Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Bienheureux Franz Jagerstätter

Le Bienheureux Franz Jagerstätter

Intrépide Tertiaire Franciscain

1907-1943

Fête le 9 août

 

Franz Jägerstätter (parfois orthographié Jaegerstaetter), né le 20 mai 1907 à Sankt Radegund, près de Salzbourg, et mort le 9 août 1943 à Berlin, était un objecteur de conscience autrichien.

En 1938, après que les troupes d'Hitler ont pénétré en Autriche, il est le seul de son village à voter contre l'Anschluss. Il se rend à une brève période de formation militaire, mais n'adhère à aucune organisation politique et manifeste ouvertement son opposition au nazisme.

Jägerstätter, alors père de trois filles dont la plus âgée a six ans, est appelé au service actif en février 1943 ; il refuse de combattre pour le Troisième Reich, et en conséquence est emprisonné à Linz, puis à Berlin ; condamné à mort par un tribunal militaire, il est décapité le 9 août 1943.

En juin 2007, le pape Benoît XVI a autorisé la Congrégation pour la Cause des Saints à publier un décret reconnaissant Jägerstätter comme martyr. Une fois ce décret publié, il pourra être déclaré bienheureux ; la cérémonie de béatification devrait avoir lieu à Linz le 26 octobre 2007.

 

Texte extrait du site http://wikipedia.org

 

Béatification de Franz Jagerstatter

 

Le résistant autrichien Franz Jägerstätter béatifié

 

VIENNE - Le plus célèbre résistant autrichien, Franz Jägerstätter, exécuté en 1943 pour avoir refusé de servir sous les drapeaux hitlériens, a été béatifié vendredi, jour de la fête nationale, à la cathédrale de Linz (centre) en présence de 5.000 fidèles dont 27 évêques.

Le représentant du pape Benoît XVI, le cardinal Jose Saraiva Martins, préfet de la Congrégation vaticane pour les sanctifications, a célébré une messe en la cathédrale de Linz en présence de la veuve de Franz Jägerstätter, Franziska, âgée de 94 ans.

"Je me réjouis de pouvoir inscrire un laïc marié et père de famille dans le registre des béatifiés", a souligné le cardinal. Il a ensuite lu le message papal qui sera inscrit dans le livre des béatifiés : "il a donné sa vie, la conscience honnête, en fidélité à l'Evangile et pour le respect de la personne humaine", a déclaré Mgr Saraiva Martins.

Franz Jägerstätter, seul membre de renom d'une résistance autrichienne longtemps occultée, avait refusé, même sous la torture, d'être enrôlé en 1942 dans l'armée hitlérienne car sa foi catholique lui interdisait de porter une arme de guerre et de servir le régime nazi.

Déféré à la prison de Berlin-Plötzensee, cet objecteur de conscience catholique refusa, pendant un an, d'obtempérer, soutenu par son épouse Franziska qui consentit à élever seule leurs enfants.

Le 16 juillet 1943, Jägerstätter, simple fils de paysans, fut condamné à mort par un tribunal militaire à Berlin pour "obstruction aux principes de la Wehrmacht" et pour avoir "délibérément refusé, pour des raisons personnelles, de remplir son devoir patriotique dans la difficile lutte engagée par l'Allemagne pour sa survie".

Il fut décapité dans une prison à Berlin le 9 août 1943, à l'âge de 36 ans.

La veuve de Franz Jägerstätter, qui était vendredi habillée de rouge, la couleur du martyre, pour la cérémonie de béatification a pleinement conservé vivant le souvenir de son mari et père de leurs trois enfants. Elle s'est vu décerner pour ce travail de mémoire, en mai dernier, la Médaille d'or du Mérite de la République d'Autriche.

Il aura fallu attendre 1997, plus de 50 ans après les faits, pour que Franz Jägerstätter soit réhabilité, avec l'annulation du verdict de sa condamnation à mort par le Tribunal de Berlin.

La même année, le Vatican engagea un processus de béatification en sa faveur.

Selon des historiens, quelque 2.000 autres Autrichiens, dont de nombreux objecteurs de conscience, furent condamnés à mort et exécutés par des tribunaux militaires nazis, mais pratiquement aucun n'a été publiquement réhabilité.

L'Autriche craignait en effet d'offenser des milliers d'anciens soldats de la Wehrmacht qui estimaient "avoir fait leur devoir" en se battant pour l'armée de leur pays annexé en mars 1938 par l'Allemagne hitlérienne, relèvent les historiens.

Il faudra attendre la campagne pour l'élection présidentielle de 1986 et les révélations sur le passé nazi du candidat Kurt Waldheim -élu avec 54% des voix malgré cela- pour assister à un timide "mea culpa" autrichien.

Il y a un peu plus d'un an, le 8 août 2006, la ville où Hitler est né, Braunau, dont le hasard a voulu qu'elle soit située à quelques kilomètres seulement de Sankt Radegund, lieu de naissance en 1907 de Franz Jägerstätter, donna le nom du martyr à un parc d'un hôpital franciscain.

 

Texte extrait du site www.romandie.com

 

Dernière Mise à jour de la page: le 28 octobre 2007

 

 
 


23/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 663 autres membres