Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

Actualité de la Béatification des Parents Martin

Actualité de la Béatification des Parents Martin

 

Agence de presse Zenit

 

France : Louis et de Zélie Martin en route vers une éventuelle béatification



Exhumation des parents de sainte Thérèse de Lisieux

ROME, Mardi 6 mai 2008 (ZENIT.org) - Louis et de Zélie Martin, les parents de sainte Thérèse de Lisieux, pourraient être bientôt béatifiés : c'est dans le cadre de leur procès de béatification qu'ils devraient être exhumés, indique un communiqué du sanctuaire de Lisieux.

Mgr Bernard Lagoutte, recteur de la basilique Sainte-Thérèse et directeur du pèlerinage de Lisieux tiendra une conférence de presse à ce sujet lundi prochain, 19 mai à Lisieux.

Proclamés « vénérables » en 1994, les parents de Sainte-Thérèse de Lisieux font l'objet d'une vénération.

Leurs corps seront exhumés très prochainement dans la plus stricte intimité en vue d'un transfert à la crypte de la Basilique.

Célébrant le 150e anniversaire de leur mariage, le pèlerinage de Lisieux est en attente d'une béatification prochaine.

A l'occasion du passage des reliques de sainte Thérèse à Rome, le P. Antonio Sangalli, carme, a rappelé, en novembre dernier, « l'importance » de prier pour la béatification des parents de sainte Thérèse, « pour la famille aujourd'hui ».

La congrégation romaine pour les Causes des saints a publié un décret approuvé par Benoît XVI reconnaissant qu'ils ont vécu les vertus de foi, d'espérance et de charité de façon héroïque.

Une guérison présumée miraculeuse d'un nouveau-né dans la ville italienne de Monza est actuellement examinée par les experts de la congrégation. Son entourage avait prié les époux Martin pour cette guérison.

Les parents de sainte Thérèse ont été exhumés, hier matin. Un petit Italien de 6 ans assistait à la cérémonie. Et pour cause...

Hier matin, sur le site de la basilique de Lisieux, a eu lieu, dans la discrétion, l'exhumation des corps de Louis et Zélie Martin, les parents de sainte Thérèse. Cette cérémonie, très recueillie, s'est déroulée en présence de Pietro, l'enfant miraculé en 2002, à Monza en Italie, grâce à leur intercession. Proclamés Vénérables en 1994, Louis et Zélie Martin pourraient être très prochainement béatifiés par le pape Benoît XVI. Leur reliquaire sera installé dans la crypte de la basilique.

Petit bonhomme de tout juste 6 ans, Pietro est là, avec un gilet rouge. Au milieu des religieux et des officiels. Il est concentré et prend très au sérieux ce rôle qui le dépasse. « L'épreuve de la maladie mortelle de Pietro nous a été une grâce, témoigne Adèle Schiliro, la maman de l'enfant. Nous n'avons jamais douté de la présence bienveillante du Seigneur au sein de notre souffrance, mais nous voulions comprendre le sens de cette épreuve. »

Un bébé promis à la mort

Pietro naît le 25 mai 2002, à Monza près de Milan. Il est le cinquième enfant d'Adèle et Valter Schiliro. Lorsqu'il arrive au monde, nuls pleures ne marque sa naissance à la vie : une malformation pulmonaire, l'empêche de crier et de respirer seul. Les chirurgiens et les médecins de l'hôpital ne sont pas optimistes. La vie de Pietro ne dépend que d'un respirateur artificiel, il y a peu d'espoir que l'enfant survive. Pour les médecins il est condamné.

Le père Antonio Sangalli, qui accompagne la famille, parle alors de Louis et Zélie Martin, les parents de Thérèse et propose de faire une neuvaine par leur intercession pour la guérison de Pietro et pour hâter leur béatification. Les 26 et 27 juin, le bébé est en insuffisance respiratoire, les parents se résignent. Le samedi 29 juin, ils s'attendent au pire lorsqu'ils arrivent à l'hôpital : l'infirmière les rassure et leur parle d'un miracle ! L'amélioration se maintient, si bien que le 3 juillet, le bébé n'a plus besoin d'assistance respiratoire.

Fête le 12 et 13 juillet

Le 17 janvier 2008, une commission de médecins du Vatican reconnaît « la guérison inexpliquée ». Le mois suivant, une commission de sept théologiens se prononce pour la cause en béatification de Louis et Zélie Martin grâce à ce qui est désormais acquis comme un miracle. C'est désormais au pape Benoît XVI qu'il revient de prendre la décision définitive.

