire. Rude expérience. Après quoi, il est Supérieur du Couvent de Bordeaux, puis il est autorisé à aller en Palestine où de nombreux Franciscains tiennent ce que l'on appelle "la Custodie de Terre Sainte".  

 

Nommé assistant du Supérieur ou "gardien", il a de lourdes responsabilités matérielles. C'est à lui, par exemple, à qui l'on doit la construction de l'église Sainte Catherine de Bethléem, où se célèbre chaque année, en mondovision, le 24 décembre, la Messe de Minuit. Avec un sens diplomatique et un esprit de paix, à la suite de Saint François, dans ce pays sous domination Ottomane, il s'ingénie aussi à établir des accords entre les différentes Confessions Chrétiennes, notamment pour leur présence rétrospectives dans la Basilique du Saint Sépulcre  à Jérusalem, et dans la Basilique de la Nativité de Bethléem. Il fait de grandes recherches d'archives et publie une synthèse qui est, encore maintenant, la "magna carta", pour la gestion des Sanctuaires de Palestine. Il anime de nombreux pèlerinages; ce qui lui donne l'occasion de rencontrer un Prêtre Canadien qui l'invite dans son pays.

 

Ses Supérieurs l'envoient au Québec, en 1881, en lui confiant deux mandats: instaurer la-bas la quête du Vendredi-Saint en faveurs des Lieux-Saints et visiter les Fraternités du Tiers-Ordre Franciscain afin d'évoluer les possibilités d'une restauration de l'Ordre des Frères Mineurs au Canada, le dernier Frère Franciscain Récollet étant mort en 1849. Ses prédications à Québec et à Trois-Rivières connaissent un succès remarquable, même si sa méconnaissance du climat politique, alors tendu, suscite un incident.; et il quête pour les Lieux-Saints. Dès l'année suivante, cette quête annuelle sera établie dans le Diocèse de Québec.

 

Quant à lui, entre temps, il est retourné en Terre Sainte. Mais, 6 ans après, les Canadiens rappellent le "Bon Père Frédéric". Ses Supérieurs le laissent repartir avec la mission d'établir un "Commissariat de Terre Sainte" à Trois-Rivières (Québec), en attendant qu'il soit possible d'établir une communauté Régulière. Ce sera la première maison Franciscaine. De ce modeste pied à terre et du Couvent qui le remplacera en 1903, le Bon Père rayonnera pendant 28 ans, dans tous les Diocèses du Québec et jusqu'en Nouvelle Angleterre.

 

Il prêche avec zèle. Prédication Franciscaine, basée sur la Passion et la Résurrection du Seigneur, simple, mais non dépourvue de sentiments, et qui provoque souvent les larmes des auditeurs. Il est capable deprêcher des heures entières, par exemple sur la Passion, sans que les gens ne voient le temps passer. "Il ne cesse  d'entraîner ceux qui l'écoutent à s'engager sur les voies tracées par le Tiers Ordre Franciscain et tout autant dans l'apostolat très concret de la vie familiale et professionnelle", a dit à son sujet le Serviteur de Dieu Jean Paul II.

 

On lui confie le pèlerinage de Notre Dame du Cap-de-la-Madeleine, fondé par l'Abbé Désilets. De ce sanctuaire, encore peu connu, il fait un pèlerinage national, où les oblats de Marie Immaculée le relayeront en 1902. C'est grâce à lui, si de nos jours, le rayonnement du Sanctuaire Notre Dame du Cap est à l'échellon mondial. Cela montre que la dévotion mariale est vraiment "l'âme de son apostolat" (Jean paul II). De plus, il a une impressionnante activité littéraire, fondant des revues, notamment pour aider la Terre Sainte.

 

Il célèbre l'Eucharistie avec une ferveur émouvante. Sa vie montre bien que "l'esprit de contemplation, loin de freiner le zèle apostolique , le fortifie. Proche de Dieu, il est aussi proche des gens" (J.P. II). Il est joyeux et, dant tout homme, il voit le Christ, spécialement dans les petits.

 

Marcheur infatigable, bourreau de travail, il prend sur ses nuits et mène une vie très mortifiée; et pourtant, c'est un petit homme, chétif, qui souffre de l'estomac.Epuisé par les austérités et le labeur, atteint d'un cancer à l'estomac, il meurt à Montréal le 4 août 1916. Son corps, transféré au Couvent des Trois -Rivières, repose actuellement au pied de la statue miraculeuse de Notre Dame du Cap en la Chapelle du pèlerinage. Il a été béatifié à Rome, par le Pape Jean Paul II le 25 septembre 1988.

 

Prière

 

Seigneur, Toi qui as appelé le Bienheureux Père Frédéric Jansoone à nous conduire par Marie, sur les pas de ton Fils; fais qu'à son exemple et par son intercession nous devenions de fidèles pèlerins dans la Foi, en marche vers la Demeure que Tu nous as préparée. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

 

Avec la permission de l'Ordinaire:

Trois Rivières, le 5 mai 1988

 

Pour approfondir

 

Site du Sanctuaire Notre Dame du Cap de la Madeleine

www.sanctuaire-ndc.ca

 

Ainsi une page très complète sur la vie du Père Frédéric Jansoone

www.geocities.com/hgig.geo/csp/bonperefrederic.htm

 



15/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 681 autres membres