Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

8e centenaire de la Reconnaissance de la Règle de Saint François

2009, année du 8e centenaire de la Reconnaissance de la Règle de Saint François par le Pape Innocent III


Extrait de la Vita Prima de Saint François d'Assise, par le Bienheureux Thomas de Celano, chapitre 13: 32-33)


Comment François écrivit une première Règle pour ses onze Frères, et comment le Seigneur Pape Innoncent la confirma. La vision de l'arbre.


Le bienheureux François, voyant que chaque jour le Seigneur Dieu augmentait le nombre de la fraternité, écrivit, simplement et en peu de mots , pour lui et pour ses frères présents et à venir, une norme de vie ou règle composée surtout de passages du saint Evangile, car c'est la perfection de l'Evangile et elle seule qu'il souhaitait pratiquer  ; il y ajouta pourtant le strict minimum de précisions nécessaires à la bonne marche de la vie en commun. Puis il vint à Rome, accompagné de ses frères, avec l'ardent désir de voir approuver par le Pape Innocent III la règle qu'il avait écrite. Justement se trouvait à Rome l'évêque d'Assise, Guido, qui avait toujours témoigné à François et à ses frères beaucoup d'égards, de vénération et d'affection. Il les rencontra, mais ne sachant pourquoi ils étaient là, il en fut très peiné : il avait déjà peur qu'ils ne voulussent quitter leur patrie où le Seigneur avait déjà opéré tant de merveilles par eux, ses serviteurs ; il était heureux d'avoir de tels hommes dans son diocèse et il attendait beaucoup du rayonnement de leur vie et de leurs mœurs. Quand ils lui eurent indiqué le motif de leur voyage et exposé leur projet, il se réjouit grandement dans le Seigneur et leur promit ses conseils et son appui. Saint François se présenta aussi à l'évêque de Sabine, le seigneur Jean de Saint-Paul, qui, bien que mêlé aux princes et grands personnages de la Curie romaine, avait la réputation de « mépriser les biens de la terre et de réserver son amour à ceux du ciel  ». Il reçut avec amour et bonté son visiteur dont il apprécia fort la résolution et les projets. En homme prudent et avisé, toutefois, il lui demanda des précisions sur de nombreux points et tâchait de l'orienter vers la vie monastique ou érémitique  ; saint François repoussa comme il put ses efforts de persuasion, avec humilité, sans mépris pour ce qu'on lui proposait : son cœur était ailleurs et l'attirait plus haut, tandis que l'évêque, appréhendant de le voir écrasé sous sa propre initiative, lui présentait une route plus praticable. Mais, finalement vaincu par sa ténacité, il acquiesça à sa demande et s'employa, dans la suite, à soutenir sa cause devant le seigneur Pape. A la tête de l'Eglise de Dieu se trouvait alors le seigneur Innocent III, homme illustre, aux connaissances inépuisables, d'une éloquence partout réputée, et passionné de justice en toutes les affaires où la cause de la foi chrétienne était en jeu . Il prit connaissance de la requête des hommes de Dieu et, après longue réflexion, donna son assentiment qu'il rendit effectif de droit ; puis il leur donna ses encouragements et ses avis sur de nombreux points et bénit saint François et ses frères en disant : « Allez, frères, et que le Seigneur soit avec vous ! Prêchez à tous la pénitence selon que le Seigneur daignera vous l'inspirer. Et quand le Tout-Puissant vous aura multipliés en nombre et en grâce, faites m'en part et réjouissez-vous, car je vous accorderai davantage et pourrai, avec plus de tranquillité, vous confier de plus importantes missions . » Le Seigneur, en vérité , accompagnait François partout : ses révélations le laissaient tout joyeux et ses grâces lui rendaient courage. Une nuit, par exemple, durant son sommeil, il lui sembla qu'il parcourait une route sur le bord de laquelle s'élevait un arbre gigantesque, un arbre d'une venue splendide, vigoureux, énorme, au tronc immense ; arrivé à quelque distance, il s'arrêta pour en admirer la hauteur et la beauté, et tout à coup il se trouva lui-même enlevé si haut qu'il pouvait toucher la cime de l'arbre : il l'empoigna et, sans effort, la courba jusqu'au sol. C'est exactement ce qui se passa lorsque le seigneur Innocent, l'arbre le plus haut et le plus puissant du monde , s'inclina si bénévolement à sa requête et à sa volonté.


1209 – 2009


Huit cents ans de grâce pour la Famille Franciscaine. Tant d’hommes, de femmes et d’enfants, religieux, religieuses, prêtres et laïcs, de tous pays et de tous milieux, se sont laissés séduire par le Petit Pauvre d’Assise tout au long de cette longue histoire.


1209


François, vite rejoint par une poignée de frères, part pour Rome. Il veut soumettre son projet de vie au Pape Innocent III. Il s’agit de quelques versets évangéliques qui guident la vie des premiers frères : l’appel à tout quitter pour le Christ qui, pour nous, s’est fait pauvre et humble ; se situer en frères mineurs, petits avec les petits de ce monde ; être témoins de la proximité du Père offrant généreusement sa paix et sa joie à toute homme et toute créature…Le Pape pressent-il le printemps évangélique que va susciter, dans l’Eglise, la démarche de François ? Il approuve ce projet de vie et confirme François dans son appel.


2009


Célébrer un anniversaire n’est pas un retour nostalgique sur une histoire glorieuse, comme si l’histoire suffisait à garantir la fécondité de notre vie présente. Faire mémoire, c’est d’abord rendre grâce pour l’action de Dieu dans la vie d’un homme et d’une famille spirituelle. Faire mémoire, c’est mendier la grâce d’être, à notre tour, habités par le Souffle des origines. Dieu appelle toujours. Sa fidélité s’étend d’âge en âge. Osons demander au Seigneur la grâce d’être, à notre tour, « embrasés, illuminés et purifiés par le feu de l’Esprit Saint ». Le Seigneur passe aujourd’hui dans nos vies, comme il est passé dans la vie de François et des premiers frères qui l’ont suivi.

 



20/11/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 683 autres membres