En attendant la décision papale qui autorisera le culte des futurs « Bienheureux », le sanctuaire de Lisieux se prépare à fêter l'anniversaire des 150 ans de mariage des parents de sainte Thérèse, le 12 juillet à Alençon et le 13 juillet à Lisieux, en présence du cardinal Saraiva Martins, préfet de la congrégation pour la cause des saints et du petit Pietro, qui a fêté ses 6 ans dimanche.

Anne BLANCHARD-LAIZÉ.

Ouest-France

Sur d'autres sites internet...


LISIEUX (Calvados), 26 mai 2008 (AFP) - Procès en béatification des parents de sainte Thérèse: leurs corps exhumés

Les corps des parents de sainte Thérèse de Lisieux (Calvados), dont le procès en béatification est en cours, ont été exhumés lundi à Lisieux en vue de leur placement dans la basilique en septembre, a-t-on appris auprès du sanctuaire lexovien.

Les corps de Louis (1823-1894) et Zélie (1831-1877) Martin, proclamés vénérables en 1994, ont été exhumés de leur tombeau, situé au pied de la basilique de Lisieux, au cours d'une cérémonie privée à laquelle assistait Pietro, un enfant italien de 6 ans miraculé grâce à leur intercession, a indiqué à l'AFP Isabelle Quillet, responsable de communication au sanctuaire.

"L'anniversaire des 150 ans de mariage des époux Martin, ainsi que l'avancée de leur procès en béatification justifient cette démarche", a-t-elle expliqué.

L'annonce de leur béatification par le pape Benoît XVI pourrait intervenir le 13 juillet
à l'occasion des célébrations du 150e anniversaire de leur mariage à Alençon, ville natale de sainte Thérèse (1873-1897).

Les ossements des époux Martin seront placées dans un reliquaire, actuellement en cours de fabrication à Vérone (Italie), dont l'air aura été remplacé par un gaz inerte, l'argon.

"Si Louis et Zélie Martin sont béatifiés un jour, ce n'est pas parce qu'ils ont été les parents d'une sainte, mais parce que leur vie à chacun a été reconnue par l'Eglise"
, a expliqué Isabelle Quillet. Elle précise qu'à ce jour un seul couple au monde, les Italiens Luigi et Maria Beltrame Quattro Occhi, a fait l'objet d'une béatification simultanée.

 

du Site officiel des Carmes Déchaux

Roma (2008-06-01),


Le 13 juillet on fêtera le 150ème anniversaire du mariage de Louis Martin et Azélie Guérin, heureux parents de notre Sainte Sœur de Lisieux. À Alençon et Lisieux on a préparé des célébrations qui seront présidées les 12 et 13 juillet par le cardinal Saraiva Martins, préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints. On espère la béatification en cette année commémorative. Le 26 mars 1994, le pape Jean-Paul II a proclamé l'héroïcité de leurs vertus. Le 17 janvier 2008 ; la commission médicale du Vatican a déclaré « guérison inexplicable » celle de Pietro Schiliro, après que ses parents eurent invoqué l'intercession du couple Martin. Cet enfant est né en mai 2002 à Monza (Italie) avec une grave et incurable insuffisance pulmonaire. Le miracle a été reconnu valable pour la béatification du couple Martin-Guérin.


Azélie Guérin est morte à Alençon le 28 août 1877, à l'âge de 46 ans. Louis Martin est mort à 71 ans en 1884 au château de La Musse. Avec la publication de la correspondance des époux Martin, on a découvert un christianisme vécu entre eux au quotidien. En 1957 on a commencé séparément les enquêtes en vue d'un procès canonique de béatification. Le 13 octobre 1958, leurs restes mortels ont été déposés dans une tombe se trouvant au chevet derrière la basilique de Lisieux, dans l'enceinte du chemin de croix. Maintenant en vue de la prochaine béatification on prépare la translation à la crypte de la basilique.


Les restes mortels ont été exhumés dans l'intimité au mois de mai. Trois médecins ont fait une reconnaissance anatomique des ossements en présence d'une dizaine d'invités, parmi eux deux moniales carmélites et le photographe qui étaient présents lors de la première exhumation en 1958. En attendant on prépare le reliquaire en cuivre à Vérone en Italie qui aura 1,20 m de long et 60 cm de hauteur. L'artiste s'inspire pour la décoration de motifs brodés par la petite Thérèse sur une chasuble : des fleurs, plus exactement deux roses qui représentent ses deux parents, avec 5 lys ouverts (les 5 sœurs) et 4 lys en boutons (les 4 enfants décédés). Le reliquaire sera déposé en septembre dans la crypte de la basilique. Tout sera alors prêt pour la publication de la date de la béatification.


www.carmesdechaux.com

 

Vers le 19 octobre 2008...

 

Jeudi 3 juillet : le Pape Benoît XVI a signé le décret de reconnaissance du miracle concernant l'enfant Pietro SCHILIRO qui va authentifier la béatification des parents de Sainte Thérèse, Louis et Zélie MARTIN... Comment en est-on arrivé là?.. En 1994, reconnaissant l'héroïcité des vertus des parents MARTIN, le Pape Jean-Paul II les déclare « vénérables »: on peut les prier et demander leur intercession pour obtenir des faveurs, des secours, un miracle qui permettrait un jour de les reconnaître Bienheureux… En 2002, Pietro naît à MONZA, en Italie mais il présente de graves problèmes respiratoires. Le Père SANGALLI invite sa famille à prier les parents MARTIN. Une première neuvaine… puis une deuxième. L'état de santé de l'enfant s'améliore très nettement jusqu'à sa complète guérison. Commence alors le processus de reconnaissance de cette guérison comme miracle : l'Archevêque de MILAN reconnaît le miracle puis examen par les médecins puis les théologiens puis les cardinaux : l'avis favorable est donné. Il revient au Pape de décider. C'est ce qu'il vient de faire jeudi dernier en offrant ainsi à l'Eglise Universelle, un magnifique cadeau pour le 150ème anniversaire de Louis et Zélie MARTIN qui sera célébré samedi 12 et dimanche 13 juillet prochains. En devenant « Bienheureux », Louis et Zélie MARTIN comme couple, sont proposés à toute l'Eglise comme des « aînés dans la foi » qui pourront nous guider au jour le jour par leur témoignage de vie et de foi, dans notre vie de travail parce qu'ils ont travaillé l'un et l'autre; dans notre vie de famille aussi parce qu'ils se sont aimés au-delà des épreuves; dans notre vie chrétienne parce qu'ils ont mis Dieu à la première place dans leur vie. Ainsi Dieu a-t-il béni leur vie. Ils sont « Bienheureux » aujourd'hui par leur propre vie et non pas parce que leur fille a été déclarée « la plus grande sainte des temps modernes » par le Pape Pie X ni parce que Jean-Paul II en a fait, en 1997, le plus jeune Docteur de l'Eglise. Ils sont « Bienheureux » parce que la Sainteté chez les MARTIN est une affaire de famille qui trouve écho chez les parents Louis et Zélie et rejaillit sur chacune de leurs filles. Nos « Bienheureux » d'aujourd'hui sont tout spécialement proposés comme modèle, exemple et soutien aux familles qui ne manqueront pas de les invoquer. En cette période estivale où nous célébrons beaucoup de mariages, le cadeau que Benoît XVI offre à l'Eglise Universelle, en béatifiant un couple de laïcs mariés, fait entrer la Sainteté dans nos maisons pour que l'Amour de Dieu s'y conjugue au quotidien, à travers l'amour vécu en famille. 

Louis et Zélie Martin bientôt béatifiés


"Grand retentissement pour l'Eglise universelle"


Le 9 janvier dernier, dans une interview à L'Osservatore Romano, le cardinal Saraiva Martins, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, soulignait que la béatification des époux Martin serait un "événement de grand retentissement pour l'Eglise universelle, dû aussi à la très grande dévotion pour leur fille diffusée dans le monde entier". Le pape a signé également les décrets reconnaissant un nouveau miracle à trois bienheureux, qui seront canonisés : un Belge, un Italien et un Portugais. Les futurs saints sont le P. Damien Joseph de Veuster (1840-1889), le P. Bernardo Tolomei (1272-1348), fondateur de la Congrégation de Sainte-Marie du Mont Oliveto, et Nuno di Santa Maria Alvares Pereira (1360-1431), laïc portugais de l'ordre des frères de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel. La Congrégation pour les causes des saints communiquera ultérieurement les dates des cérémonies de canonisation.


La-croix.com


Le 2 juillet 2008


Le pape Benoît XVI a signé hier le décret de reconnaissance du miracle permettant la béatification du couple. Une histoire d'Alençonnais. C'est officiel depuis hier. Le pape Benoit XVI a signé le décret de reconnaissance du miracle de l'enfant Piétro Schiliro qui permettra la béatification des parents de sainte Thérèse, Louis et Zélie Martin. Cette annonce intervient alors qu'on s'apprête à fêter le 150e anniversaire de leur mariage, les 12 et 13 juillet, à Alençon et à Lisieux (O-F du 28 juin).


Un père gendarme


Mais qui étaient donc les époux Martin ? On va, c'est sur, beaucoup parler d'eux d'ici la semaine prochaine. D'autant que le cardinal José Saraiva Martins est attendu pour célébrer ce 150e anniversaire et qu'il devrait, à cette occasion, préciser le lieu et le jour de la crémonie de béatification. Elle pourrait se tenir à Lisieux ou à Rome.


Zélie Martin (1831-1877), née Guérin, se prénommait en fait Azélie-Marie. Mais on l'a toujours appelée Zélie. Née dans une maison de Gandelin (une commune rattachée depuis à Saint-Denis-sur-Sarthon) où son père était gendarme, elle a fait ses études au couvent de l'Adoration perpétuelle, rue de Lancrel à Alençon. Se sentant appelée par la vie religieuse, elle s'est orientée, après le refus de sa supérieure, vers la fabrication de la dentelle au fameux point d'Alençon. Elle s'est installée comme fabricante au 36 de la rue Saint-Blaise, embauchant des ouvrières. On dit que son atelier était renommé. C'est en avril 1958 qu'elle rencontre Louis Martin (1823-1894) sur le pont de Sarthe. Elle a 26 ans, il en a 35. Ils se marient trois mois plus tard, le 12 juillet 1858. Le mariage civil a lieu à 22 h et ils échangent leur consentement deux heures plus tard, le 13 juillet (la cérémonie débute à minuit), dans l'intimité, en l'église Notre-Dame.


Louis Martin est né à Bordeaux. Fils de militaire, il vit ses premières années sous le signe de la mobilité jusqu'à ce que sa famille s'installe à Alençon où il est scolarisé. Il apprend l'horlogerie à Rennes, à Strasbourg et à Paris. Il souhaite se consacrer à Dieu mais devra renoncer à son projet devant ses difficultés en latin. Horloger-bijoutier, il s'installera à Alençon, rue du Pont-Neuf, en 1850.


Interné au Bon Sauveur


Les époux Martin ont eu neuf enfants, parmi lesquels quatre sont morts en bas-âge. La petite dernière, Marie Françoise Thérèse (1873-1897) sera la future sainte Thérèse. Zélie Martin doit combattre la maladie dès 1865. Elle est atteinte d'un cancer du sein. Elle décédera douze ans plus tard, entourée de son mari et de son frère. Père attentif, Louis Martin participe au Cercle Vital Romet qui réunit une douzaine de jeunes adultes chrétiens autour de l'abbé Hurel. Il y découvre une forme d'engagement social dans le cadre de la Conférence Saint-Vincent de Paul. Après le décès de Zélie, il décide de s'installer à Lisieux chez sa belle-famille. Après l'entrée de Thérèse au carmel, il tombe malade. Il sera interné au Bon Sauveur, à Caen. Il s'occupera des malades en périodes de rémission. Puis, paralysé, il sera rendu à sa famille où il décédera à l'âge de 71 ans.


Arnaud TOUCHARD. Ouest-France


Dimanche 13 juillet 2008


Le cardinal Martins l'a annoncé hier, à Alençon. Ce sera le dimanche 19 octobre. La nouvelle a été accueillie par des applaudissements. Le cardinal José Saraiva Martins a annoncé hier à Alençon que les parents de la petite Thérèse, Louis et Zélie Martin, seront béatifiés à Lisieux, le dimanche 19 octobre. Il l'a annoncé une première fois à 17 h 20, alors qu'il venait de donner une conférence sur le parcours de sainteté des parents Martin, à la halle aux Toiles, devant plus de deux cents personnes. La nouvelle a été confirmée quelques heures plus tard à la fin de la célébration qu'il venait de présider en présence de nombreux prêtres et évêques, en l'église Notre-Dame. L'église était comble. Dans un cas comme dans l'autre, l'annonce a été accueillie par des applaudissements et des élans de joie. Des sourires se sont répandus sur les visages. L'Église s'intéresse à la vie de Louis et Zélie Martin depuis 1957, date du début de leur procès. Le pape Benoît XVI vient tout juste de signer le décret de reconnaissance du miracle du petit Piétro Schiliro, permettant la béatification le 19 octobre. Une cérémonie se tiendra à Alençon la veille.


Ouest-France


Jeudi 3 juillet : le Pape Benoît XVI a signé le décret de reconnaissance du miracle concernant l'enfant Pietro SCHILIRO qui va authentifier la béatification des parents de Sainte Thérèse, Louis et Zélie MARTIN... Comment en est-on arrivé là?.. En 1994, reconnaissant l'héroïcité des vertus des parents MARTIN, le Pape Jean-Paul II les déclare « vénérables »: on peut les prier et demander leur intercession pour obtenir des faveurs, des secours, un miracle qui permettrait un jour de les reconnaître Bienheureux… En 2002, Pietro naît à MONZA, en Italie mais il présente de graves problèmes respiratoires. Le Père SANGALLI invite sa famille à prier les parents MARTIN. Une première neuvaine… puis une deuxième. L'état de santé de l'enfant s'améliore très nettement jusqu'à sa complète guérison. Commence alors le processus de reconnaissance de cette guérison comme miracle : l'Archevêque de MILAN reconnaît le miracle puis examen par les médecins puis les théologiens puis les cardinaux : l'avis favorable est donné. Il revient au Pape de décider. C'est ce qu'il vient de faire jeudi dernier en offrant ainsi à l'Eglise Universelle, un magnifique cadeau pour le 150ème anniversaire de Louis et Zélie MARTIN qui sera célébré samedi 12 et dimanche 13 juillet prochains. En devenant « Bienheureux », Louis et Zélie MARTIN comme couple, sont proposés à toute l'Eglise comme des « aînés dans la foi » qui pourront nous guider au jour le jour par leur témoignage de vie et de foi, dans notre vie de travail parce qu'ils ont travaillé l'un et l'autre; dans notre vie de famille aussi parce qu'ils se sont aimés au-delà des épreuves; dans notre vie chrétienne parce qu'ils ont mis Dieu à la première place dans leur vie. Ainsi Dieu a-t-il béni leur vie. Ils sont « Bienheureux » aujourd'hui par leur propre vie et non pas parce que leur fille a été déclarée « la plus grande sainte des temps modernes » par le Pape Pie X ni parce que Jean-Paul II en a fait, en 1997, le plus jeune Docteur de l'Eglise. Ils sont « Bienheureux » parce que la Sainteté chez les MARTIN est une affaire de famille qui trouve écho chez les parents Louis et Zélie et rejaillit sur chacune de leurs filles. Nos « Bienheureux » d'aujourd'hui sont tout spécialement proposés comme modèle, exemple et soutien aux familles qui ne manqueront pas de les invoquer. En cette période estivale où nous célébrons beaucoup de mariages, le cadeau que Benoît XVI offre à l'Eglise Universelle, en béatifiant un couple de laïcs mariés, fait entrer la Sainteté dans nos maisons pour que l'Amour de Dieu s'y conjugue au quotidien, à travers l'amour vécu en famille. 

  De la Maison Généralice des Carmes Déchaussés de Rome


Roma (2008-09-15).- Comme on l’attendait, le 12 juillet dernier, pour le 150 ème anniversaire du mariage de Louis Martin et de Zélie Guérin, le cardinal José Saraiva Martins a annonçé la prochaine béatification des parents de la Petite Thérèse. Ce sera le second cas dans l’église de conjoints béatifiés, après la béatification de Luigi Beltrami Quatrocchi et de Maria Corsini, que Jean-Paul II avait élevés aux honneurs des autels le 21 octobre 2001. La cérémonie est prévue pour le 19 octobre dans la basilique de Lisieux. Rien de ce qui a un rapport avec notre sainte ne laisse indifférent. Mais le fait que ses parents – père et mère- ont mérité conjointement et avec un procès indivi-duel la gloire des autels suscite de nouveaux thèmes de réflexion. La date retenue coïncide avec le dimanche des Missions, le onzième anniversaire de la pro-clamation de la Petite Thérèse comme Docteur de l’Église par le pape Jean-Paul II sur la place saint Pierre au Vatican. Pendant ce temps, du 23 juin à la mi-août, les reliques de la Petite Thérèse ont parcouru tous les diocèses de l’Équateur, arrivant jusqu’aux iles Galapagos. Rassemblant des multitudes, les reliques ont visité des institutions ecclésiales, des prisons, des hôpitaux. La nuit elles étaient accueillies par les monastères contemplatifs, avec des veillées de prière. Ce parcours a été le fruit d’une préparation de trois ans par la conférence épiscopale. Le moment culminant de cette présence a été la célébration du III Congrès Missionnaire Américain (CAM3) et du VIIIème Congrès Missionnaire Latino-Américain (COMLA8) du 12 au 17 août à Quito.

http://www.carmelitaniscalzi.com

 

Dernière mise à jour de la page: le 17 septembre 2008

 



06/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 661 autres membres